La régie de quartier, un atout pour l'emploi local

Publié le 4 Février 2014

Pour faire émerger des pratiques nouvelles d’économie solidaire, les Socialistes de Gentilly proposent la création d’une régie de quartier. Et découvrez aussi le fonctionnement de l'épicerie sociale.

 

Comment ça marche ?

 

Une régie de quartier est une structure associative qui regroupe les collectivités locales, les bailleurs sociaux, les associations locales, les entreprises et les habitants pour intervenir collectivement dans la gestion d’un territoire. Son objectif est de conjuguer l’insertion professionnelle des personnes résidant dans la ville avec la redynamisation économique locale.

Trois  dimensions sous-tendent cette création :

 

- Une dimension sociale en générant du lien social au travers d’activités et de services, en offrant un emploi aux habitants les plus défavorisés de Gentilly et en assurant un accompagnement social et professionnel des salariés de la régie ;

-Une dimension économique en créant des activités qui répondent à des besoins collectifs et en contractualisant financièrement des marchés avec les partenaires de la régie pour pérenniser les activités ;

-Une dimension politique en mettant les habitants au cœur du projet puisqu’ils seront membres des instances décisionnaires.

Les partenaires peuvent être la DIRECCTE ( Direction régionale de l’entreprise, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) , Pôle Emploi, la Mission locale, les bailleurs sociaux, les Conseils de quartier, le Conseil national de liaison des régies de quartier...

 

Que fait la régie ?

 

Les activités de la régie peuvent être mutiples :

-Entretien de parties communes d’immeubles ( contrats avec des bailleurs sociaux et des syndics de co-propriété)

-Entretien de locaux commerciaux et lavage de vitres

-Entretien de bungalows de chantier

-Gestion de locaux publics et associatifs

-Entretien de voirie et de l’espace public

-Petits travaux dans des locaux publics

-Petit bricolage chez des particuliers comme la peinture, des petits travaux d’électricité, la maçonnerie, la plomberie, la manutention, le débarras, l’assemblage de meubles, etc .

 

Qui sont les salariés de la régie ?

 

Les salariés de la régie seraient tous des habitants de Gentilly particulièrement éloignés du marché du travail, dans le cadre d’un accompagnement dans leur projet d’insertion professionnelle.

Ils recevraient une formation afin d’acquérir de nouvelles compétences professionnelles et seraient encadrés par un chef d’équipe. Ils seraient suivis individuellement par un(e) chargé(é) d’insertion dans leur projet d’insertion : travail, emploi, santé et logement.

Cette insertion peut revêtir plusieurs formes comme les contrats de travail avec les aides à l’emploi et des contrats de travail de droit commun non aidés, à temps plein ou à temps partiel.

 

Des actions pour renforcer le lien social

 

 

La régie de quartier pourrait aussi impulser d'autres actions à l’échelle de Gentilly afin de créer et/ou de renforcer le lien social entre ses habitants, par exemple :

- Un partenariat avec les conseils de quartier pour l’organisation de repas de quartier

-Une bourse aux vélos

-Un atelier de bricolage

-Une bourse au matériel de puériculture

- Un atelier couture

- Un café solidaire

-Un accueil de l’AMAP

- Une bricothèque

- Un Circul’Livre avec des points mobiles

 

Et pourquoi pas une épicerie sociale ?

 

La création d’une épicerie sociale pourrait être utile dans le cadre de la lutte contre la pauvreté qui touche de nombreux publics précarisés (travailleurs pauvres, retraités, étudiants, familles monoparentales).

Cette épicerie proposerait en libre service des produits de consommation courante contre une participation symbolique (10 à 30% de la valeur marchande des articles).

Des structures similaires existent dans de nombreuses villes françaises. Ainsi, à Paris, une dizaine d'épiceries sociales ont vu le jour.

 

Cette épicerie permettrait à ses clients de participer à sa gestion et aux activités organisées, favorisant ainsi une meilleure insertion sociale.

 

Cette épicerie pourrait, par exemple, être créée en synergie avec les associations locales de notre commune.


Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Economie

Repost 0
Commenter cet article