Bloc note du groupe socialiste

Publié le 12 Avril 2013

Nous avions pensé écrire sur le vote du budget 2013 de Gentilly. Nous voulions rappeler que nous avions voté ce budget tout en insistant sur l’urgence d’une action plus résolue pour les économies d’énergie. En accompagnant l’arrivée de la géothermie, en inscrivant réellement notre ville dans la transition énergétique, on se donnerait des marges financières futures permettant le désendettement, des dépenses plus utiles ou la baisse des impôts.

Nous avions pensé écrire sur l’arrivée des horodateurs à Gentilly qui devrait matérialiser la fin du stationnement anarchique et de l’espace public gratuit pour les voitures. Avant les élections municipales de 2008, nous avons été les seuls à refuser clairement cette désastreuse exception gentilléenne en petite couronne. Elle pénalisait les piétons, trop souvent obligés de marcher dans la rue, mais aussi les automobilistes qui ne trouvaient pas où se garer. Nous appelions à un partage régulé des places de stationnement entre les usagers, sans coût pour les finances municipales, donc non payé par les contribuables sans véhicule.

Nous avions pensé écrire sur la réforme territoriale, encore sur le métier, qui changera la donne en Ile-de-France, avec de nouvelles compétences au niveau intercommunal (Plans Locaux d’Urbanisme) ou dans la métropole parisienne.

Mais il nous a semblé difficile de ne rien écrire sur cette déflagration qu’est l’affaire Cahuzac. A Gentilly comme ailleurs, elle blesse, plus encore que d’autres, les élus et les militants socialistes.
La vitesse à laquelle révélations, rumeurs et annonces s’enchaînent rend vain un bilan actuel.  La justice suivra son cours comme elle vient de le faire, dans le respect scrupuleux de son indépendance, conformément aux engagements du président de la République. Gardons-nous de la tentation du « coup de balai », car dans leur écrasante majorité les élus de la République sont honnêtes. L’amalgame et la suspicion généralisée ne servent que les extrêmes.

 Les mandats politiques ne sont presque jamais un moyen de s’enrichir.
Dans les communes, une large majorité des conseillers municipaux ne touchent aucune rémunération. Les maires et maires-adjoints, encore plus sollicités que les autres élus, doivent abandonner tout ou partie de leurs activités professionnelles et sont indemnisés à un niveau qui n’a rien d’excessif. A Gentilly, les élus socialistes ne font pas partie de l’exécutif et ne bénéficient d’aucune indemnité particulière ni avantage en nature liés à leur mandat municipal.

La corruption et la fraude ne datent pas d’hier, mais la stupeur qui saisit actuellement les citoyens et la classe politique doit être un levier pour accélérer la mise en place d’une République exemplaire.

Surtout, l’évasion et la fraude fiscales, qui sont bien loin de ne concerner que des politiques, sont intolérables. Elles détruisent le consentement à payer l’impôt qui est essentiel dans une démocratie. A l’initiative notamment de la France, l’Union européenne s’oriente vers l’obligation pour les banques de transmettre automatiquement toutes les informations utiles aux services fiscaux des pays de leurs clients.

 

Publié dans Vivre à Gentilly de mai 2013

Rédigé par Guillaume

Repost 0
Commenter cet article