Immigration : la (deuxième!) loi scélérate de Nicolas Sarkozy

Publié le 3 Mai 2006

Le projet de loi discuté en ce moment à l'Assemblée Nationale lutte contre l'immigration familiale, transforme les mariages mixtes en parcours du combattant (une ivoirienne souhaitant épouser un français devra retourner en Côte d'Ivoire pour tenter d'obtenir un visa de long sejour. Même s'il lui est accordé elle devra renouveler chaque année pendant trois ans sa carte de sejour avant d'obtenir, si le Prefet et la Maire n'ont rien contre, une carte valable 10 ans... le Canard Enchainé, d'où est tiré cet exemple, précise qu'épouser un belge vivant en France sera par contre plus facile, puisque la Cour des communautés européennes n'impose pas de visa de long sejour), complique la régularisation des sans papiers et ne fera que "fabriquer" de nouveaux clandestins....
Il entend passer à une immigration "choisie" plutôt que "subie" mais, même à supposer qu'il soit souhaitable de privilégier une immigration sélective (risque de pillage des pays d'origine) comment espère-t-on attirer les étrangers les plus qualifiés en donnant l'image d'un pays replié sur lui même qui abandonne sa tradition de terre d'accueil ?
Tout est fait pour satisfaire l'électorat frontiste (mais Le Pen et de Villiers ne sont pas satisfaits puisque il resterait l'immigration "choisie"!).
Et si obtenir le retait de cette loi xénophobe était aussi l'occasion de donner un coup d'arrêt à la carrière de Nicolas Sarkozy ?
A lire : le dossier sur le site du PS,  le site d'Uni(e)s contre une immigration jetable, collectif auquel participe le PS.
A retenir : Manif nationale le samedi 13 mai. Place de la République à 15h.

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Politique nationale

Repost 0
Commenter cet article

Guillaume 05/05/2006 10:04

sur le site du PS :Depuis mercredi, les discussions autour du projet de loi sur l’immigration vont bon train à l’Assemblée Nationale et devraient durer jusque tard dans la nuit de vendredi. Malgré l’unité de l’ensemble de la gauche pour contrer ce texte « dangereux » et « inefficace » comme le dénonçait le député PS Bernard Roman, les cinq premiers articles du projet de loi avaient déjà été adoptés jeudi soir. Malgré les absences répétées de son principal auteur.Le groupe socialiste a ainsi déposé une soixantaine d’amendements, notamment de suppression, et entend continuer le combat législatif avec l’ensemble des députés Verts, communistes et radicaux de gauche.Deux d’entre eux avaient même pu être adoptés jeudi soir, notamment celui du député communiste Jean-Pierre Brard sur le respect du principe de laïcité concernant le Contrat d’accueil et d’intégration (CAI) de l’article 4.De même, si la majorité à l’Assemblée nationale a validé l’article prévoyant l’obligation d’obtenir d’abord un visa de long séjour avant de pouvoir obtenir une carte de séjour, un amendement socialiste adopté dispose que ce visa de long séjour « ne peut être refusé à un conjoint de Français qu’en cas de fraude, d’annulation du mariage ou de menace de l’ordre public ».