Billets d'humeur de "Parole gentilléennes" de novembre 2008

Publié le 7 Décembre 2008

Crédits toxiques
On a appris que la dette de plusieurs collectivités locales, en particulier la Seine-Saint-Denis, était composée de « produits structurés », autrement dit d'emprunts à risques, qui rappellent les trop fameux « subprimes » et dont les taux peuvent s'élever dangereusement. Espérons que notre ville et notre département ont su résister aux sirènes des banquiers pendant les années de crédit fou.

Critiquez, critiquez…
Le n°1 du bulletin « A gauche ensemble pour Gentilly » de la majorité municipale (dont nous saluons la naissance) publie un texte d'AC! et de l'APEIS, réquisitoire contre le Revenu de Solidarité Active.
Le dispositif de Martin Hirsch n'est pas parfait (effets pervers possibles au détriment de l'emploi à temps plein...), son financement non plus (taxe sur l'épargne populaire sans remettre en cause le « bouclier fiscal ») mais le décrire comme un outil ultra-libéral qui permettra au patronat d'asservir un peu plus les travailleurs nous semble une dérive gauchiste. En restant vigilants (des ajustements seront probablement nécessaires) nous continuons à soutenir l'idée, présente dans le programme de Ségolène Royal en 2007, que la reprise d'un travail doit se traduire par une hausse des revenus, ce qui n'est pas toujours le cas aujourd'hui.

L’ORU, ou la nostalgie de ce qui aurait pu être
En lisant Le Parisien du lundi 20 octobre on se prend à rêver à ce qu'aurait pu être l'ORU à Gentilly. Arcueil lance en effet la construction d’une école à énergie positive (elle produira autant d'énergie qu'elle en consommera), juste à côté d’un Chaperon Vert arcueillais profondément renouvelé (nouveaux logements, sociaux et privés, etc.). Pour la partie
gentilléenne du quartier, c'est au contraire une école en moins, avec un urbanisme et un habitat qui, pour l'essentiel, resteront inchangés.

Rédigé par Paroles gentilléennes

Publié dans #Opinions

Repost 0
Commenter cet article