Publié le 20 Décembre 2007

Vous pouvez lire le tract distribué actuellement par les militants sur www.gentilly2008.net
4 pages dont voici la première, début d'une lettre ouverte aux Gentilléens par

PATRICE-MARIE SEVE, CANDIDAT SOCIALISTE AUX MUNICIPALES A GENTILLY
undefined

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Politique locale

Repost 0

Publié le 18 Décembre 2007

LOGO-LES-VERTS.jpgPour "faire avancer l'écologie" à Gentilly il y avait les socialistes (voir sur le blog), il y a maintenant aussi Les Verts.
Et c'est une excellente nouvelle !
Nous esperons avec eux faire du développement durable une prioritée traduite dans des projets innovants, à Gentilly et aussi dans la Communauté d'Agglomération du Val de Bièvre.
nti_bug_fck

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Politique locale

Repost 0

Publié le 14 Décembre 2007

Les premières réflexions des socialistes sur un projet lourd de conséquences

L’absence d’une vision d’ensemble pour l’Opération de Rénovation Urbaine (ORU) lancée à Gentilly sur le Chaperon Vert risque d’avoir un impact très négatif  sur la scolarité des enfants de ce quartier et du Plateau Mazagran.
          
Actuellement tous les enfants de la zone du Chaperon Vert, qu’ils habitent Gentilly ou Arcueil, sont scolarisés dans l’école élémentaire Joliot-Curie, située à Arcueil. Or elle va être démolie et reconstruite un peu plus loin. Mais cette nouvelle école Voltaire sera réservée à Arcueil, pour accueillir aussi les enfants venant des nouveaux immeubles près de la Vache Noire.

A Gentilly, aucune école élémentaire n’a été prévue au Chaperon Vert, ou sur le terrain Lénine, sur lequel seront pourtant bâtis beaucoup de logements destinés à des familles. Il a été annoncé que les enfants de ce quartier, âgés de 6 à 11 ans, seraient tous scolarisés de façon permanente à l’école Lamartine.
           
On prévoyait alors environ 125 élèves supplémentaires dans cet établissement. Les socialistes avaient donc marqué leur accord pour la solution proposée qui semblait  la seule possible, intéressante et à priori compatible, après travaux, avec la capacité maximale d’accueil de l’école du Plateau Mazagran.
En 2007 les projets se précisent : il y aura en particulier plus de 300 appartements familiaux sur le terrain Lénine, entraînant une arrivée d'élèves supplémentaires qui n'avaient pas été prise en compte.
 
Ainsi nous découvrons aujourd’hui qu’une étude sérieuse de « faisabilité » n’a été effectuée qu’a posteriori, par un cabinet d’experts et que le rapport très approfondi, remis aux élus municipaux, prévoit dans six ans la scolarisation d’un nombre très supérieur d’élèves (jusqu’à 200 au lieu de 125).
 
Ces chiffres et leurs conséquences rendent obligatoire le réexamen total du projet.
 
• Le transfert permanent de tant de nouveaux élèves à Lamartine semble difficilement envisageable sans dégradation profonde des conditions d’accueil des enfants et de travail des enseignants.
 
Pour doubler ainsi ses effectifs d’ici 5 à 7 ans (en atteignant 350 à 400 élèves répartis dans environ 15 classes), de profondes et très coûteuses transformations des locaux seraient alors nécessaires. Elles sont présentées dans le rapport des experts. Ces travaux réduiraient beaucoup l’espace disponible pour chaque enfant et chaque enseignant : cloisonnement de l’un ou des deux grands préaux, locaux d’activités réaménagés en salles de cours…
 
D’autres problèmes deviendraient également difficiles à gérer, comme ceux de la restauration des enfants, avec un passage incontournable à 3 services. La construction d’une nouvelle cantine est maintenant évoquée, à la place du jardin de jeux public situé à côté de l’école maternelle. Or cet espace vert est très utilisé par les enfants, mais est aussi très apprécié par beaucoup d’autres habitants du quartier

• Pour diminuer un peu le surnombre à l’école Lamartine, le rapport des experts envisage aussi un changement de la carte scolaire, qui déplacerait une partie des enfants du Plateau Mazagran vers l’école Barbusse (à côté de la mairie), à condition que celle-ci puisse les accueillir, ce qui est loin d’être sûr.
Cette solution ne faciliterait pas la vie des parents.  Des problèmes nouveaux d’accompagnement apparaîtraient, liés à la longueur des nouveaux trajets, à l’éloignement entre école maternelle et école élémentaire pour les familles ayant des enfants scolarisés dans ces deux niveaux. Le problème serait d’ailleurs le même pour les familles du Chaperon Vert qui auraient des enfants en maternelle dans le quartier et en élémentaire à l’école Lamartine.




