Ségolène la postmoderne

Publié le 2 Décembre 2006

Des trois candidats ayant le potentiel pour accéder aux plus hautes fonction Mme ségolène Royal est la seule à incarner une méthode politique postmoderne.

 En effet Mr Lepen est le symbole d'un classicisme politique: notion de valeurs ancrées dans le passé, peur de la nouveauté, de l'étrange donc de l'étranger car véhiculant un savoir nouveau (ne correspondant pas à notre langage) et demandant donc une ouverture et une adaptation dans des nouvelles philosophies.
Mr Sarkozy est résolument moderne. Le modernisme doit beaucoup à une confiance de la part de chaque politique dans son propre génie, une certitude qu'il est le révélateur d'une vérité profonde et qu'il est le premier à le faire.
La conscience postmoderne naît dans une société qui échange des informations, qui corrèle toutes les langues possibles et établit des interrelations entre elles. On pourrait dire que le postmodernisme signifie essentiellement une participation à un champ ou réseau unifié de la vie politique.
La différence la plus profonde réside dans l'attitude envers le langage politique. Les modernistes sont absolument sûrs de leur authenticité; ils croient avoir crée une politique originale et universelle. Pour les postmodernistes, tous les politiques sont à la fois authentiques et non authentiques. Le moderniste est convaincu qu'il a mis au point son propre langage (politique) universel, quand le postmoderniste sait que tout les langages ont déjà été épuisé, et qu'il est à la recherche de nouvelles relations entre eux.

C'est pour cela, vivant dans une société postmoderne, qu'il est dans l'ordre des choses que Mme Royal soit présidente.

                                                                                                            Fred H

Rédigé par Fred H.

Publié dans #Opinions

Repost 0
Commenter cet article