Notre position sur le PLU

Publié le 7 Novembre 2006

Voici la tribune du groupe socialistes et apparentés dans le dernier bulletin municipal (VAG) :

Dans le numéro de juin dernier, nous avons donné nos propositions sur le diagnostic et les orientations du Plan Local d’Urbanisme, qui doit permettre d’enclencher les initiatives tant sur le plan du logement, de l’activité économique et de l’emploi que de l’environnement.
Le 19 septembre dernier, après examen de l’ensemble du règlement qui doit concrétiser les grandes orientations, le dossier du PLU a été arrêté pour consultation par divers organismes et enquête publique. Il sera définitivement soumis au vote en mars 2007. Malgré les points d’accord (projets de développement prévus rues P.V.Couturier, G.Péri et en Centre ville), face aux insuffisances de ce règlement, notre groupe a choisi de s’abstenir et de mettre à profit le délai jusqu’au vote de mars prochain.

Pour le quartier du Chaperon Vert, l’ORU (Opération de Rénovation Urbaine) fait office de PLU. Nous ne sommes pas les ennemis des vieilles pierres comme nous en accuse l’opposition de droite, nous ne souhaitons pas non plus renoncer à l’habitat social comme on a pu l’entendre et le lire. Au contraire, c’est parce que nous sommes ambitieux pour ce quartier que nous contestons le projet actuel, qui ne comporte aucune véritable restructuration. L’impossibilité de réhabiliter les deux bâtiments de 10 étages implique dans les prochaines années et progressivement de reconstruire (les financements de l'ORU sont accordés sur une durée de 5 ans, une fois le dossier retenu), comme prévu sur Arcueil et effectué au 162. Il faut donner à l'avenue Lénine un rôle majeur nord-sud permettant, à l’intersection avec le nouvel axe ouest-est, une nouvelle centralité. Celle-ci inclurait les terrains du stade mixant logements sociaux, intermédiaires, étudiants et accessions à la propriété, ainsi que commerces et activités. Le projet de l’ORU doit amorcer dès maintenant cette restructuration.
De la même manière il convient d’amorcer le désenclavement du quartier Victor Hugo en précisant sa future traversée.

En ce qui concerne les zones pavillonnaires, un COS de 1,2 (rapport des surfaces construites à la surface des parcelles) risquerait de favoriser la construction de petits immeubles plutôt que de pavillons, nous proposons un COS de 1 augmenté à 1,2 sous condition de dispositions environnementales (voir ci-dessous). Le tracé des zones pavillonnaires est à revoir Villa Rémond, rues Kleynhoff et Blanqui.
Le COS n’étant pas conservé dans le reste de la commune, le nouveau règlement, en fixant l’emprise au sol jusqu’à 70% du terrain, au lieu de 50% actuellement, ouvre la porte à une densification très forte. Si certaines zones peuvent être densifiées (Centre Ville, PVC, Péri…) pour d’autres, il convient de tenir compte des volumétries existantes. Autoriser, hors zones pavillonnaires, 21m de hauteur partout ne nous paraît pas souhaitable.
Si on parle beaucoup de développement durable, nous ne voyons pas comment le règlement, qui propose comme incitation aux efforts pour l’environnement une augmentation de 1,5 m de la hauteur des constructions, permettra d’atteindre les objectifs suivants : économies d’énergie, utilisation d’énergies renouvelables (solaire, géothermie... ), espaces verts et récupération des eaux pluviales (terrasses plantées…). Mettons en place des incitations efficaces comme l’augmentation du droit à construire sous condition d’efforts conséquents et contrôlés. Les constructeurs sociaux et territoriaux doivent par ailleurs être exemplaires.
Le développement durable a aussi un volet social : la mixité et la diversité sociales doivent être introduites par principe dans toute opération, publique ou privée.

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Politique locale

Repost 0
Commenter cet article

serrurier paris 12/02/2016 18:29

bon article