Bienvenue dans la France d'Après

Publié le 9 Mai 2007

Je publie ci-dessous la lettre reçue d'un ami vivant aux Etats-Unis. La Banque dont il est question est la Banque Mondiale.
Guillaume.


Incroyable.
Non seulement Sarkozy à peine élu se fait offrir de luxueuses vacances par une entreprise privée largement impliquée en Afrique alors qu'on sait que la France y fait plus ou moins la pluie et le beau temps, une entreprise à propos de laquelle Sarkozy a déjà pris des décisions dans le passé comme Ministre du Budget, mais en plus voilà maintenant qu'il le revendique comme quelque chose de parfaitement naturel et pour lequel il n'a pas de comptes à rendre ! Il ajoute qu'il s'était abstenu d'accepter ces invitations pendant 20 ans. Maintenant qu'il est élu Président de la République, en effet il n'a plus à se faire élire et il bénéficie d'une large immunité, mais sur le fond c'est bien pire.

Il ne sera pas le premier Président peut-être à agir ainsi, mais jusque-là ils le faisaient avec discrétion et non avec arrogance. A nouveau il manifeste son incapacité complète à se remettre en cause. Je crains que ce soit tout un style présidentiel qu'il inaugure. Wolfowicz ici est en délicatesse avec la Banque pour avoir favorisé l'avancement de sa maîtresse, que dirait-on s'il s'était fait offrir des vacances aux Bahamas par le Président du Congo ? Malheureusement c'est bien de ça dont il s'agit dans le cas de Sarkozy.

Quand je t'écris ça ce n'est pas le discours d'un militant, je n'ai pas à te convaincre, mais la réaction abasourdie d'un citoyen lambda.


Déjà je trouvais absurdes un certain nombre de mesures économiques annoncées (je suis loin d'avoir lu tout son programme) :
  • -quasi-suppression de l'impôt sur les successions : l'inégalité des chances à l'école était déjà un fait, pas la peine d'en rajouter. Et si les familles riches investissent dans l'éducation de leurs enfants, au moins c'est utile pour la collectivité. L'impôt sur les successions est à mon avis avec l'ISF l'un des impôts qui freinent le moins l'activité économique.
  • -subvention par l'Etat et les organismes sociaux des heures supplémentaires : quelle sera la conséquence à court terme si ce n'est l'arrêt des embauches au profit des heures supplémentaires ? La France a-t-elle besoin d'un mécanisme incitatif pour augmenter artificiellement l'offre de travail ? A part si l'objectif est de faire baisser le salaire horaire, voire le salaire total si la demande est peu élastique, je ne vois pas.

  • -déduction du revenu des intérêts d'emprunts pour l'achat de logements : le prix du logement augmente plus vite que les autres produits et cette inflation est souvent invoquée pour justifier l'augmentation des taux d'intérêt. Et lui, au contraire, il propose une ristourne d'impôt pour ce type d'emprunts, avec la complexité administrative additionnelle que cela implique pour les services fiscaux, les banques et les particuliers. Bien sûr l'effet est dilué au sein de la zone Euro mais ce n'est pas une raison.
On en vient à espérer du (ex!)candidat qu'il ne tienne pas ses promesses électorales...


Bon courage dans l'action militante et dans la vie quotidienne.

Yvan

Rédigé par Yvan

Publié dans #Politique nationale

Repost 0
Commenter cet article