Manifestation contre le CPE mardi

Publié le 6 Mars 2006

La CFDT, la CGT, FO, la CFTC, la CGC, l'UNSA, la FSU, Sud, les principaux syndicats lycéens et étudiants (UNEF, UNL, FIDL), appellent à défiler pour exiger le retrait du CPE. Ce contrat permet d'embaucher un jeune de moins de 26 ans dans toute entreprise de plus de 20 salariés, avec la possibilité de le licencier sans justification pendant une période de deux ans après la signature du contrat. Le PS, comme l'ensemble de la gauche, s'oppose au CPE qui augmente la précarité de l'emploi que supporte les jeunes et va à l'encontre de la nécessaire sécurisation des parcours professionnels.

A Paris, le cortège partira à 14h30 de la place de la République pour rejoindre celle de la Nation en passant par Bastille.

De la lecture sur le CPE et le CNE :
- "CPE: les syndicats sur le pied de guerre" (Nouvel Obs)
- "CPE et CNE - Les risques du court-termisme" (Challenges)
- "CNE-CPE : tout ça pour ça" (Philippe Martin dans Libé)
- "CNE, CPE... : A quand le contrat unique ?" (blog Largo Desolato)
- "Cinq idées reçues sur le marché du travail" (blog Ceteris Paribus)
- "L'étude de Cahuc et Carcillo sur le CNE et le CPE" (blog Sur l'emploi)
- "CNE, CPE, c'est très peu" (Pierre Cahuc et Stéphane Carcillo dans Libé) NOUVEAU!

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Information

Repost 0
Commenter cet article

Guillaume 20/03/2006 22:30

Si des emplois sont créés par le CPE (possible) ce sera en faible nombre et au prix d'une augmentation de la précarité, comme d'habitude pour les jeunes. En France l'emploi des jeunes joue le rôle de variable d'ajustement. Alors que les 30-50 ans (particulièrement les hommes) ont un risque de chômage qui n'est pas plus élevé que dans des pays qui réussissent bien en matière d'emploi. Dire à des jeunes qui mettent des années à trouver un emploi stable et sont abonnés aux CDD qu'il doivent accepter encore plus de flexibilté est absurde. Economiquement on peut aussi penser que moins de sécurité aboutira à moins de productivité.Concernant le syndicalisme on va accentuer un grave problème français. Comment se syndiquer quand on a pendant deux ans une épee de Damoclès au dessus de la tête? On parle beaucoup(trop ?) du "modèle" d'emploi Danois, il a notamment une caractéristique que la France n'a pas : un fort taux de syndicalisation. En France les syndicats sont faibles et par conséquence poussés au corporatisme, incapable de pratiquer la cogestion. Ils ne sont pour ainsi dire puissants que dans le secteur public, et quasiment absents des PME (c'est peut-être bien pour cela que le CNE qui ne concerne que les entreprises de moins de 20 salariés est passé sans trop de difficultés...).Sur le rôle des prudhommes : je ne suis pas certain qu'il soit optimal qu'un tiers des licenciements passent devant cette instance. ça va bien au delà des cas de licensiement abusifs, est souvent inégalitaire (les jugements sont plus ou moins favorables aux salariés selon les régions). C'est une particularité française dont tout laisse à penser qu'elle ne favorise pas l'emploi. Il y a peut-être plus efficace pour faire respecter les droits des salariés, en particulier le droit à l'emploi.

Jean-Claude 19/03/2006 21:46

Le CNE n'améliorera pas l'emploi. Par contre, il permettra au petit chef  de licencier une tête qui ne lui revient pas (un syndicaliste? une salariée pas assez docile? etc...) sans que le jeune salarié puisse demander une explication devant les prudhommes. Ce serait un recul majeur des droits des salariés.