Prélèvements obligatoires, SECU, TVA : avec Sarkozy, la démagogie le dispute à l'incompétence

Publié le 16 Février 2007

Je signale deux articles de Libé à propos de promesses de Sarkozy :
- Un premier du toujours très bon Thomas Piketty : « Impossible promesse fiscale », qui met en évidence l'impossibilité d'un baisse de 4 poins de PIB des prélèvements obligatoires (44 à 40%, soit 70 millairds d'euro). Sauf à faire du Thatcher démultiplié. (Mais au moins Madame Tatcher était cohérente, elle n'empilait pas les promesses coûteuses à côté de ses baisses d'impôts, Sarkozy en ajoute tous les jours, par exemple faire passer le budget du sport de 1,3 à 3% du budget de l’Etat ou allocations familiales au premier enfant).
- Un second de Jean-Marie Le Guen, « Sarkozy l'affranchi »sur l'annonce par Sarkozy d'une franchise de remboursement de soins médicaux censée réduire le déficit de la SECU (un autre héritage de la fine équipe Raffarin-deVillepin-Sarkozy). Cette mesure doit être là pour faire responsable après les errements sur la fiscalité. Elle ne pourrait être efficace (en termes de réduction des déficits) que d'une manière : en aboutissant à la disparition de la couverture maladie, devenue trop impopulaire et sans objet pour une grande partie de la population...
 
L’UMP et Sarkozy nous ressortent aussi la promesse chiraquienne d'une TVA à 5,5% dans la restauration. C’est moins visible que pour la quasi suppression des droits de successions (qui actuellement ne touchent pas la grande majorité des français, lire "Sarkozy au secours des héritiers" de Bernard Salanié) ou le « bouclier fiscal » à 50% (plafonnement des impôts qui ne concerne pas les riches mais les vraiement très riches), mais c’est le type même de la mesure clientéliste inefficace et qui profite essentiellement aux plus aisés. Cet article déjà ancien d’Alain Trannoy explique bien pourquoi.

Rédigé par Guillaume

Publié dans #Elections

Repost 0
Commenter cet article