Publié le 22 Mai 2016

Notre dernière tribune si vous ne l'avez pas lu dans Vivre à Gentilly de mai

Après avoir voté contre une forte augmentation des impôts en 2015, notre groupe, minoritaire au sein de la gauche majoritaire, s’est abstenu sur le budget 2016.

Ce budget comporte à nouveau une augmentation des taux des taxes foncières et d’habitation mais cette fois faible et compensée par une baisse de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères. Neutralité fiscale donc. Mais étant donnée des ressources dynamiques (contribution de Sanofi, nouveaux logements) il aurait été possible de n’augmenter aucun impôt. La hausse votée nous semble destinée à illustrer les conséquences de la réduction des dotations d’Etat aux communes.

Certes cette réduction des dotations, à terme inévitable pour contribuer à l’équilibre des comptes publics, est trop rapide et prématurée dans une conjoncture économique fragile. L’Etat doit accentuer le soutien à l’investissement, avec plus de mesures comme l’aide aux maires bâtisseurs dont Gentilly bénéficie.

Par ailleurs nous regrettons un programme d’investissement trop peu ambitieux. Quand le chômage est très haut et les taux d’intérêt très bas, l’investissement public est un facteur essentiel de la croissance, et peut même favoriser l’équilibre budgétaire.

Les dépenses liées en particulier à l’Opération de Renouvellement Urbain du Chaperon Vert demeurent il est vrai importantes, mais de nouveaux investissements, à condition qu’ils soient générateurs à termes de nouvelles ressources ou d’économies de fonctionnement devraient être engagés sans attendre (la géothermie maintenant opérationnelle devrait être rentable à terme, la rénovation thermique pourrait l’être plus rapidement). Plusieurs objections sont faites à cette demande d’investissements nouveaux, examinons les :

-La ville est trop endettée. En effet avec une dette de près de 2500 € par habitant, Gentilly creuse l’écart avec par exemple Arcueil qui se situe autour de 1000 € par habitant (en 2014 la dette représentait 3,6 années de recettes fiscales à Gentilly, 1,4 à Arcueil). Il y a une dizaine d’années Gentilly et Arcueil avaient pourtant un endettement similaire (autour de 1500 € par habitant). Il est indiscutable que Gentilly doit redresser sa situation financière. Mais ce n’est pas en réduisant ses investissements ni en augmentant ses impôts qu’Arcueil a assaini sa situation. C’est surtout grâce à la progression de ses bases fiscales, c’est-à-dire les surfaces de bureaux et de logements soumises à l’impôt. Ce développement a été plus limité à Gentilly mais il s’accélère.

-Etant donnée un endettement élevé, les banques refuseraient de prêter plus à Gentilly. Notre commune dispose pourtant d’un patrimoine foncier important. S’il n’est pas possible de le faire valoir alors il faut engager des opérations sur les terrains dont la ville dispose (par exemple ancien collège, en lien avec l’arrivée du métro).

-Les services municipaux ne pourraient assurer le suivi de plus de projets.

Ces obstacles doivent être surmontés. La mutualisation des services et les économies d’échelle que peuvent apporter l’intercommunalité sont une piste. Les limites de la loi qui a créé la Métropole du Grand Paris, divisée en territoires dont le T12 auquel Gentilly appartient avec 23 autres communes, mais surtout les réticences de nombre d’élus, en particulier à droite, ne permettent pas d’être très optimiste. Peut-être alors faut-il se préparer à aller beaucoup plus loin dans la coopération, vers une forme de fusion, avec des communes voisines ?

Voir les commentaires

Rédigé par Guillaume Gaulier

Publié dans #Politique locale

Publié le 3 Mai 2016

débat sur l'europe

Mardi 17, Villejuif aura le plaisir d'accueillir Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy, députée européenne, pour une soirée rencontre et débat autour du thème de l'Europe.

Aussi si vous aussi vous vous intéressez à l'avenir de l’Europe et de ses institutions n'hésitez pas à vous inscrire sur la page facebook de l'évènement :

https://www.facebook.com/events/1114109788634474/

Et pour quelques informations supplémentaires sur Christine :

- son site : https://crevaultdallonnesbonnefoy.eu/

- sa page sur le site du parlement européens : http://www.europarl.europa.eu/meps/fr/124287/CHRISTINE_REVAULT+D'ALLONNES+BONNEFOY_home.html

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Europe - Monde

Publié le 12 Avril 2016

Lundi 21 mars, notre section a organisé une soirée de réflexion autour de la loi El Khomri de réforme du code du travail avec la participation de la section du Kremlin-Bicêtre.
Nous avons donc eu le plaisir de recevoir Madame Pécaut-Rivolier, rapporteure de la commission Badinter de préparation de cette loi, afin de profiter de son éclairage sur ces questions tant débattues dans les médias.
Suite à cette réunion, et afin de poursuivre le débat, voici donc ce que je retiens de cette soirée ainsi que quelques avis et réflexions personnels sur la loi elle-même.

