Publié le 29 Juin 2009

Deux sujets majeurs à l'ordre du jour:

la réforme de la charte des Conseils de Quartiers

Le collectif d'animation de l'éducation populaire

 

 

Première surprise: la réunion n'a pas lieu dans la petite salle du rez-de chaussée mais dans la grande salle à l'étage. Bigre! Ça va être solennel! Et en fait on comprend pourquoi quand on arrive à l'étage.

Deuxième surprise : pauvre chroniqueur habitué depuis maintenant 15 mois à hanter presque solitaire le deuxième rang de la salle du conseil municipal, accompagné de ci de là par un ou deux camarades et en face pas un ou deux « camarades » également dans le meilleur des cas, je me sens soudain intimidé par le décor et le dispositif prévu. La mairie prévoit sûrement que le sujet de la démocratie locale va intéresser car on a installée 90 chaises pour le public.


Et quelle préscience ou plutôt devrais-je dire quelle connaissance intime des pensées les plus profondes de nos concitoyens gentilléens. En effet spontanément, pas loin de 70 personnes sont fait l'effort de suivre ce débat. Vous socialistes, écologistes et « citoyens » , vous étiez une petite dizaine, c'est pas mal. Du coup, je me suis senti beaucoup moins seul.


Troisième surprise : Madame la maire trouve le ton juste pour démarrer les débats. Ce n'est pas un meeting, c'est bien un Conseil Municipal dont il s'agit ! Donc elle faitcomme dans tous les Conseils municipaux et respecte le rituel : l'appel puis la litanie des actes pris entre deux Conseils par madame la maire dans le cadre de la délégation de gestion.

Et là troisième surprise : au milieu de la petite trentaine d'actes pris par madame la maire dont le montant oscille entre 112 €uros et 12.500 €uros vient se glisser un avenant n°2 au marché concernant le Jardin de la Paix pour un montant de 280.000 €uros (les chiffes exacts seront évidemment consultables sur les bandes enregistrées du CM dès qu'elles seront disponibles) . Est-ce un hasard que cet effort financier arrive juste au Conseil municipal qui doit parler des Conseils de Quartiers? Rappelons nous aussi que le même conseil a débattu longuement il y a un mois pour trois subventions dont le montant cumulé n'atteint par les 5.000 €uros.


Vient enfin le premier débat sur les conseils de quartier.

Le propos introductif de madame la maire resitue la démarche dans une longue tradition gentilléenne qui des luttes pour imposer le logement social contre les projets de la Cité Universitaire Internationale (déjà!) au Chaperon Vert (encore!), il y a longtemps déjà, jusqu'à la récente Fête de Gentilly marque l'attachement de Gentilly à ce qu'on appelle maintnant la démocratie participative ( celle qui a popularisé cette expression en France aurait dû faire la breveter, elle toucherait actuellement de belles « Royal »ties). Mais le naturel revenant au galop, madame la maire n'a pas pu éviter un lapsus fâcheux puisqu'elle a enchaîné presque aussitôt par un long plaidoyer pour cette « démocratie populaire » qui permet de renforcer les liens entre citoyens et élus (ah tic verbal quand tu nous pièges!). J'ai beaucoup aimer le néologisme qu'elle a employé à plusieurs reprises « co-élaborer » (joli mais à prononcer lentement)

Sur le projet lui-même que nous dit madame la maire? Dans la précédente charte, il y avait beaucoup de bons principes mais , d'une part il n'y avait pas toujours les moyens et surtout, le calendrier n'a pas permis à l'expérience de se réaliser (mis en place dans le second semestre 2006, leur activité a été rapidement gelé, pré-campagne électoral oblige. Après, ça été dur de reprendre le cours normal. C'est pas faux mais c'est insuffisant comme explication)

La présence de 7 conseillers municipaux délégués aux CQ (1 par CQ) sera une garantie que les CQ seront entendus par le CM.

Puis vint la présentation du projet par l'adjoint au maire en charge du dossier , Monsieur Sanoko

Première affirmation forte: les conseils de quartier sont une démarche de partage du pouvoir.

