Pour une mise en place de la réforme des rythmes scolaires à la rentrée, comme prévu

Publié le 26 Juin 2014

Publié dans Vivre à Gentilly juillet-aout 2014 :

« À la rentrée 2014, tous les élèves bénéficieront des nouveaux horaires à l'école. Le site 5matinees.education.gouv.fr permet aux parents de s'informer sur les horaires de l'école de leur enfant et les aide à préparer la rentrée. » C’est ce qu’on peut lire sur le site de l’académie de Créteil. Mais à Gentilly, à moins de deux mois et demi de la rentrée, les parents ne peuvent obtenir aucune information concernant Gentilly sur le site de l’éducation nationale <MISE A JOUR : Le 6 juillet les nouveaux horaires sont indiqués : selon le Ministère pas d’année d’expérimentation/concertation, votée à Gentilly (et pour laquelle les Gentilléens ont reçu une brochure explicative il y a quelques jours) ?!>. Pour cause, la Maire de Gentilly, confortée le 25 juin par un vote majoritaire du conseil municipal, a repoussé à la rentrée 2015 la mise en œuvre de la réforme. Pour nous, cette décision n’est pas compatible avec une ambition élevée pour l’école qui passe par la mise en place sans délais d’un projet éducatif local intégrant non seulement la réforme des temps scolaires mais aussi un encadrement de qualité du temps péri-scolaire.

Contrairement à ce qui est avancé, les données budgétaires ne sont pas incompatibles avec la mise en place de la réforme dès 2014. Le budget 2013 a dégagé un excédent qui, s’il n’est pas entièrement disponible pour la réforme, permet néanmoins de financer la nouvelle organisation des temps scolaires sans prise de risque excessive, et en réalité dans de meilleures conditions que nombre d’autres villes qui mettront pourtant en œuvre la réforme en 2014. 300.000 euros avaient d’ailleurs été provisionnés en 2013, ce qui est plus que nécessaire. Progressivement de nouvelles recettes (Sanofi, Zac Lénine, etc.) viendront alimenter le budget, permettant ainsi de réaliser les projets éducatifs de Gentilly. En tout état de cause, les enfants de Gentilly ne doivent pas faire les frais de certains aléas budgétaires qui ne constituent pas un obstacle insurmontable.

Ne pas se préparer à une mise en œuvre dès 2014 (alors que Gentilly, et nous l’avions alors approuvé, avait déjà choisi pour mieux se préparer, une application en 2014 plutôt qu’en 2013), c’est s’exposer à l’obligation d’appliquer la loi dans l’urgence et l’improvisation à l’issue d’un bras de fer inutile avec l’Etat. Faudrait-il en effet reprocher à ce dernier d’appliquer la loi votée par la représentation nationale instituant des mesures réclamées à juste titre depuis des années par la communauté éducative ?

Renoncer à l’école le mercredi matin à la rentrée 2014, comme cela est désormais prévu, pour, à une date indéterminée dans l’année, expérimenter l’école le mercredi pendant 15 jours, c’est par ailleurs mettre en difficulté les familles et les enseignants. Qu’en sera-t-il par exemple de parents qui ont négocié avec leur employeur des aménagements horaires sur la base du projet voté en janvier. D’autres devront trouver au pied levé des solutions pour déposer, aller chercher à l’école, ou faire garder leurs enfants.

Sans compromettre les grands équilibres budgétaires, il y avait d’autres solutions [voir commentaires] que celle choisie par la municipalité, qui participe malheureusement d’une fronde politicienne qui ne peut que fragiliser la réforme.

Le raccourcissement de la semaine décidé sans concertation par Nicolas Sarkozy est un échec, en particulier pour les enfants des familles les moins favorisées. N’attendons pas plus pour mettre en œuvre une réforme qui permet de repenser la répartition des activités dans un emploi du temps en phase avec les besoins de l’enfant.

Frédéric Héritier, conseiller municipal

Rédigé par Frédéric Héritier

Publié dans #éducation

Repost 0
Commenter cet article

auto ecole paris 11 17/07/2014 00:37

Je vous applaudis pour votre critique. c'est un vrai travail d'écriture. Poursuivez .

Guillaume Gaulier 06/07/2014 23:35

Des pistes pour une réforme moins couteuse mais tout aussi (plus?) bénéfique?:
Nous aurions pu envisager de retenir le samedi matin comme demi-journée supplémentaire (certains samedi pouvant être libérés et peut-être avec un début de cours plus tardif que le reste de la semaine). Cette solution n’est pas celle qui est ressortie de la concertation à Gentilly et n’a pas en général spontanément la préférence des parents (consultations organisées dans certaines villes comme Arcueil ou Ivry, enquête FCPE auprès des parents à l’école Lamartine) mais elle a la préférence des chronobiologistes qui considèrent qu’elle permet le mieux une régularité des rythmes dans la semaine au profit des enfants. Pour le budget communal elle est moins coûteuse (pas de restauration scolaire supplémentaire à prévoir, pas de réorganisation du mercredi). La réduction de la durée des vacances d’été, là encore recommandée par les spécialistes, est une possibilité récemment ouverte par le Ministre dont Gentilly pourrait se saisir. Un regroupement du péri-scolaire sur une demi-journée différente par école pour limiter le besoin de locaux et faciliter son organisation est une possibilité cette fois plus controversée mais qui ne peut être totalement exclue, de manière expérimentale, dans une situation ou des arbitrages devraient être faits.
Personnellement l'école le samedi matin plutôt que le mercredi matin me semble être le meilleur choix pour les enfants. Le Ministère aurait peut-être du l'imposer...
G. Gaulier (conseiller municipal)