Tout d’abord un peu de contexte.
L’économie de notre pays va mal et peine à retrouver le chemin de la croissance et du plein emploi. Même dans des périodes de bonne conjoncture, le chômage en France ne descend pas en dessous de 7%. C’est pourquoi, dans un souci de relance, le gouvernement a fait le choix de la “souplesse” juridique afin de pouvoir adapter la Règle aux spécificités locales de chaque entreprise et branche. Pour ce faire la loi propose donc de basculer certains ajustements depuis le domaine législatif, l’ordre public social, vers les accords de branches ou d’entreprises signés entre les patrons et les syndicats.
La loi se bornerait donc juste à définir :
⦁ le cadre général et éthique de la négociation : les 61 principes du rapport Badinter.
⦁ les modalités de la négociation, que ce soit les partenaires impliqués (représentation syndicale, référendum d’entreprise, …) ou les domaines accessibles à ces négociations.
⦁ les règles supplétives à appliquer en l'absence d’accords locaux.

Après ces considérations générales, nous avons pu aborder un certain nombre de points précis traités par cette loi.


1. Les barèmes lors d’un procès aux prud’homme.
Que ce soient les peines prononcées en cas de licenciement abusif ou les conditions d’un licenciement économique il s’agit ici de renforcer la prévisibilité d’une démarche judiciaire afin de limiter la peur du juge évoquée par les décideurs en entreprise.
Malheureusement, ces barèmes semblent souffrir d’une mise en place hâtive, ne présentant que des peines plafond sans valeurs plancher. Et ceci en se basant sur des chiffres arbitraires et pas basés sur une analyse concrète des décisions de justice.

2. Le forfait jour.
Si ce format de contrat est attrayant pour les employés, surtout les cadres, et qu’il remporte de nombreux suffrages il ouvre cependant la porte à de nombreux risques d’abus. C’est pourquoi sa généralisation, hors cadre fixé par un accord collectif, reste lente et a été abandonnée pour les petites entreprises.

3. Les heures supplémentaires.
Dans ce domaine on constate en effet que le nouveau système de négociation ouvre la porte à une moindre sur-valorisation des heures supplémentaires passée la 5ième ( minimum +10% de salaire horaire au lieu de +25%). Il reste à voir si cela aidera la compétitivité des entreprises françaises.

4. Le référendum d’entreprise
Nous sommes ici face à un sujet délicat. En effet, si les salariés ont bien évidemment la légitimité pour décider de ratifier un accord, ils n’ont ni les compétences techniques ni les protections juridiques dont peuvent disposer les syndicalistes. Et ils ne seront donc pas nécessairement les plus à même de négocier un accord qui soit profitable à tous.
C’est pourquoi, pour éviter que le référendum ne devienne un outil de contournement des syndicats en place, plusieurs garde-fous ont été institués. Le référendum ne pourra être tenu qu’à la demande d’un syndicat, et seulement pour confirmer ou infirmer un accord ayant déjà obtenu au moins 30% des voix de la délégation syndicale mais peinant à dépasser les 50%.


Ensuite nous avons pu tous ensemble aborder toute une série de points tenant à cœur aux membres présents.
⦁ Est-ce que le nouveau compte de formation ne risque pas d’avoir des effets pervers en nuisant à l’embauche de salariés trop riches en droits acquis mais non utilisés ?
⦁ Est-ce que les nouvelles normes de parité homme-femme dans les conseils syndicaux aideront à faire progresser l’égalité dans le monde du travail ?
⦁ Quelles seraient les dispositions spécifiques à apporter pour lutter contre le burn-out et la stigmatisation au travail ?
⦁ Serait-il nécessaire de renforcer l’inspection du travail pour vérifier la mise en application des nouvelles normes ?
⦁ Quelles seront les effets réels de cette réforme sur l’économie ? En effet, ce point divise fortement les plus brillants économistes français et les exemples de nos voisins allemands et espagnols semblent contradictoires. Aussi, si l’espoir reste permis, rien ne semble garantir le succès rapide de cette réforme.
⦁ Connaissant les difficultés actuelles du monde syndical français (faible taux d’adhésion, image publique dégradée, …), celui-ci sera-t-il capable de jouer son rôle de contrepoids face au patronat dans le nouveau système ?
⦁ Et qui jouera ce rôle dans les petites et très petites entreprises qui n’ont pas de CE et de représentant syndical ? La loi prévoit de confier cette charge aux délégués du personnel et aux responsables syndicaux régionaux. Mais auront-ils la compétence et les moyens d’assurer cette charge ?
⦁ Le contexte social actuel tendu est-il favorable ou au contraire rend-il nécessaire une telle réforme ? Parviendra-t-on à faire passer la tradition française du dialogue social d’une culture de la confrontation à une culture du compromis ?