Deuxième affirmation forte : les CQ rendent les habitants acteurs de la ville

troisième affirmation forte :les CQ sont l'affirmation d'un droit de cité

Cela était déjà dans les principes de la précédentes charte. Alors pourquoi réviser? Parce que

1°la démocratie n'est pas un processus figé

2°le bilan est mitigé , notamment auprès des jeunes dont la participation reste faible (c'est un euphémisme!)

quelles propositions?

On simplifie :

plus de colléges mais des membres élus par les habitants présents. J'ai cru entendre 10 membres ce qui expliquerait pourquoi, il y avait 70 personnes qui assistaient à ce débat (70=7*10, n'est-ce pas mais peut-être est-ce un hasard?)

un conseiller municipal délégué par conseil de quartier: il fait le lien avec le CM. Il n'anime ni ne contrôle le CQ (mais qui aurait bien pu penser cela?)

Les 10 élus du Conseil de quartier le seront pour 2 ans élus par l'assemblée générale du quartier et la composition de ce groupe de 10 devra respecter toutes les diversités (sociales, d'origine, de sexe , de type d'habitat, d'age, etc...) et comprendre des représentants des « activités organisées du quartier » . Par « activités organisées du quartier », il convient de comprendre CPE, collectif de locataires, associations de quartiers mais aussi représentants des entreprses du quartier, etc...)

Les pouvoirs sont larges puisque le CQ st obligatoirement saisi pour tout projet concernant le quartier ou tout grand projet, saisi du projet de budget, et doté du pouvoir d'autosaisine pour tout ce qui concerne son périmètre.


Réaction des élus:

le premier à parler est le représentant des « Verts et Rouge », Monsieur Véronèse qui trouve le projet bien mais le bilan bien décevant. Il met en garde : « Il ne faudra pas , une fois de plus, décourager les bonnes volonté ».

Martine Guillaume, enchaine pour le groupe PS-Verts : c'est sûr que le projet précédent nécessitait des simplifications mais malgré ce bilan que certains trouvent décevant, il faut rappeler que dans certains quartiers il y a des citoyens qui se sont réunis en dehors de ce cadre qui apparaissait inadapté et ont fait avancer des projets. Félicitations à l'équipe municipale d'avoir fait cette effort de simplification.

La droite gentilléenne: opposée au projet dans la précédente municipalité, elle voit dans le bilan mitigé la preuve qu'elle avait raison. En quelques mots, leur porte-parole Monsieur Gérus émet quelques doutes sur l'efficacité du nouveau dispositif et pointe quelques zones d'ombre comme par exemple :

c'est quoi l'AG qui doit désigner les 10 membres élus?

Comment pourra-t-on respecter la diversité?

Comment pourra-t-on associer les CQ à l'élaboration du budget quand déjà le CM a dû mal à être informé suffisamment tôt?

Bref, voilà un homme qui se réclame du Mouvement Démocrate et qui est sceptique et sur la nécessité de faire mouvement et sur la démocratie locale!

Le NPA ne pouvait pas être en reste et par la voix de son porte parole a salué l'effort de simplification (mais il dit lui décomplexification, ce qui n'est pas simple!). Il eût aimé que les CQ fussent associés à l'élaboration du budget communal 2009 mais cela ne fut pas possible. Donc il prend date pour celui de 2010.

And last but not least , monsier Krop intervient pour rappeler deux choses:

1° que la démocratie n'est pas un objet fini (ce en quoi il est d'accord avec Monsieur Sanoko sur la démocratie en construction permanente mais est-ce vraiment une surprise!)

2° Avec les conseils de quartier, nous allons nous opposer aux projets de Sarkozy en matière de collectivités territoriales. En cela il faisait écho aux propos liminaires de madame la maire qui souhaitait que cette « refondation » (ou « rénovation » come vous voudrez!) de la charte des conseils de quartiers trouve une résonance au-delà des frontières communales, dans la CAVB, au Conseil général 94, en Ile de France et dans le cadre de Paris Métropole (mais là aussi cette convergence est-elle le fruit du hasard?)


