Publié le 20 Juillet 2013

Voir l’intervention à ce sujet de notre député Jean-Yves Lebouillonnec.

 

Le projet de loi prévoit que sur le territoire de Paris et des trois départements de Petite Couronne soit créée une intercommunalité unique en charge notamment du logement, de l’aménagement et de l’environnement (le transport reste de la compétence de la Région). Les conseillers de cette métropole seront en particulier les maires des communes concernées mais aussi, suite à un amendement du Gouvernement, à terme des élus au suffrage universel direct.

 

Il s’agit d’une véritable révolution qui doit permettre que les égoïsmes locaux ne conduisent plus à un sous-investissement dans la construction de logements en Ile-de-France ainsi qu’à une ségrégation spatiale croissante et  des inégalités inacceptables (pour prendre un exemple Puteaux ne sait pas quoi faire de ses ressources fiscales tandis que sa voisine Nanterre ne peut répondre de manière satisfaisante aux besoins de sa population). Il s’agit aussi de  prendre enfin acte de ce que la vie quotidienne des franciliens se déroule sur un territoire bien plus vaste que celui de leur commune. L’organisation de l’accès au logement mais aussi à l’emploi, à l’éducation, à la culture, aux équipements sportifs, au services administratifs, etc, doit tenir compte de cette réalité quotidienne. Même si la communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre a apporté un mieux il reste absurde que les politiques publiques à Gentilly soient encore largement déconnectées de celles conduites à Paris bien-sûr, mais aussi à Montrouge (dans un autre département, autrement dit très loin d’un point du vue institutionnel : beaucoup craignent que la nouvelle métropole conduisent à la disparation des départements, une telle issue pourrait bien être souhaitable au contraire...). Un exemple parmi d’autres : le stationnement payant nouvellement en vigueur à Gentilly est tout à fait indépendant de ceux dans les communes qui nous entourent, au point que des conflits surgissent sur la répartition des revenus des parcmètres situés aux « frontières ». 

 

Les résistances sont nombreuses, en particulier venant des élus de l’UMP et du Front de Gauche. Des améliorations et clarifications doivent sans doute être apportées. Le débat doit maintenant avoir lieu au Sénat, qui avait rejeté un premier projet du Gouvernement (qui sans doutes parce qu’il cherchait à concilier trop d’intérêts particuliers dans le monde politique francilien manquait de cohérence, de lisibilité et d’ambition). Il ne faut pas nier que les maires des 124 communes concernées par la métropole du Grand Paris perdront des prérogatives, en particulier en matière d’urbanisme, ce qui est au cœur de leur pouvoir actuel (parfois un pouvoir de blocage). Mais l’intérêt général des « grands parisiens » doit prévaloir.

Pour plus d’information et pour suivre l’avancée du projet voir les blogs :

« Grand Paris et petits détours » ou « Paris est sa banlieue ».

Voir les commentaires

Rédigé par Guillaume Gaulier

Publié dans #Grand Paris

Repost0

Publié le 11 Juillet 2013

bitume.jpg     

 

La Ville de Paris vient de lancer la pose d 'un nouveau revêtement qui pourrait changer le quotidien des riverains du boulevard périphérique, dont de nombreux Gentilléens. Un enrobé anti-bruit sera posé sur 10% de la surface du "périph" durant l'été.

Ce nouvel enrobé phonique permet de réduire les nuisances sonores de 7 db, ce qui revient à diviser par 5 le bruit du trafic routier ! Et parmi les tronçons concernés, le secteur de la porte de Gentilly semble pris en compte.

Quels sont les secteurs concernés ?

Zone 1 : Porte de Vincennes (12e)
En amont de la Porte de Vincennes – 350 m
Zone 2 : Porte d’Ivry (13e)
En amont de la Porte d’Ivry - 550 m
Zone 3 : Porte de Choisy (13e)
De la Porte de Choisy vers la Porte d’Italie - 300 m
Zone 4 : Porte d’Italie (13e)
De la Porte d’Italie à Poterne des Peupliers - 400 m
Zone 5 : Porte d’Orléans (14e)
Entre la Porte d’Orléans et la Porte de Gentilly- 700 m
Zone 6 : Porte Maillot – Porte des Ternes (17e)
Entre la Porte Maillot et le stade Paul Fabert - 560 m
Zone 7 : Porte de Bagnolet (20e)
Au sud de la Porte de Bagnolet - 200 m
Zone 8 : Porte de Vincennes – Lagny (20e)
En amont du Pont de Lagny- 300 m

Plus de 100 000 habitants habitent à proximité du périphérique, à Paris et en banlieue. Le bruit et ses nuisances représentent donc un enjeu majeur pour notre commune.

