"A Gauche, le choix du renouveau" Patrice-Marie Sève candidat à Gentilly

Publié le 20 Décembre 2007

Vous pouvez lire le tract distribué actuellement par les militants sur www.gentilly2008.net
4 pages dont voici la première, début d'une lettre ouverte aux Gentilléens par

PATRICE-MARIE SEVE, CANDIDAT SOCIALISTE AUX MUNICIPALES A GENTILLY
undefined

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Politique locale

Repost 0
Commenter cet article

Guillaume 29/01/2008 11:40

@Antivo : Vos opinions sur les positions du PS, au moins d'une partie du PS sont tout à fait respectables. Le PS n'est pas un parti anti-libéral, en tout cas pas de la manière dont vous le souhaiteriez. Pour ma part je suis social-démocrate (à Gentilly pour certain il s'agit d'une insulte, à peu près synonyme de « social-traitre » devenu plus rare…). Je crois à une économie de marché régulée, dans laquelle les syndicats jouent un rôle important. Dans laquelle on ne glorifie pas le marché, dont chacun peut voir les terribles failles, mais dont on sait tirer partie de l'efficacité pour créer des richesses... Je continue à penser que la gauche doit militer pour la construction européenne, en renforçant ses positions pour obtenir de meilleurs compromis. Là encore vous trouverez aisément des socialistes plus proches de vos positions que des miennes. Bon, nous pourrions y passer des heures, dont je manque un peu en ce moment!Il faut d’abord rappeler que les élections municipales comportent deux tours.Patrice-Marie Sève a déjà dit clairement que sa liste participera à un rassemblement au second tour car il ne peut être question de faire perdre la gauche et que le PS, pas plus qu'un autre parti, ne peut prétendre représenter la gauche à lui seul. Il n’est pas question de substituer une hégémonie à une autre, c’est pourquoi nous nous sommes engagé à ce que le PS (et ses apparentés) n’ait pas à lui seul la majorité au conseil municipal. Soyez rassuré, le 16 mars Gentilly sera encore à gauche (la gauche est très largement majoritaire à Gentilly, pour vous en convaincre vous pouvez regarder les résultats récents donnés sur ce site même).Considérer le premier tour comme une primaire à gauche ne fait peser aucun risque sur la victoire de la gauche rassemblée au second tour. C’est d’ailleurs ce que le PC avait fait valoir pour les Régionales de 2004 en présentant des listes autonomes au premier tour. Parce qu’existent des électeurs socialistes retissant à voter pour une liste d’union avec le PC au premier tour ou communistes retissant à voter pour une liste avec le PS au premier tour, le rassemblement se fait plus facilement au second tour, quand il s’agit de battre la droite. C’était vrai en 2004, ça le reste en 2008.Nous voulons donner aux habitants et à eux seuls, en dehors des décisions d'appareil, le choix de la représentation de la gauche dans leur ville, le choix de l'équilibre entre les composantes de cette gauche. C'est la clarté démocratique."Le pouvoir pour le pouvoir" : sur quoi fondez-vous cette accusation? Nous avons bien des points de convergence avec le PC. Suffisamment pour depuis 30 ans participer à la même majorité municipale, et suffisamment pour penser pouvoir encore demain travailler ensemble. Mais dans des conditions différentes, car nous avons aussi des divergences, qui expliquent que nous proposons aux Gentilléens autre chose que le statu quo. Par exemple en matière de politique environnementale ou d'urbanisme (voir notamment notre position sur l'ORU, dans ce blog) nous avons de véritables désaccords. Nous souhaitons aussi que cesse une pratique du contrôle, de la méfiance, de l'opacité, une attitude de fermeture, qui s'explique en partie peut-être par l'usure de 70 années de pouvoir sans réel partage, mais qui en tout cas dessert Gentilly.N’hésitez pas, si le sens de la démarche de la liste des socialistes, des Verts et de citoyens gentilléens ne vous apparaît pas encore clairement, à visiter notre site de campagne : www.gentilly2008.net Bien à vous

ANTVIVO 26/01/2008 07:49

Je ne suis plus militant du PCF depuis l’échec des comités anti-libéraux. Dans le même temps, je suis de plus en plus critique vis-à-vis du parti socialiste dont j’ai appris à respecter les militants ainsi que ses dirigeants. Cela fait plusieurs années que je me pose des questions sur les socialistes et leurs prises de position notamment leur alignement sur la politique européenne et globalement leur opposition molle à ce système libéral que je crois il faut dépasser. Plus encore, la campagne de Royale a signé pour moi la fin de la possibilité de changement que malgré tout je pensais possible avec le PS et d’autres d’ailleurs. Je suis allé à chaque fois qu’il le fallait (régionale, présidentielle) voter pour le candidat PS au second tour. J’ai même mené campagne avec mes moyens pour eux. Aujourd’hui je vois une opposition incapable de renverser la donne car le PS premier parti de cette opposition est complètement poreux aux idées libérales et cette porosité explique le passage de certains dirigeants socialistes à droite. Ils ne sont pas majoritaires, je le sais, mais cela reste non moins symbolique. Je ne suis pas pour la politique du pire. Mais à force de choisir le moins pire on a fini par avoir le pire. Je sais qu’il y a toujours plus à gauche que sois, mais il me semble qu’il y a de moins en moins de marge à droite dans la ligne du PS . Aujourd’hui je vois aussi les appétits locaux grandir sur ce qui reste de pouvoir local communiste comme si la bataille n’était pas contre la droite. Ainsi partout où le PS croit avoir des chances de l’emporter sur un maire communiste, il y aura des candidats socialistes ou des dissidents socialistes face au maire PCF. Je ne suis pas persuadé qu’il faille systématiquement soutenir un maire parce qu’il est de gauche surtout si son mandat est mauvais, mais là, la démarche n’est que trop visible. Il s’agit de prendre le pouvoir pour le pouvoir. Je suis de près la politique de notre pays et si les élections à venir se soldait de cette manière, je m’en souviendrais pour les prochaines échéances électorales avant de glisser un bulletin PS dans l’urne. Je ne suis pas convaincu par les prises de positions PS dont la proximité avec les idées libérales n’est plus à démontrer, mais si, en plus il ne demeure à gauche que le seul parti, je crois que j’irai à la pêche à la ligne. Faites attention, ce n’est pas parce que face aux autres partis de gauche vous êtes ultra dominants, que des citoyens avertis ne vous renverront pas dans la face un retour cinglant, car il n’y aura plus l’excuse de la dispersion à gauche, pour expliquer la défaite. Bref je le répète : je n’ai pas la mémoire courte. A bon entendeur et camaradement,