Réponse globale de madame la maire à toutes ser interventions : elle prend quand même de sacrés engagements

-la place des CQ dans la conduite des projets municipaux devra être inscrite comme l'est celle des commissions d'appel d'offres

-on interdira tout projet qui ne sera pas passé devant le Conseil de quartier

par contre, elle plus dubitative sur des démarches plus ambitieuses en matière de gestion directe du budget , se référant en cela à l'expérience brésilienne de Porto Alegre.

Je ne saurais terminer le compte-rendu de cette première partie sans citer un lapsus ô combien révélateur d'un adjoint au maire qui parlant de cette réunion du Conseil Municipal a dit « c'est la 3° réunion publique organisée cette semaine sur Gentilly » (ah zut! Je m'étais trompé, il s'agissait bien aussi d'un meeting!).

Résultat du vote : 3 abstentions (la droite), le reste du Conseil approuvant le projet de charte nouvelle. Il va falloir maintenant le faire vivre!


Deuxième point à l'ordre du jour : le collectif d'animation de l'éducation populaire.

C'est Monsieur Krop qui présente le projet. D'emblée, il se place sous l'égide prestigieuse de Condorcet (« ceux qui raisonnent et ceux qui croient, les maîtres et les esclaves »), nous parle démocratie du pouvoir et démocratie du savoir. Rien que d'en parler, on se croie ( non , on se raisonne) plus intelligent!

Après ce départ un peu lyrique, entrons dans le vif du sujet :

l'idée c'est de fédérer la multitude d'initiatives existant dans Gentilly pour leur donner sens.

Donc chaque année, les « activités organisées » pour reprendre la nomenclature existante seront invitées à travailler sur un thème qui sera labellisé

Le comité d'animation sera composé de

deux Conseillers municipaux délégués, Monsieur Krop et Monsieur Sanoko,

deux représentants du groupe majoritaire

un représentant du groupe PS-Verts

un représentant de la droite et du centre.

J'ai dû malheureusement écourté ma présence à ce conseil municipal , ayant le lendemain un déplacement en province et donc un réveil matinal.

Mais je l'ai fait sans crainte sachant que:

les débats sont maintenant publics et publiés grâce à l'action du groupe PS-Verts

les sympathisants de ce groupe étaient nombreux dans l'assistance et pourront donc utilement compléter ce compte-rendu tronqué.


D'ailleurs, ceci est ma dernière chronique municipale. En effet, quand j'avais entrepris de faire ces compte-rendu dès le premier conseil municipal de cette mandature, j'avais pour ambition de montrer que la vie municipale passait aussi par la vie du conseil municipal et que les débats qui s'y passaient n'étaient jamais anodins et souvent même passionnants pour peu qu'on y prêt plus qu'une attention polie . Il s'agissait surtout de montrer que les compte-rendu officiels qu'en faisit la mairie étaient des vrais crimes contre la jubilation démocratique.

Nous avons maintenant des enregistrements , servez-vous en!

Vous avez montré à ce conseil que vous étiez capables de vous mobiliser pour assister en nombre à un Conseil Municipal. Continuez!

Je n'ai pas assisté à celui-ci en entier mais je peux vous dire que le peu des débats que j'ai suivi ce soir-là n'étaient ni plus passionnés, ni plus passionnants ( ni moins d'ailleurs) que ceux des précédents conseils municipaux. Ceux qui ont fait l'effort de se déplacer ont donc pu constater qu'il se disait des choses éminemment intéressantes mais aussi quelques belles banalités. Si cela vous donné envie d'y revenir, surtout de vous génez pas, ma place sera désormais libre!


Au revoir!


Dominique Guizien

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique

Publié dans #Politique locale

Repost0

Publié le 29 Juin 2009

-Avec Europe-Ecologie au coude à coude avec le PS aux Européennes (et largement en tête en Ile-de-France, dont à Gentilly) on a parlé d'une fin de la pré-éminence du PS sur la Gauche en France. Plus généralement le très mauvais score du PS montrerait clairement que les électeurs sanctionnent l'absence de projet convaincant (même problème pour toute la social-démocratie europénnes...), la désunion et le manque de leadership, les errements d'un parti usé, etc.

