La sécurité des Gentilléens mériterait un débat

Publié le 17 Juin 2015

Dans Vivre à Gentilly de juillet :

Comme beaucoup ont pu malheureusement le constater, nous avons connu ces derniers mois une importante recrudescence d’actes de délinquance de différentes natures dans notre ville et les Gentilléens se posent légitimement des questions.
Certaines voix municipales nous expliquent que la dégradation de la sécurité à Gentilly provient
largement du plan Vigipirate, qui en mobilisant les effectifs de police sur certaines tâches les
empêcheraient d’être opérationnels ailleurs. Mais la difficulté est à relativiser puisque souvent ce sont souvent des militaires qui sont mobilisés pour Vigipirate, et surtout parce qu’il semble que
l’augmentation de la délinquance se manifeste plus à Gentilly que dans d’autres communes proches.
Une explication avancée pour cette singularité gentilléenne est l’omniprésence des travaux dans notre ville qui entraverait l’action de la police. Comme les travaux auront une fin, espérons que cette explication a quelque pertinence. Il est peu probable malheureusement qu’elle suffise.
L’incertitude a propos des facteurs explicatifs et a propos de l’ampleur des évolutions, spécifiques ou pas, souligne la nécessité d’un diagnostic sérieux comme préalable à une bonne politique de sécurité.
La droite répond simplement aux problèmes de sécurité en militant pour la répression, et la création d’une police municipale. Les socialistes de Gentilly n’y sont pas favorables. Le Service « Sécurité et qualité de vie urbaine » créé en 1999 doit assurer une présence dissuasive et préventive, signaler les difficultés et les actes de délinquance et enfin être à l’écoute des habitants (il doit être tout particulièrement à l’écoute des victimes). Ce n’est pas une police nationale parallèle. Sans police municipale, mais avec des dispositifs du type du service municipal existant à Gentilly, des villes, qu’elles soient de droite ou de gauche obtiennent des résultats satisfaisants.
Une réflexion collective sur la vidéosurveillance nous semble par contre intéressante. Beaucoup de villes qu’elles soient gérées par la droite ou par la gauche, comme au Kremlin-Bicêtre, ont maintenant adopté ce dispositif. Nous pouvons bénéficier du retour d’expériences de ces villes afin décider en toute connaissance des coûts et de l’ensemble des avantages et des inconvénients, ainsi que des conditions d’efficacité, non pas seulement sur le sentiment d’insécurité mais aussi sur la dissuasion et le taux d’élucidation.
Depuis plusieurs années nous demandons également la création d’un nouveau commissariat à Villejuif afin d’alléger le travail de celui du Kremlin-Bicêtre. A défaut, des moyens supplémentaires devraient être donnés au commissariat du Kremlin-Bicêtre. En rupture avec la politique menée précédemment (moins de 13300 policiers et gendarmes pendant le quinquennat de Sarkozy) le Gouvernement déploie des effectifs policiers supplémentaires en France, dont notre territoire pourrait bénéficier. Cependant il nous paraît peu réaliste d’attendre tout de la police.
Nous pensons que la prévention doit jouer un rôle essentiel. Les actes de délinquance ont des causes multiples, qu’ils proviennent d’une poignée de délinquants mineurs (agressions dans la rue, vols de sac à main, vols en bandes dans les commerces, parfois avec violence ), de braqueurs récidivistes (ces derniers mois, trois fois le Franprix de la rue Charles Frérot et une fois l’Intermarché), ou de vandalisme antidémocratique (nous avons avec toutes les forces de gauche, mais malheureusement la gauche seule, condamné fermement le vandalisme du local du Parti Communiste).
Concernant en particulier les primo-délinquants la réponse, adaptée à chaque cas, doit allier sanction, réparation et réinsertion. Les services municipaux, les éducateurs de rue, les enseignants, les associations ont un rôle essentiel à jouer. La sécurité est l’affaire de tous, elle doit être débattue. La concertation au sein du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) en vue de la signature d’un nouveau contrat local de sécurité doit conduire à renforcer une action partenariale essentielle.

Nous vous souhaitons un bel été.

Rédigé par Frédéric Héritier

Publié dans #Politique locale

Repost 0
Commenter cet article

Guillaume Gaulier 28/06/2015 12:09

Et si sur le périmètre du commissariat du Kremlin-Bicêtre ou sur un territoire plus grand les villes coopéraient plus en matière de sécurité? En matière de vidéosurveillance notamment.

Guillaume Gaulier 28/06/2015 11:49

En complément sur la vidéosurveillance. Le Kremlin-Bicêtre est en train de mettre en place un tel dispositif, pas de retour d'expérience maintenant donc. Interrogé à l'Assemblée par Jean-Luc Laurent, maire du KB et député de la 10ème circonscription du Val de Marne (qui comprend la partie est de Gentilly) sur la réponse aux problèmes de sécurité dans notre territoire, le gouvernement a notamment fait remarquer que la vidéosurveillance n'était pas encore en place dans les villes couvertes par la commissariat situé au KB.
Le KB dispose d'une police municipale. Comme nous l'écrivons nous ne sommes pas convaincu de l'efficacité plus grande d'une telle police par rapport à un service municipal en charge entre autres de la sécurité mais non constitué en police municipale, comme à Gentilly. Des élus y compris à gauche considèrent que la distinction n'est pas que sémantique. Police municipale ou pas, la qualité de la coopération entre les villes et la police nationale est cruciale.