Publié le 31 Janvier 2012

Les maires adressent leurs vœux à la population sur la voie publique, parfois  sous forme de décorations lumineuses, mais surtout par  voie d’affiches.
En janvier 2012, nous avons eu la curiosité de comparer, et de photographier,  ces affiches de vœux à Gentilly, Arcueil et Cachan.
 178 7899 bis

 

À Cachan, le maire associe à son annonce « la municipalité, le conseil municipal et le personnel communal ».
 178 7890 bis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À Arcueil, le maire, dont le nom n’est d’ailleurs pas cité, signe ses vœux avec « la municipalité et le conseil municipal ».
 

 

À Gentilly, les affiches apposées dans la ville indiquent simplement : « Patricia Tordjman, maire de Gentilly et la municipalité, vous présentent leurs meilleurs vœux pour l’année 2012 ».178 7883 1
 

Les formulations ne sont donc pas identiques dans les trois villes et mettent en évidence des différences d’approche politique significatives.
Dans son usage courant, le mot « municipalité » représente les seuls élus en charge de la gestion de la ville, c'est-à-dire ceux de la majorité municipale, au premier plan desquels le maire et ses adjoints. C’est pourquoi les maires d’Arcueil et Cachan, et leurs municipalités, prennent soin d’associer à leurs vœux l’ensemble du Conseil municipal, oppositions comprises, et à Cachan également le personnel communal.
A Gentilly, les traditions des directions municipales et leurs pratiques vis-à-vis des groupes minoritaires sont, à l’évidence, différentes…

Voir les commentaires

Rédigé par Michel Dixmier

Publié dans #Politique locale

Repost 0

Publié le 15 Janvier 2012

A partir de 13h30

Hall 2 Paris Le Bourget Parc d'Expositions

dimanche-22-janvier-grand-rassemblement-autour-de-francois-.png

 

Pour s'y rendre 

Autoroute : A1
Gare ferroviaire : Gare de l'Est, Gare du Nord
RER : B, Le Bourget
Bus : 350, 152, Michelet Parc d'Expositions
Métro : Ligne 7, La Courneuve 8 mai 1945

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Repost 0

Publié le 8 Janvier 2012

 

popularite_partis_dec12.jpeg

Sur ce graphique six courbes rendent comptent de l'évolution de la popularité du PS relativement à celle du principal parti de droite à l'approche de l'élection présidentielle. Plus précisemment l'indicateur synthétique retenu est la différence entre les soldes d'opinions favorables et défavorables pour le PS et l'UDF en 1980-81, le RPR en 1987-88, en 1994-95 et  en 2001-02, l'UMP en 2006-07 et en 2011-12, selon TNS-Sofrès.

En examinant une même enquête d'un seul institut on augmente la comparabilité dans le temps des résultats. Le choix d'un seul parti face au PS est une limite, en particulier en 1980-81 quand le RPR de Chirac est venu concurrencé l'UDF de Giscard.

 

Il apparaît que le PS est presque toujours plus populaire (ou moins impopulaire...) que le principal parti de droite. L'approche du scrutin de 1995 est la principale exception.

En 1980-81 et 1987-88, les deux campagnes victorieuses, l'avantage de popularité du PS se maintient à un haut niveau, autour de +30. En 2001-02 la popularité relative du PS se dégrade légèrement entre janvier et début avril 2002 mais reste à un niveau élevée moins de trois semaine avant le premier tour. L'élimination de Jospin est suivie par une large baisse de la popularité du PS relativement au RPR (qui devient UMP). Comment c'est souvent le cas, les sondages bien plus qu'anticiper les résultats, viennent les valider a posteriori. A noter que le FN dont le candidat atteint le second tour demeurait très impopulaire mais en progression.

La défaite de la candidate du PS en 2007 ne se laisse pas prévoir par la courbe dans le graphique ci-dessus avant avril (pour chaque date, le sondage est réalisé au tout début du mois) : début mars l'avantage du PS sur l'UMP est de plus de 20 points. Début avril le PS et l'UMP sont au coude à coude. On remarque que le PS avait vu augmenter sa popularité par rapport à celle de l'UMP entre octobre 2006, moment où elle se situait à un niveau à peine moins défavorable qu'en octobre 1994. L'UMP de Sarkozy ne prend l'ascendant sur le PS de Royal qu'à la fin d'une campagne apparemment favorable.

En décembre 2011 le PS n'est pas dans une situation plus favorable qu'avant l'investiture de François Hollande en septembre (à noter que TNS-Sofrès ne réalise ce sondage que tous les trois mois désormais) mais sa popularité relative se situe à un niveau jamais atteint à ce stade des campagnes pour l'élection présidentielle depuis 1980-81. Jusqu'ici tout va bien...