-Mais avant d'enterrer le PS il faut se demander dans quelle mesure les scores de ses listes aux Européennes nous informent sur son potentiel électoral actuel (étant entendu qu'ils ne disent certainement pas grand chose sur son potentiel dans 3 ans...), en dehors des circonstances particulières du scrutin européen (faible participation, excellente campagne d'EE, charisme de Cohn-Bendit, préoccupations écologiques grandissantes -ce dont il faut se féliciter-, etc.).

-Les électeur d'Alençon, Anduze, Redon et Saint Maur ont peut-être quelque chose à nous apprendre...

-En effet le dimanche 7 juin en même temps qu'ils élisaient comme partout dans l'Union leurs euro-députés, ils étaient appelés à renouveler leurs conseillers généraux dans des élections cantonales partielles.

-Bien-sûr ces quatre villes ne sont pas forcément représentatives du pays (si on regarde la moyenne de leurs résultats on obtient une participation plus élevée que la moyenne nationale, d'environ 5 points, à peu près le même score pour l'UMP, 1,5 points de moins pour le PS et 3,5 points de plus pour EE) et chacun sait que pour des Européennes des considérations locales jouent beaucoup, les étiquettes nationales ont souvent moins d'importance que dans d'autres élections, etc.

 

Mais regardons cependant...

Européennes 7 juin 2009




Abstention UMP PS Verts
Saint-Maur (Val-de-Marne) 51,04% 37,54% 9,59% 21,54%
Redon (Ile-et-Vilaine) 56,91% 24,53% 19,88% 20,06%
Alençon (Orne) 61,34% 26,85% 17,52% 16,73%
Anduze (Gard) 47,32% 24,65% 13,44% 20,61%
Moyenne 54,15% 28,39% 15,11% 19,74%





Cantonales (partielles) 1er tour, 7 juin 2009




Abstention UMP PS Verts
Saint-Maur (Val-de-Marne) 50,79% 40,04% 16,10% 13,82%
Redon (Ile-et-Vilaine) 57,18%
29,88% 11,62%
Alençon (Orne) 56,69% 32,95% 28,15%
Anduze (Gard) 51,06% 31,60% 21,27%





Cantonales 1er tour 2008 (ou 2004 pour Alençon)




Abstention UMP PS Verts
Saint-Maur (Val-de-Marne) 41,29% 36,82% 13,83% 8,73%
Redon (Ile-et-Vilaine) 32,27% * 29,00%
Alençon (Orne) 35,16% 44,93%

Anduze (Gard) 29,06% 17,31% 15,45%


-On constate d'abord que dans ces villes l'abstention aux cantonales et aux européennes a été similaire (plus élevé aux cantonale à Anduze, plus basse à Alençon, ceci étant peut-être dû à la coïncidence imparfaite entre canton et commune).

-Ensuite on voit que l'UMP fait mieux aux cantonales qu'aux européennes dans trois communes mais dans des proportions assez faibles (de +7% à +28% à Anduze; à Redon aucun candidat n'avait l'étiquette UMP au premier tour, les 2 candidats divers droite ont fait respectivement +14% et -18% par rapport à la liste UMP des Européennes).

 

-Progressions de l'UMP assez faibles par rapport à celles du PS qui lui fait beaucoup mieux aux cantonales qu'aux Européennes (de +50% à Redon à +68% à Saint-Maur).

 

-Les Verts n'étaient présents aux cantonales qu'à Redon et Saint-Maur, ils y réalisent des scores nettement moindres qu'EE aux Européennes : -42% et -36%.

 

-Autrement dit entre un tiers et la moitié des électeurs du PS lui ayant préféré EE ont le même jour fait le choix d'un candidat estampillé PS aux cantonales.

