« L’accueil des réfugiés, pour nous, c’est oui ! » : Appel à la constitution d’un réseau de villes solidaires

Publié le 3 Septembre 2015

Communiqué de presse de Jean-Christophe CAMBADELIS, Premier secrétaire du Parti socialiste, et de Pierre COHEN, Président de la Fédération Nationale des Elus Socialistes et Républicains (FNESR)

Face aux drames insupportables qui se succèdent à nos frontières, l’Europe se mobilise à travers la voix du Président de la République et celle de la Chancelière allemande, qui ont annoncé ce matin des initiatives à venir pour répondre à la détresse des milliers de demandeurs d’asile. Toutefois, cette mobilisation européenne ne pourra être efficace que si elle se traduit localement par des actions concrètes.

Jean-Christophe CAMBADÉLIS, Premier secrétaire du Parti socialiste, et Pierre COHEN, Président de la Fédération Nationale des Elus Socialistes et Républicains (FNESR), appellent donc l’ensemble des élus locaux socialistes et apparentés à prendre leur part, aux côtés des villes qui s’y sont déjà engagées, dans une grande mobilisation pour les réfugiés, afin de structurer un réseau de villes solidaires prêtes à s’engager à accueillir des familles sur leur territoire. Il s’agit de répondre dès maintenant, concrètement, aux drames que connaissent ces hommes, ces femmes et ces enfants qui cherchent à échapper aux guerres qui secouent leurs pays d’origine.

D’autre part, Jean-Christophe CAMBADÉLIS et Pierre COHEN réaffirment leur volonté, exprimée lors du Congrès de Poitiers, que soit organisée une grande conférence mondiale consacrée au mouvement des réfugiés, qui réunirait l’ensemble des chefs d’Etat.

Contact : contact@maisondeselus.fr

Suivez-nous en temps réel :

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Parti Socialiste

Repost 0
Commenter cet article

Guillaume Gaulier 20/10/2015 23:05

Lors du conseil municipal du 24 septembre à Gentilly le groupe socialiste a fait plusieurs propositions concernant l'accueil des réfugiés. Notamment que le Centre Municipal de Santé et le Centre Communal d'Action Sociale soient mobilisés et aussi que les groupes municipaux renoncent à un local qui leur est mis à disposition pour le confier, temporairement, à une association d'aide aux réfugiés.