Un autre transfert d’enfants, lié à l’ORU, vers l’école élémentaire Lamartine, est prévu mais de façon temporaire, pendant environ deux ans, de 2009 à 2011.

En effet l’école maternelle Jean Lurçat située au Chaperon Vert à Gentilly, doit être démolie. Mais elle
sera reconstruite sur le même terrain, jumelée à une nouvelle crèche (la crèche actuelle laissant place à des logements). Pendant les travaux, et seulement pendant cette durée, les quatre classes actuelles de Jean Lurçat seraient momentanément installées à l’école Lamartine élémentaire.

 

Ce transfert n’est pas du tout simple à organiser. Il aurait dû être évité en construisant la nouvelle école avant de détruire l’ancienne. C’est ce qui va être fait à Arcueil.
Mais, d’ampleur plus limitée et de courte durée, il ne semble pas poser de problèmes insurmontables.
 


Le rapport évoque également comme solution la construction d’une nouvelle école élémentaire au Chaperon vert ou sur le Terrain Lénine. Avec 200 élèves, cet équipement s’avérerait indispensable : actuellement les écoles élémentaires de la commune ont toutes des effectifs compris entre 180 et 220.  A Arcueil les effectifs de ces écoles varient entre 160 et 260, et la future école Voltaire est prévue pour 11 classes élémentaires, donc environ 270 élèves.


 
 

Le graphique suivant montre la répartition des écoles élémentaires en France selon leur nombre de classe :
taille-ecoles.jpg
Source :
L’état de l’école, Paris, ministère de l’Education nationale, Paris, 2006.
On constate la faible part des écoles de plus de 10 classes. Les écoles de 15 classes et plus étant très rares.

 
 
Autre problème important : les élèves arrivant à Lamartine pourraient-ils conserver les bénéfices pédagogiques de la Zone d’Éducation Prioritaire, puisque cette école n’en fait pas partie ? Les premières réponses à cette question laissent entendre que non. Les enfants du Chaperon vert comme du Plateau ne bénéficieraient plus de classes à effectif réduit, avec tous les dommages que cela implique pour la qualité éducative.

Dans une circulaire de l’éducation nationale on lit la phrase suivante, qui s’applique assez bien au problème que Gentilly rencontre aujourd’hui :
"La fusion de deux écoles, et en particulier d'une école maternelle et d'une école élémentaire, ne doit pas conduire à créer un ensemble d'une taille trop élevée, notamment en zone d'éducation prioritaire [...]"
     

Depuis 2005, les socialistes de Gentilly dénoncent le manque d’ambition imposé par les élus du Parti communiste pour la « rénovation » du Chaperon Vert : les logements et l’urbanisme de ce quartier seront loin d’être améliorés comme ils auraient dû l’être grâce aux crédits apportés par l’État.
Contrairement à sa partie arcueillaise, le Chaperon Vert ne sera pas restructuré à Gentilly. C’est ce choix de l’immobilisme qui a conduit à ne pas apporter l’attention nécessaire à la question de l’accueil scolaire des enfants.

L’absence de réaménagement urbain va entraîner une diminution importante des subventions de l’État et il est désormais plus difficile de trouver les espaces nécessaires à de nouvelles constructions.
 
En raison de ces désaccords sur l’ORU, et d’autres souvent liés à l’insuffisante prise en compte de la qualité environnementale, les élus socialistes du conseil municipal ont seuls voté contre le projet de Plan Local d’Urbanisme en mai 2007.
 
La première application de l’ORU ne doit pas conduire à une nette détérioration de la situation scolaire dans le quartier du Chaperon Vert et sur le Plateau Mazagran. Il faut revoir des décisions prises sans études préalables et approfondies. En janvier 2005, un document présenté lors d’un atelier de l’ORU sur l’offre scolaire, garantissait  «  Des écoles et des centres de loisirs : modernes et adaptés ; à taille humaine ; à proximité de chez vous ».
 
Ces promesses ne doivent pas être oubliées !
ti_bug_fck

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Politique locale

Repost 0