 

-Si on s'intéresse plus directement aux cantonales du 7 juin on retiendra que deux cantons ont été pris à la droite (Alençon et Redon). Le candidat du PS a été battu au premier tour à Anduze mais est en progression par rapport à 2008. La candidate « Gauche alternative » pour laquelle il s'est désisté l'a emporté. Le PS a connu une progression notable à Saint-Maur, qui est un bastion de la droite, +16% par rapport aux cantonales de 2008, alors même que les Verts font une percée remarquable (+58%). Difficile de parler de mauvais résultats pour le PS.

 


-Des projections très hypothétiques (étant donné l'abstention très forte aux européennes comme aux cantonales partielles, le manque de représentativité des cantons examinés, etc.) du poids actuel du PS au niveau national :

 

plus 50% (cas de Redon) pour le PS aurait donné à peu près 25% des suffrages exprimés au niveau national, à plus 59% (moyenne des 4 villes) on dépasse 26%. On reste en dessous des 28,9% des Européennes de 2004.

 

 

-Les pessimistes de gauche (ou les optimistes de droite) en concluront que le PS n'est plus capable que de gagner des élections locales. Ils noteront aussi la bonne tenue, confirmée par les élections cantonales, du parti au pouvoir malgré la crise (même si l'UMP est bien seule à défendre la politique de Sarkozy, avec des réserves de voix faibles pour un scrutin à deux tours). Rendez-vous aux Régionales de 2010!

 

Voir les commentaires

Rédigé par Guillaume

Publié dans #Politique nationale

Repost0

Publié le 13 Juin 2009

Paris-Métropole est née, présidée par Jean-Yves Le Bouillonnec, député de la 11ème circonscription du Val-de-Marne, dont fait partie l'ouest de Gentilly.


Voir l'article de paris.fr.ci-dessous


Un président, Jean-Yves Le Bouillonnec, cinq vice-présidents dont le maire de Paris et le président de la région Ile-de-

France: le syndicat d'études Paris Métropole et ses 93 membres est lancé. Ses premiers travaux, en juillet, porteront sur les transports. Interview de Jean-Yves Le Bouillonnec en vidéo.



Mercredi 10 juin 2009 : naissance de Paris Métropole
envoyé par mairiedeparis. - L'info internationale vidéo.



Paris Métropole prend son envol. Mercredi 10 juin, à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), les collectivités rassemblées dans le syndicat mixte d’études se sont réunies solennellement pour procéder à l’élection du bureau, des vice-présidents et du président, à l’entrée des nouveaux membres, à la mise en place des groupes thématiques, ainsi qu’à l’adoption d’une charte de fonctionnement et d’un calendrier de travail.


Que va faire Paris Métropole ?


C’est Jean-Yves Le Bouillonnec, député-maire de Cachan, qui préside Paris Métropole pour un an. Il sera entouré de cinq vice-présidents : Bertrand Delanoë, maire de Paris, Jean-Paul Huchon, président du Conseil régional d’Ile-de-France, Philippe Laurent, maire de Sceaux, Patrick Braouezec, président de la Communauté d’agglomération Plaine Commune et Jacques JP Martin, maire de Nogent-sur-Marne.


Solidarité financière, transports, logement...


C’est « un moment historique », s’est félicité Bertrand Delanoë qui ajoute, à l’intention du nouveau président : « Jean-Yves, Paris est totalement à tes côtés ». « Nous devrons être concrets et pragmatiques », poursuit le maire et vice-président, « entreprendre sur les transports, la solidarité financière, le logement et l’aménagement urbain ». Et de préciser ensuite : « Nous voulons travailler dans la loyauté avec l'Etat ». 
Le président du conseil régional, Jean-Paul Huchon, insiste sur l’importance de la question du logement : « Nous n’avons pas le droit d’échouer sur ce sujet ».
Pour Patrick Braouezec, Paris Métropole « donne la parole à toutes les collectivités à égalité » et permet de « défendre le point de vue des banlieues ». Montreuil par exemple dont la maire, Dominique Voynet, évoque « de nouveaux défis à relever, notamment la baisse des émissions de carbone ».

