Diversification du logement et projets d'urbanisme à Gentilly : Une dynamique à accentuer

Publié le 27 Juin 2013

Lors des dernières élections municipales, notre liste a proposé d’augmenter « la diversité et la qualité du logement social et privé ». Ce programme reste d’actualité car
à ce jour, la politique menée répond insuffisamment  aux besoins de nos concitoyens.

Aujourd’hui, près de 70% des Français peuvent prétendre à des logements sociaux de diverses catégories, c'est-à-dire adaptées à leur niveau de revenus. A Gentilly, comme ailleurs, il faut donc défendre le parc de logements sociaux tout en le faisant évoluer afin qu’il s’adapte mieux à la diversité des revenus des ayant-droit.

A cet égard, nous devons nous saisir des mesures gouvernementales sur la relance du logement intermédiaire. A titre d’exemple, l’aménagement du terrain de l’ancien collège pourrait être une occasion de réaliser cette mixité nécessaire.

Le développement du logement intermédiaire faciliterait aussi la mobilité au sein du parc  social en libérant plus rapidement des logements au profit des familles qui ne peuvent accéder qu’aux logements sociaux ou très sociaux.

Il est enfin indispensable d’accélérer la rénovation thermique des logements. Là encore le Gouvernement a pris de nombreuses mesures dont Gentilly peut bénéficier.

Durant cette mandature, les travaux de renouvellement urbain du Chaperon Vert (ORU) ont débuté. Des points satisfaisants sont à noter, comme l’aménagement du terrain" Lénine" ou la reconstruction de l’école Jean Lurçat. En revanche, pour le renouvellement de l’existant, les bonnes décisions n’ont pas été prises. Pour construire plus de logements il fallait densifier, ce qui a été fait ailleurs, à juste titre, par la municipalité. C’est aussi ce qui a été décidé sur la partie arcueillaise du Chaperon Vert avec un ensemble d’environ 500 logements, presque terminé. Le bâtiment de dix étages donnant sur la place Marcel Cachin sera ensuite détruit et remplacé par 40 logements intermédiaires, un espace socio - culturel et des locaux d’activité. Gentilly a fait un tout autre choix en se contentant de réhabilitations dans les deux autres bâtiments de dix étages situés sur son territoire. Ces travaux ont souvent été pénibles pour les locataires avec un résultat qui n’est pas à la hauteur des enjeux. Ils seront financés par une hausse des loyers d’environ 30%. Or, il est probable que dans 10 ou 20 ans, lorsque les locataires auront fini de payer les rénovations, le remplacement de ces bâtiments s’imposera.

Le chantier de la ZAC de la Porte de Gentilly tarde à débuter. Quarante  logements supplémentaires y sont prévus : c’est bien, mais cela reste peu pour faire face aux besoins. Quant au projet de création dans les ex bains-douches d’un pôle pour " l’image en mouvement et le son", s’il est ambitieux, il ne remplacera pas la salle de spectacle polyvalente qui manque dans notre commune.
Même si le bilan des constructions à Gentilly reste honorable, il nous semble possible d’aller plus vite et plus loin concernant les chantiers à venir (zone de projet sur l’avenue Paul Vaillant-Couturier, constructions autour de la deuxième sortie du RER, ancien terrain du collège et aménagements le long de l’A6B en face de la future station de métro de la ligne 14…), et d’augmenter en le diversifiant le parc de logements de notre ville.

 

A paraître dans VAG

Rédigé par Frédéric

Publié dans #Politique locale

Repost 0
Commenter cet article