 

Mise à jour 6 mars 2012 : nouvelle amélioration

popularite_partis_mars12.jpeg


 

A suivre : la popularité des candidats

Voir les commentaires

Rédigé par Guillaume Gaulier

Publié dans #Elections

Repost 0

Publié le 3 Janvier 2012

Ce mardi, François Hollande publie dans Libération une lettre aux Français sous forme de tribune, intitulée "Le changement c'est maintenant", et que vous pouvez lire ici :

 

Libe-FH2012.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Elections

Repost 0

Publié le 1 Janvier 2012

 

Vidéo des voeux de François Hollande



"Le changement, c'est maintenant" déclare François Hollande, présentant ses vœux aux Français, quelques heures avant que nous basculions en 2012, année de l'élection présidentielle.

"L'année 2012, si vous me donnez votre confiance, sera celle de la réforme fiscale, de la justice sociale - sur les retraites, la santé - de la justice entre les territoires. La justice, l’égalité sont les conditions pour que l’effort soit consenti" explique le candidat qui forme le voeu "que l'année 2012 soit celle d'une grande mobilisation autour d'une belle cause : la jeunesse".

>> Je souhaite rester en contact avec la campagne de François Hollande

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Repost 0

Publié le 1 Janvier 2012

A paraître dans Vivre à Gentilly de janvier

Paroles d'élu, de Bouchra Benmadani :

 

[le 3 janvier 2012 : nos voeux n'apparaissent pas dans VAG. Renseigement pris il s'agit d'un oubli du studio de PAO externe et d'un manque de vigilance côté Mairie de Gentilly... vous pouvez les trouver à la fin de cet article]

 

Voir aussi un texte plus technique sur le même sujet

et un document rédigé avant le conseil municipal par Guillaume Gaulier présentant nos propositions pour le bonus environnemental portant sur les hauteurs

 

Le conseil municipal vient de décider que sous certaines conditions environnementales la hauteur maximale autorisée pour les immeubles des zones non pavillonnaires augmentera de 20%,  passant de 21m à 25,2m.
Les socialistes ont voté contre. Nous sommes pourtant favorables depuis longtemps, au principe du bonus environnemental. Pendant la préparation du Plan Local d’Urbanisme nous avions souhaité que dans les zones pavillonnaires l’augmentation de 1 à 1,2 du Coefficient d’Occupation des Sols soit soumise à des conditions environnementales. Dans les zones sans COS, nous avions trouvé inadapté et insuffisant le bonus environnemental limité à une  augmentation de 1,5m de hauteur. Nous insistions par ailleurs sur la nécessité de critères exigeants et contrôlés pour accorder des bonifications.
En mars 2007, le PLU a été voté sans les voix des élus socialistes en raison de l’insuffisance des mesures environnementales et du manque d’ambition de la rénovation de la partie gentilléenne du Chaperon Vert.
Quatre ans plus tard, la majorité municipale nous donne rétrospectivement raison sur
le bonus de hauteur. Alors, pourquoi les élus socialistes ont-ils dit non au texte présenté ?
Deux conditions essentielles manquaient pour que nous nous prononcions pour la règle permettant aux constructeurs de bénéficier de ce bonus appréciable de 20%.
La première tient aux critères environnementaux qui apparaîtront dans le règlement du PLU: trop imprécis, ils rappellent seulement la nécessité de « satisfaire à des critères de performance énergétique élevée », et le besoin « d’équipements de production d’énergie renouvelables ou de récupération ». Ces exigences ne sont pas plus contraignantes que la réglementation qui va prochainement s’imposer partout en France.
La seconde concerne les nuisances créées par des bâtiments de grand gabarit pour les habitants voisins (perte d’éclairement et de vues, surplomb) : aucune règle particulière n’a été prévue pour en limiter les effets négatifs.
Ainsi, au-delà de cette question et contrairement au procès d’intention que nous intente le Maire et les élus de la majorité municipale, nous ne nous opposons pas à une densification de certaines zones, même si Gentilly est déjà une ville relativement dense. Nous ne sommes pas non plus contre la construction des nouveaux logements que cette densification permettrait. Nous revendiquons simplement une meilleure maîtrise de la densification, notamment en ce qui concerne la transition avec les zones pavillonnaires. Sur ce point le PLU n’est pas assez précis et doit être révisé. 
Il a fallu quatre ans pour qu’un bonus de hauteur soit envisagé pour des raisons environnementales. Espérons qu’il ne faudra pas aussi longtemps pour rendre effectives des dispositions encadrant cette règle et pour que soient introduites des modifications du PLU permettant une approche plus harmonieuse du développement urbain de Gentilly.
Enfin, s’il est vrai, comme elle ne cesse de le rappeler pour ignorer ou délégitimer nos propositions, que l’actuelle équipe municipale est le reflet du choix d’une majorité de Gentilléens, il serait faux de penser que le débat démocratique n’a lieu que tous les six ans et s’arrête au lendemain des élections. Ce débat au contraire doit se poursuivre tout au long de la mandature pour enrichir les projets qui sont soumis au conseil municipal. En cela, la participation des 27% de l’électorat que nous représentons  ne peut être de trop.

 

Que cette année 2012 soit une année de réussite pour vous-même et pour vos proches et voie notre action commune contribuer à  plus de justice et de fraternité.


Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Politique locale

Repost 0