Dès juillet, le syndicat se réunira pour travailler sur la question des transports. Il compte aujourd’hui 93 membres que Jean-Yves Le Bouillonnec appelle « à faire vivre le conseil syndical pour le bien de nos habitants ». Doté d'un budget d'un million d'euros, le syndicat pourrait accueillir prochainement de nouveaux membres, tels le département des Hauts-de-Seine.

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Repost0

Publié le 10 Juin 2009

Projection de “Bio-attitude sans béatitude” d’Olivier Sarrazin-REAL Productions.
Le vendredi 19 juin, à partir de 19h30-Apéritif solidaire
- Mairie de Gentilly (94), Salle du Conseil 14, place Henri Barbusse.

"Agriculteurs et éleveurs “bio”, ou “biodynamiques”, réseaux alternatifs de proximité, tous pratiquent des techniques d’exploitation et de distribution différentes. Ils respectent les saveurs, les hommes, la nature et génèrent de l’emploi et du lien social…" En savoir plus sur le film


Débat : AMAP, circuits courts de distribution, qu’y a-t-il à attendre du rapprochement entre paysans et consommateurs ? Pouvoir d’achat et Agriculture durable, quelle alimentation pour demain ?

Avec Consom'Solidaire, Les Amis de la Conf', Alterconsos Val de Bièvre

http://consom-solidaire.over-blog.com/

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Développement durable

Repost0

Publié le 9 Juin 2009

Gentilly et les villes voisines :













(ligne sans libellé : total Gauche réformiste)

Un quart de siècle d'élections Européennes à Gentilly  :


Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Elections

Repost0

Publié le 6 Juin 2009



Planche d'autocollants conçue par les socialistes de Gentilly.

Si avant de voter vous souhaitez connaître le bilan des élus sortants, voici un document très complet concernant le PSE.

Bon Vote

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Elections

Repost0

Publié le 1 Juin 2009

Après une interruption d'une séance, je reprends provisoirement la tradition des CR de CM. J'écris provisoirement car les débats étant maintenant enregistrés et parait-il retranscrits, il n'est plus nécessaire qu'il y ait un CR un peu moins succinct que l'indigeste document que nous infligeait la municipalité jusqu'à présent. Attendons-donc de voir ce que sera cette première retranscription. Si c'est bon, j'arrêterai évidemment les CR. Si c'est trop indigeste, on verra
Mais ne plus être "le petit rapporteur" n'empêche pas de rester un chroniqueur, donc...
En tout cas bonne lecture.
Dominique



Après le Conseil de Mars consacré au vote du budget, la séance s’annonçait plus calme :

 

Le compte administratif et le compte de gestion

Plusieurs décisions de gestion courante

Quelques votes de subventions

Rien de bien passionnels, ni de bien passionnants.

Une bonne nouvelle pour commencer : les débats seront enregistrés et retranscrits. Donc plus besoin de compte-rendus ! Je peux prendre ma retraite.


1°) Commençons par le début : la présentation du compte administratif et vote du compte de gestion.

C’est le moment où la municipalité rend compte de sa gestion passée. Comme d’habitude, le compte de gestion fait apparaitre un léger excédent : environ 35.000 €uros. La présentation des comptes est sobre, très sobre, trop sobre même.

En effet, sauf à avoir été particulièrement clairvoyant au moment de l’élaboration du budget 2009, il est difficile de croire qu’en fin de parcours l’écart ne soit que 35.000€uros sans que des choix de gestion particulier n’aient été faits. C’est de cela dont il aurait été intéressant de parler. Mais là, point d’explications, ni de demandes d’explication non plus d’ailleurs, la droite se désolant…du retard des travaux à Saint-Saturnin, les Verts-PS-et-citoyens posant les bonnes questions mais pour le prochain débat d’orientation budgétaire. C’est toujours ça d’engrangé ! L’adjoint aux finances excellent pédagogue par ailleurs dès qu’il s’agit de chiffres, l’a d’ailleurs bien fait remarquer. C’est au moment du débat d’orientation budgétaire qu’il faut afficher des choix politiques avec des ratios des tableaux comparatifs et tous ces instruments qui font le ravissement des spécialistes. Gageons qu’à ce moment là, il saura aussi faire des prodiges d’ingéniosité pour présenter de façon didactique les choix budgétaires, permettant ainsi les comparaisons avec des communes similaires (poids des salaires, poids des politiques sociales, sportives, culturelles, etc…, part de l’investissement et du fonctionnement). En attendant, nous sommes priés de croire que l’excédent de gestion n’est dû qu’aux recettes fiscales des transactions immobilières. L’explication est simple, trop simple. La présentation des écarts prévus/réalisés postes à poste nous aurait sûrement éclairé sur les choix de gestion qui ont été fait dans le courant de l’année.