En conclusion, et après avoir remercié Laurence pour son temps et Michel pour son salon, à titre personnel, je dirai donc que si cette loi semble audacieuse et novatrice dans son approche, il sera probablement plus difficile aux salariés qu’aux patrons de profiter des nouvelles opportunités qu’elle offre. En ce sens, elle paraît offrir beaucoup au patronat pour peu de contreparties. Et ce pour une efficacité économique douteuse comme c’est toujours le cas en économie.
Enfin le retrait des 61 points du rapport Badinter me semble déséquilibrer ce texte en enlevant un rappel et un garde-fou précieux. Je ne peux donc qu’espérer à tout le moins la reprise de ce préambule par l’assemblée.

Bien entendue, et je le répète il ne s’agit ici que d’un avis personnel qui n’engage que moi et tout avis et précisions seront les bienvenues dans les commentaires pour faire vivre ce débat.

Antoine Laslier

PS : en pièce jointe le pdf du rapport Badinter en question, et le texte de loi tel qu'il est disponible sur le site de l'Assemblé.

http://www.assemblee-nationale.fr/14/dossiers/nouvelles_libertes_entreprises_actifs.asp

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #lois

Publié le 8 Avril 2016

grève de la faim au chap

Le week end dernier, avec le député Jean Yves le Bouillonec, nous avons rendu visite au local de l'association Femmes solidaires au Chaperons Vert qui héberge depuis maintenant 15 jours des femmes djiboutiennes en grève de la faim pour dénoncer les viols des femmes Afar à Djibouti.

Avec lui nous affichons donc notre soutien à cette cause.

Aidons ensemble ces femmes à la fois en diffusant leur message et en allant leur faire part de vive voix de notre soutien.

http://www.femmes-solidaires.org/?Un-mot-un-geste-de-la-France

http://www.le-bouillonnec.fr/2016/04/02/soutien-a-10-femmes-de-djibouti-en-greve-de-la-faim/

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié le 24 Mars 2016

une fois encore l'horreur

Face à la barbarie qui ce mardi a une fois de plus ensanglantée une capitale européenne, nous ne pouvons apporter que notre compassion et notre soutient à nos voisins belges.

dessin du caricaturiste colombien Vladdo - © Twitter @VLADDO

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié le 5 Janvier 2016

Notre tribune à paraître dans Vivre à Gentilly

La France a obtenu un très beau succès avec la réussite, au-delà des attentes, de la COP21, mais c’est la communauté internationale toute entière qui semble enfin avoir pris la mesure du défi climatique. Bien sûr rien n’est gagné et nous ne pouvons être certains que les états respecteront, puis amplifieront, les engagements qu’ils ont pris. Tous ont néanmoins accepté un suivi international du respect de leurs engagements. La quasi-totalité des pays, 188[*] pour être précis, sont impliqués, y compris les pays en développement. La faible responsabilité de ces derniers dans les émissions passées de gaz carbonique a été prise en compte, mais ils sont aujourd’hui les principaux contributeurs aux émissions de CO².

Le succès dans la lutte contre le changement climatique ne pourra être obtenu que si la mobilisation se fait à tous les niveaux. Les villes ont un rôle essentiel à jouer : à l’initiative d’Anne Hidalgo les grandes villes de la planète ont d’ailleurs décidé de s’engager fortement.
Chaque citoyen doit pouvoir s’impliquer. C’est pourquoi nous souhaitons qu’à Gentilly une démarche citoyenne pour le climat voit le jour.

