Du développement durable dans le schéma départemental d'aménagement de Val-de-Marne

Publié le 25 Mars 2006

Mardi 21 mars a eu lieu à Créteil une réunion de présentation du schéma départemental d'aménagement de Val-de-Marne. Il s'agit de prévoir le développement du département dans les prochaines décennies (Objectif 2020), d'évaluer les autouts et les handicaps, d'énoncer des grands principes, de donner un cap.

Il a bien été précisé que le département a en fait peu de compétences dans le domaine de l'aménagement (au contraire de la région Ile-de-France qui en a de plus en plus). Il n'y avait d'ailleurs pas d'obligation à se doter d'un tel document. L'idée est donc de participer aux choix régionaux, et de faire en sorte que les habitants du département puissent se mobiliser derrières des objectifs et des valeurs communes. Il faudra malgré tout un peu plus de projets concrets pilotés par le département pour que le département justifie son existence (pris entre la région et les structures intercommunales en développement, son utilité est contestée).

Le Conseil général et son président Christian Favier ont choisi d'associer les habitants à cette réflexion sur l'avenir du département, et il me semble que c'est une réussite. Les réunions auxquelles j'ai participé étaient constructives, des ateliers ont permis d'approfondir certains sujets, experts (urbanistes notamment), habitants et élus ont pu dialoguer, un questionnaire à recueilli plus de 10000 réponses. Les élus se sont montrés capables de faire de la démocratie participative autre chose qu'un slogan ou un gadget, ce qui est assez rare pour être souligné.
Un bémol concernant le questionnaire, ou plutôt la présentation des résultats par Stéphane Rozès de CSA. Ceux-ci ont été présentés comme s'il s'agissait d'un sondage alors que les réponses ne peuvent être considérés comme représentatives de l'opinion des val-de-marnais, les répondants sont certainement plus concernés par le département, plus investis, probablement plus favorables à la majorité politique départementale que la moyenne. Comme d'habitude il n'y avait aucun point de comparaison : savoir que le problème principal des val-de-marnais est l'emploi (ou le logement) est surtout intéressant si on sait ce qu'il en est ailleurs ou dans le passé. Les interprétations de certaines réponses me sont apparues très hazardeuses, elles ne s'appuyaient pas sur grand chose. Dommage car je suis persudadé qu'on peut tirer une information assez riche d'enquêtes si on prend le peine de creuser en peu.

Plus sur le fond maintenant, ce qui m'a marqué c'est l'accent mis sur le développement durable comme fil directeur. La lutte contre l'étalement urbain, la qualité environnementale des constructions, développer les énergies renouvelables (Favier a insisté sur la géothermie, le président -je crois- d'ATTAC-94 a parlé du pic pétrolier, etc.) bien-sûr les transports non-polluants (meilleure utilisation de la Seine) ont été au cœur des discours (en particulier dans la salle où il est vrai les réprésentants d'associations environnementales étaient nombreux à demander la parole). Esperons qu'il ne s'agit pas simplement de l'insertion d'un thème à la mode dans le discours politiquement correct. Les élus et intervenants dans la salle semblaient voir comment la mise en œuvre du développement durable suppose un changement dans nos modes de vie, et pas seulement plus d'attention porté aux petites fleurs… Les élus ont bien noté que les préoccupations de leurs électeurs étaient en train d'évoluer.

Le discours de la Vice-présidente Verte du conseil régional, Mireille Ferri, était lui aussi très axé sur l'environnement (mais pas seulement, Mireille Ferri m'a fait très bonne impression par son aisance et sa maîtrise des dossiers). Elle a notamment dit qu'il fallait dans l'aménagement de l'Ile-de-France anticiper à moyen terme une possible relocalisation de certaines activités industrielles avec les hausse des prix du transport suite à celle de l'énergie.

Pour en rester au thème du développement durable, il me semble qu'il y a dans le Val-de-Marne une contradiction à appeler à la diminution de l'usage des énergies fossiles et dans le même temps insister sur le développement de l'aéroport d'Orly. Il faudrait au minimum anticiper l'avenir du pôle aéroportuaire dans un contexte qui risque d'être beaucoup moins porteur pour le transport aérien à l'horizon de 2020 qui est celui du schéma d'aménagement du Val-de-Marne.

Peut-être une solution en tirant profit de la volonté d'Air France-KLM de développer à l'horizon 2012-2014 une offre TGV. Au département d'en profiter pour faire avancer son projet d'une interconnexion Sud TGV à Orly.

Rédigé par Guillaume

Publié dans #Développement durable

Repost 0
Commenter cet article

el diablo 25/03/2006 23:45

invitation à visiter mon blog Salut et fraternité EL DIABLO
http://motsetphotos.over-blog.com/article-2259107.html