Prises de positions du groupe des élus socialistes et apparentés sur les aspects environnementaux du PLU à Gentilly

Publié le 2 Mars 2007

LE PLAN LOCAL D’URBANISME PREND-IL EN COMPTE LES ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX DE L’AMENAGEMENT URBAIN ?  

Le Plan d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) développé dans l’étude du PLU de notre ville marque bien la volonté politique d’inciter tous les constructeurs de logements, d’équipements, d’activités, qu'ils soient promoteurs privés, sociaux ou collectivités territoriales, à prendre en compte les aspects environnementaux. Un tel choix est décisif et capital pour l’aménagement urbain. Comme notre commune est attractive, elle dispose d'une marge de négociation importante pour faire valoir la priorité du développement durable. On peut citer deux points importants du PLU (chacun faisant par ailleurs depuis peu l'objet de subventions de la région Ile-de-France pour les particuliers) :

 

- L’obligation de traiter toute terrasse en surface végétalisée, ce qui limite la surcharge des égouts en cas d’orage, et introduit la nature dans la ville, ou encore le stockage dans certains cas des eaux pluviales.

- Une incitation aux économies d’énergies, isolation, énergies renouvelables : solaire thermique, photovoltaïque, géothermie.

Mais sur ce dernier point le projet de PLU se contente de donner la possibilité de surélever les constructions de 1,50 m. Un « bonus » environnemental est justifié par le surcoût qu'entraîne la construction de haute qualité environnementale, mais un bonus de hauteur nous paraît particulièrement inapproprié.

 

 

 QUELLES PROPOSITIONS ?

 - Aller plus loin sur la récupération des eaux pluviales en rendant obligatoire pour tout constructeur leur récupération et leur réutilisation dans certains circuits (eaux pour lessives, WC, arrosage...)

- Renforcer les performances énergétiques en limitant les consommations d’énergie au-dessous de la norme thermique RT2005 par le renforcement des isolations, le chauffage solaire de l’eau sanitaire, la géothermie (sondes en nappes phréatiques ou puits canadiens), etc. Pour ce faire nous proposons un bonus réellement incitatif :

 

LE BONUS DE COS

 

 La loi du 13 juillet 2005 autorise le dépassement des surfaces construites (COS, qui donne le rapport entre la surface de construction possible et celle du terrain) dans la limite de 20% pour les constructions remplissant les critères de performances énergétiques et d'utilisation des énergies renouvelables. Un tel bonus permet de limiter le coût du foncier et de construire plus de surface sur un même terrain. Il est immédiatement applicable dans les zones pavillonnaires pour lesquels nous proposons de maintenir le COS actuel de 1, et donc de passer à 1,2 avec le bonus.

La suppression du COS dans les autres zones est problématique. Si un COS n'est pas rétabli une solution pourrait passer par l'augmentation de l’emprise au sol autorisée (voir ci-dessous).

Un tel bonus implique un véritable contrôle dans le cadre des permis de construire ; une vérification des performances énergétiques par un bureau de contrôle spécialisé sera indispensable.

 

 

 AUTRES DISPOSITIONS

 

 

 Ramener l’emprise au sol de base à 50% (emprise moyenne actuelle) au lieu des 70% proposés. Cette disposition permettrait de garder au pied des constructions plus d’espaces libres, véritables poumons de respiration urbaine.

La qualité environnementale passe aussi par la cohérence des rues, en particulier du point de vue des volumétries. Les dispositions prévues sont trop générales, elles peuvent empêcher des solutions simples et logiques, aboutir à des densités trop faibles ou excessives selon les cas. Ainsi, il n'est pas approprié de traiter indifféremment des rues très pavillonnaires (rues Lafouge ou Gabrielle avec une proportion de maisons d'au plus un étage sur rez-de-chaussée supérieure à 90%) ou des rues d'habitat mixte (rues B.Malon, Anjolvy ou Gautherot avec une forte proportion de RdC+2 ou plus). Ces rues ne devraient pas être traitées de la même manière et faire l’objet, comme c’est le cas pour la rue R.Lefebvre, d’un traitement spécifique.

groupe des élus socialistes et apparentés de Gentilly

texte paru dans "Vivre à Gentilly" de février 2007 n° 199 dans la rubrique Forum.

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Politique locale

Repost 0
Commenter cet article