Nous avons voté au conseil municipal un vœu porté par le groupe de la majorité appelant à ce type de mobilisation. Le groupe de droite s’y est opposé en faisant mine de ne pas comprendre que la liste de propositions dans le vœu restait à adapter au contexte de notre ville. En dépit du climato-scepticisme résiduel qui s’est aussi exprimé lors du vote nous faisons le pari de l’intelligence : les électeurs de droite comme les électeurs de gauche veulent un environnement sain et une planète en paix. Nous pensons donc qu’une initiative pour l’environnement à Gentilly serait utile, en associant toutes les sensibilités politiques et selon des modalités qui restent à définir. Son but serait de faire naître des améliorations locales à partir d’un diagnostic partagé par une large majorité de citoyens.

Comme pour la COP21 nous estimons que cette COP locale devra s’appuyer sur les principes de transparence (objectifs chiffrés, vérifiables et révisables), de justice et d’efficacité (les efforts doivent être proportionnés aux ressources mais dirigés vers la recherche de l’efficacité maximale). Il ne sera guère possible que des engagements municipaux soient juridiquement contraignants, mais bien sûr les futurs votes aux élections locales pourront être une contrainte sur les décideurs !

Notre rubrique municipale est trop courte pour détailler des propositions possibles : voir cependant sur notre blog www.ps-gentilly.org, qui fête ses 10 ans. En sélectionnant les investissements sur des critères environnementaux (isolation, éclairage public rénové, etc.), en passant à une ville apaisée qui fait toute sa place aux transports doux (dont le vélo qui allie écologie et efficacité en ville) et au végétal (lutte contre l’îlot de chaleur, dépollution), démontrons que nous pouvons allier la préservation du climat, l’amélioration de la qualité de vie et une meilleure utilisation des deniers publics.

L’année 2015 n’a malheureusement pas seulement été marquée par la réussite de la COP21. Elle a aussi été celle de dramatiques attentats à Paris, dont ceux du 13 novembre qui ont endeuillé de nombreux gentilléens. Gageons que la solidarité et la fraternité qui se sont manifestées alors continueront à prévaloir en 2016, année que nous vous souhaitons très heureuse.

[*] En fait 195, mais certains n'ont pas encore fait connaître leur engagement national

Voir les commentaires

Rédigé par G Gaulier

Publié dans #Développement durable

Publié le 1 Janvier 2016

Meilleurs voeux du PS Gentilly

Lire la suite

Rédigé par ps-gentilly

Publié le 16 Décembre 2015

Anniversaire

Aujourd'hui, enfin hier, nous fêtons les 10 ans de ce blog.

C'est donc pour nous l'occasion de remercier tout ceux qui nous ont accompagné durant ces années ou nous ont rejoins plus récemment et de faire le point sur le travail accompli aux cours de ces 10 années.

Nous allons donc essayer de poster quelques petits bilans sur ce qui a pus changer à Gentilly au cours des 10 dernières années. Donc si un sujet vous semble pertinent, ou si vous souhaitez apporter votre contribution, n'hésitez pas à nous en faire part.

Et c'est repartis pour 10 ans de plus !

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Vie du blog

Publié le 16 Décembre 2015

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Développement durable

Publié le 15 Décembre 2015

Forte hausse de la participation entre les deux tours : +835 votants qui portent le taux de participation de 41,5% à 49,8%. L'abstention reste cependant très élevée à Gentilly.

Dans les quartiers d'habitat social (sauf Frileuse mais particulièrement à Pierre Curie) le hausse de participation a plutôt bénéficié à la la Gauche, ailleurs elle s'est plus équitablement répartie entre la Gauche et la Droite.

Au total la liste conduite par Claude Bartolone progresse de 528 voix par rapport au total Gauche du 1er tour, celle de Valérie Pécresse de 381 voix, tandis que la liste FN perd 21 voix.

En pourcentage la Gauche atteint presque 66% (seule Ivry fait légèrement mieux dans le Val-de-Marne), la droite est à 24% et le FN à un peu plus de 10%.

La bonne mobilisation de l'électorat de droite, la participation meilleure en moyenne dans les départements et communes où la droite est forte, et probablement un apport de voix FN du premier tour permettent à la liste de Valérie Pécresse de l'emporter en Ile-de-France (43,8% contre 42,2% pour la liste de Claude Bartolone, 14% pour le FN)

Merci aux militants, aux assesseurs et scrutateurs de dimanche, aux électeurs enfin. Nous vous donnons rendez-vous pour d'autres combats. L'heure du sursaut a sonné!

détail par bureau sur le site de la ville

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Elections