Publié le 19 Décembre 2013

Nelson Mandela, Madiba, nous a quittés le 5 décembre.

À certains moments de l'Histoire, au fil des siècles, s'élèvent des femmes, des hommes qui par leur courage, leur détermination, donnent confiance et espoir à des millions d'autres. Nelson Mandela  était de ceux-là; il a changé le cours de l'histoire.

Dans son combat contre le racisme, contre l'injustice, Nelson Mandela a porté au plus haut ses convictions, ses valeurs qu'il avait chevillées au corps, valeurs de liberté, d'égalité et de fin des discriminations.

Il participa à la création en 1944 de la Ligue des jeunes du Congrès national africain, l'ANC.

Dans ce pays où Gandhi séjourna plus de vingt ans et où il conduisit ses premiers combats politiques, Nelson Mandela mena des actions de désobéissance civile contre des centaines de lois qui retiraient aux Noirs, aux Indiens et aux métis leurs droits et leurs libertés ; il dénonça « un système monolithique, diabolique dans le détail, inéluctable dans son objectif et écrasant dans son pouvoir ». Cette désobéissance lui valut ses premières condamnations.

Serviteur du peuple

Après 27 ans d’emprisonnement, à 73 ans, cet homme enfin libre a incarné l'avenir de son pays. « Je me tiens devant vous non pas en tant que prophète mais en tant que serviteur de vous, le peuple » déclara-t-il. Parvenu à faire tomber l’apartheid qui avait voulu le briser, Nelson Mandela fut aussi un sage. Loin de tout esprit de revanche, il conduisit son pays sur le chemin de la réconciliation.

Il savait qu'il ne suffit pas d'abolir certaines lois iniques pour faire disparaître les idées qui les sous-tendent. Il était conscient du chemin qui restait à parcourir pour que chacun vive dans le respect et la dignité qui lui sont dus.

Nelson Mandela nous lègue un message, celui d'œuvrer encore et toujours pour la liberté, contre les discriminations, pour ces idéaux universels auxquels notre pays est si profondément attaché.

 

Pour que les Gentilléens puissent aujourd’hui et demain, honorer et perpétuer sa mémoire, peut-être pourrions-nous donner le nom de Nelson Mandela à un site de notre commune.

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Europe - Monde

Repost 0

Publié le 9 Décembre 2013

  1. Une nation arc-en-ciel, en paix avec elle-même et avec le monde.

nelson-mandela1.jpg

  1. Cela semble toujours impossible, jusqu'à ce qu'on le fasse.

Voir les commentaires

Rédigé par TN

Publié dans #Europe - Monde

Repost 0

Publié le 8 Décembre 2013

Accorderie : ce mot ne vous dit peut-être rien, mais il est déjà très populaire au Québec, où il a vu le jour en 2002, et dans plusieurs villes françaises. Le principe est simple : proposer aux habitants d’un même quartier de se regrouper pour échanger entre eux des services, gratuitement, sur la base de leurs compétences respectives. Les participants sont dénommés les "accordeurs". Le principe est similiaire à celui des SEL (systèmes d'échanges local), présents dans l'hexagone.

 

Echange de temps


Concrètement, il n'y aucun échange monétaire, mais un simple échange de services : une heure d'assistance informatique contre une heure de bricolage, une heure de cours d'anglais contre une heure de couture etc... L'accorderie centralise les crédits de temps de chacun.

 

Solidarité entre voisins

 

Le but ? Rapprocher les voisins et créer du lien social autour d'activités de la vie quotidienne.

 

Près de Gentilly, Paris s'est déjà lancé avec succès dans l'accorderie. La première accorderie est née dans le 19e, et trois autres ont été créées plus récemment sur le territoire parisien, principalement dans des quartiers défavorisés. L'expérience a été également testée par d'autres communes françaises.

Toutes ces accorderies sont membres d'un membre d'un réseau national sans but lucratif.

 

Et pourquoi pas à Gentilly ? La naissance d'une accorderie pourrait contribuer au vivre ensemble dans les quartiers de notre commune, et renforcer la solidarité entre voisins ainsi que le lien social.

 

La ressourcerie : le recyclage au service de l'emploi et de l'environnement

 

Autre innovation à soutenir : la ressourcerie.

 

La ressourcerie permet d'allier le recyclage et l'économie solidaire. C'est une sorte de boutique à but non lucratif où chacun peut amener les objets dont il n'a plus usage, que la ressourcerie pourra remettre en état puis vendre.

Le recyclage est alors au service de l'insertion professionnelle, puisque la plupart des salariés de la structure sont des personnes éloignées de l'emploi ou en voie de reconversion professionnelle.

Les ressourceries sont nombreuses aux portes de Gentilly : à Paris notamment, de nombreuses structures locales, souvent associatives, sont nées.

 

Les objets collectés peuvent être souvent réparés ou transformés pour être revendus à petit prix.

Les objets concernés sont très variés : vêtements, petits meubles, linge... Une ressourcerie (Rejoué) s'est même entièrement spécialisée sur le jouet ! En créant une dizaine d'emplois et une boutique dédiée.

 

L'Interloque

 

en photo : la ressourcerie de l'Interloque à Paris (18e)

 

A Gentilly, plusieurs associations collectent des vêtements, au bénéfice des plus modestes. Mais pourquoi ne pas aller plus loin que la collecte ?

Une ressourcerie est également un outil local d'éducation à l'environnement, utile pour sensibiliser les élèves et leurs familles au tri et aux éco-gestes par exemple. Elle peut aussi collecter certains encombrants auprès des particuliers, ce qui limite les nuisances sur la voie publique.

Une ressourcerie gentilléenne pourrait être un outil très utile, un complément local des actions d'éducation à l'environnement menées par la Maison de l'environnement du Val de Bièvre.

 

Création d'emplois

 

La redistribution de biens d'occasion permet notamment aux ménages de s’équiper à moindre coût dans la boutique de la ressourcerie.

L'activité d'une ressourcerie est également créatrice d'emplois, pour la remise en état des objets et la vente.

Voir les commentaires

Rédigé par PS Gentilly

Publié dans #Développement durable

Repost 0