Et pourquoi pas à Gentilly ?

Proposition : pourquoi ne pas installer ce revêtement également sur les voies les plus concernées par le bruit de la circulation automobile à Gentilly ? Par exemple, l'avenue Paul Vaillant Couturier représente un axe très important, utilisé pour rejoindre la porte d'Orléans et la nationale 20, et très exposé au périph'. De nombreux immeubles d'habitation y sont présents. La rue du Val-de-Marne près de la porte d'Italie pourraient aussi être prioritaires pour des essais, ou encore l'avenue Lénine.

Des aménagements phoniques près du boulevard périphérique pourraient compléter la pose d'un tel revêtement.

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Développement durable

Repost0

Publié le 27 Juin 2013

Lors des dernières élections municipales, notre liste a proposé d’augmenter « la diversité et la qualité du logement social et privé ». Ce programme reste d’actualité car
à ce jour, la politique menée répond insuffisamment  aux besoins de nos concitoyens.

Aujourd’hui, près de 70% des Français peuvent prétendre à des logements sociaux de diverses catégories, c'est-à-dire adaptées à leur niveau de revenus. A Gentilly, comme ailleurs, il faut donc défendre le parc de logements sociaux tout en le faisant évoluer afin qu’il s’adapte mieux à la diversité des revenus des ayant-droit.

A cet égard, nous devons nous saisir des mesures gouvernementales sur la relance du logement intermédiaire. A titre d’exemple, l’aménagement du terrain de l’ancien collège pourrait être une occasion de réaliser cette mixité nécessaire.

Le développement du logement intermédiaire faciliterait aussi la mobilité au sein du parc  social en libérant plus rapidement des logements au profit des familles qui ne peuvent accéder qu’aux logements sociaux ou très sociaux.

Il est enfin indispensable d’accélérer la rénovation thermique des logements. Là encore le Gouvernement a pris de nombreuses mesures dont Gentilly peut bénéficier.

Durant cette mandature, les travaux de renouvellement urbain du Chaperon Vert (ORU) ont débuté. Des points satisfaisants sont à noter, comme l’aménagement du terrain" Lénine" ou la reconstruction de l’école Jean Lurçat. En revanche, pour le renouvellement de l’existant, les bonnes décisions n’ont pas été prises. Pour construire plus de logements il fallait densifier, ce qui a été fait ailleurs, à juste titre, par la municipalité. C’est aussi ce qui a été décidé sur la partie arcueillaise du Chaperon Vert avec un ensemble d’environ 500 logements, presque terminé. Le bâtiment de dix étages donnant sur la place Marcel Cachin sera ensuite détruit et remplacé par 40 logements intermédiaires, un espace socio - culturel et des locaux d’activité. Gentilly a fait un tout autre choix en se contentant de réhabilitations dans les deux autres bâtiments de dix étages situés sur son territoire. Ces travaux ont souvent été pénibles pour les locataires avec un résultat qui n’est pas à la hauteur des enjeux. Ils seront financés par une hausse des loyers d’environ 30%. Or, il est probable que dans 10 ou 20 ans, lorsque les locataires auront fini de payer les rénovations, le remplacement de ces bâtiments s’imposera.

Le chantier de la ZAC de la Porte de Gentilly tarde à débuter. Quarante  logements supplémentaires y sont prévus : c’est bien, mais cela reste peu pour faire face aux besoins. Quant au projet de création dans les ex bains-douches d’un pôle pour " l’image en mouvement et le son", s’il est ambitieux, il ne remplacera pas la salle de spectacle polyvalente qui manque dans notre commune.
Même si le bilan des constructions à Gentilly reste honorable, il nous semble possible d’aller plus vite et plus loin concernant les chantiers à venir (zone de projet sur l’avenue Paul Vaillant-Couturier, constructions autour de la deuxième sortie du RER, ancien terrain du collège et aménagements le long de l’A6B en face de la future station de métro de la ligne 14…), et d’augmenter en le diversifiant le parc de logements de notre ville.