Après tout : 1035-1000= 35 mais (635-400)+(400-600)=35 aussi mais ça n’a pas tout a fait la même signification. Dans un cas, je suis très bon ; dans l’autre, ça se discute. On en reparlera donc lors du prochain débat d’orientation budgétaire car comme l’a bien exprimé l’adjoint aux finances, le compte administratif est plein d’enseignement pour le prochain budget.


2°) Dans la foulée présentation de l’utilisation de la DSU.

Rappelons d’abord, que celle-ci a été sauvée suite à une mobilisation de nombreux Gentilléens, de toutes tendances politiques qui, grâce à une pétition, ont su faire céder le gouvernement. Grâce soit rendu à ses nombreux signataires et souvenons-nous dans l’avenir de la force politique du droit de pétition.

Le montant perçu a été à peu près conforme à ce qui était espéré, soit 278.130 €uros. Nous avons appris que 52.100 €uros ont servi à financer la mission locale, le reste allant à des actions menées par les antennes de quartier ; Espérons que les membres de la commission finances ont eu un bilan plus détaillé de l’usage qui en a été fait


3°) Complément de fonds de concours en provenance de la Communauté d’agglomération du Val de Bièvre.

Le montant n’est pas énorme : 28.155 €uros dont la moitié revient sous forme de fonds de concours dans le budget municipal. Mais cela permet à madame la maire de reposer la question des mouvements financiers entre Gentilly et la CAVB. Ce point sera débattu bientôt au Conseil Communautaire. Cela tombe bien, cela me permet de lever le malaise qui a pu naître suite au compte rendu de l’avant-dernier conseil municipal. Loin de moi l’idée de comparer l’adjoint au maire avec celle qui n’a eu de cesse de casser le mouvement ouvrier et le mouvement syndical pendant la décennie où elle dirigea la politique britannique. Les engagements politiques de monsieur l’adjoint parlent pour lui. Non, ce que je voulais dire, c’est que j’avais perçu une certaine similitude dans les attitudes face à une communauté à laquelle on a accepté d’adhérer sans forcément en accepter les contraintes financières. La solidarité communautaire en matière de TP ne fait que reprendre ce vieux principe de solidarité «  Les riches doivent payer pour ceux qui le sont moins. » Mais il faut aussi voir l’autre aspect des choses : la solidarité veut aussi que les moins bien lotis reçoivent une part plus importante du pactole «  De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins. » Voilà un autre principe. Malheureusement, emporté par son élan, l’adjoint aux finances n’avait présenté que le premier terme du débat d’où cette impression de vouloir garder pour soi cette TP, impôt tellement imbécile, que tout le monde veut le supprimer…sauf chez soi.


4°) Personnel communal :

Décision de repyramidage des effectifs, constatant que des agents municipaux ont passé avec succès des concours administratifs. Bonne nouvelle. Tellement bonne que même la droite habituellement très réticente dès qu’il s’agit de la masse salariale, a voté pour.


5°) Remboursement des frais de scolarité

Cela concerne les enfants non scolarisés dans la commune où il réside. Le point intéressant, c’est que la commune reprend le taux d’inflation défini par l’INSEE pour faire les revalorisations de barêmes : +0.3% ! C’est réglementaire mais en l’occurrence, ça arrange bien.


6°) Vient le grand moment de récréation annuelle : le vote du financement municipal en faveur de l’école privée St Joseph

Comme il est de tradition, grande montée à la volée d’une partie de la majorité pour défendre les principes de la laïcité : ça n’a aucune influence sur les décisions puisque c’est la loi (madame la maire ne manque pas de le faire remarquer) mais ça défoule et ça déculpabilise. Du coup, 5 membres de la majorité votent contre la décision. Mais rassurez-vous, ce n’est pas un séisme dans la majorité municipale : c’est juste un jeu et on a beaucoup ri, merci !


7°) Après la récré, les vacances, c'est-à-dire les séjours enfants

5 séjours prévus, pour 57 bénéficiaires

Des contributions des familles allant de 85 à 1.117 €uros selon le type de séjour et le coefficient familial.

Qu’en dire ? quelques bonnes remarques du groupe PS-Verts-et-Citoyens sur le manque de diversité des séjours proposés, sur les difficultés même pour les classes moyennes de payer ces sommes, sur le coût global et sur les critères de choix des bénéficiaires. Vous pourrez lires les réponses dans le compte-rendu officiel.

Un aveu surprenant de l’équipe (ou peut-être ai-je mal entendu) : on a du mal à remplir les séjours. Y aurait-il un lien de cause à effet entre les questions du groupe PS-Verts-et-Citoyens et ce constat de la municipalité ?


8°) Vacations funéraires : Rien à dire. Se reporter au CRO s’il y en a que ça intéresse


9°) Entraides internationales.

Il s’agit de distribuer…..3.500 €uros, j’insiste sur ce montant

Trois projets sont susceptibles d’être aidés. Ils sont présentés très succinctement.

Puis on passe au débat :

Le projet présenté par le comité Croix-Rouge de Gentilly-Villejuif est considéré comme assez néo-colonialiste par un élu de la majorité mais sera quand même voté pour 500 €uros.

Du troisième projet, proposé par Heriterre, concernant la préservation du patrimoine culturel andin au Chili, si j’ai bien compris, on ne parlera quasiment pas mais il obtiendra 1.000 €uros.

La polémique jaillit du deuxième projet, présenté par France-Palestine Gentilly, qui se situe dans la continuité d’une action menée depuis plusieurs années avec une commune palestinienne, proche parait-il de Bethléem.

Deux élus du groupe PS-Verts et citoyens soulèvent la question des prises de position nationale de l’association dont se revendique le comité de Gentilly pour poser la question de la recevabilité du projet. Evidemment, les réactions ne se sont pas faites attendre et de fil en aiguille, les mots répondant aux mots, des termes déplacés ont été échangés. Il eut mieux valu, puisqu’il s’agissait de la continuité d’une action déjà menée depuis longtemps, demander à ce que le bilan global soit présenté. Et puisque d’autres collectivités locales le financent aussi (CG 94 et CR Ile de France) on aurait dû voir auprès de ces collectivités, ce qu’elles en pensaient. Introduire des débats politiques nationaux, voire internationaux, dans une enceinte municipale, n’était ni adroit, ni opportun surtout pour… 2.000 €uros. Cela dit, il n’est pas trop tard pour bien faire : ce bilan, il faudra le demander, l’avis des autres collectivités financeuses, il faudra aussi le demander.

 

Je terminerai par ce qui aurait dû être le commencement : le rappel des décisions prises par madame le maire dans le cadre de la délégation donnée par le Conseil.

La liste en est longue et les montants ainsi engagés dépassent largement les 3.500 €uros.

La liste en est tellement longue et tellement de projets concernent l’action culturelle que le groupe PS-Verts-et-Citoyens a demandé qu’un débat sur la politique culturelle de la mairie ait lieu préalablement à ces dépenses. L’adjointe à la culture en accepte le principe. Il devrait donc avoir un débat sur les orientations culturelles de la municipalité avant le début de la prochaine saison, c'est-à-dire en Septembre prochain. Ce débat aura lieu en commission.

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique Guizien

Publié dans #Politique locale

Repost0