 

A paraître dans VAG

Voir les commentaires

Rédigé par Frédéric

Publié dans #Politique locale

Repost0

Publié le 11 Mai 2013

 

Depuis un long moment les tribunes de notre groupe municipal ainsi que les "échos du conseil" n'ont pas été publiées régulièrement sur ce blog. Les tribunes viennent de l'être et placées approximativement à leur date de parution dans Vivre à Gentilly (date de transmission pour le dernier). Pour les "Echos du Conseil" voici les 5 derniers textes de notre groupe :

 

-Lors du conseil municipal de mars nous avons évoqué l’anomalie, qui a pu se justifier à une époque cependant, d’un taux de taxe foncière sur les propriétés non bâties très faible à Gentilly (12,4% contre plus de 50% en moyenne dans le département).  Parce qu’il décourage la spéculation, incite à la construction,  cet impôt devrait être plus lourd que les autres. Bien sûr étant donné le peu de parcelles concernées l’enjeu est très faible pour les finances de notre ville. Surtout, il n’est pas possible d’augmenter ce taux d’imposition sans augmenter les autres taxes, habitation et foncier bâti.  Une réforme de la fiscalité locale que nous appelons de nos vœux permettrait de surmonter ce type de blocage. Une fiscalité locale portant sur des bases actualisées (tenant compte de la valeur réelle des propriétés), taxant plus la rente que l’activité économique, et bénéficiant à des territoires regroupant des communes riches et moins riches, serait un progrès considérable.

 

-Trois délibérations principales dans un conseil municipal très riche. D’abord le débat d’orientation budgétaire : le budget en préparation est sans surprise et résolument prudent. Prochainement la concrétisation de rentrées fiscales liées à des mutations immobilières permettra nous l’espérons de mettre en œuvre des investissements porteurs d’efficacité de l’action publique (efficacité énergétique des bâtiments par exemple), condition d’une participation au rétablissement des comptes publics  sans réduction du service rendu à la population.  Ensuite le choix d’un délégataire pour la gestion du stationnement à Gentilly. Nous nous réjouissons qu’une nouvelle étape soit franchie pour un projet, le stationnement payant, que nous avions été les seuls à proposer clairement lors des municipales de 2008. Enfin, réforme des rythmes scolaires : nous avons approuvé le report de l’application de la semaine de 4 jours ½  à la rentrée 2014. Ce délai devra être mis à profit pour placer la barre plus haut en termes de qualité de l’accueil des enfants.

 

-A l’occasion d’une délibération technique, quelques échanges ont porté sur le FPIC. Le Fonds National de Péréquation des ressources Intercommunales et Communales prélève une partie des ressources de certaines communes pour la reverser à d’autres moins favorisées. La plupart des communes de la région parisienne, dont celles de la CAVB sont contributrices. Bien sûr en tant que Gentilléens nous pourrions le déplorer et faire remarquer que si la ville est riche, ses habitants ne le sont pas (Gentilly bénéficie de dotations d’Etat pour cette raison). Mais il faut reconnaître que les ressources fiscales de Gentilly ont plus à avoir avec sa localisation aux portes de Paris qu’aux efforts de développement économique, même s’ils sont réels : Ipsos ou Sanofi seraient-elles à Gentilly si la ville était 10 km plus au Sud et à l’écart des grandes voies de communication ? Alors oui, en en corrigeant les défauts, l’intégration du critère de revenu par habitant est par exemple prévue, il est justifié de conserver le FPIC. Tous nos vœux pour 2013 !

 

-Le Conseil Muncipal a approuvé les dispositions du Plan des Déplacements Urbains d’Ile de France.  Ce plan a pour objectif principal la réduction de l’usage de la voiture au  profit des transports en commun et des modes de déplacement « doux » : la marche et le vélo. Parmi les domaines où notre ville doit poursuivre ses efforts on peut citer l’aménagement de cheminements piétonniers attractifs et sûrs.  La reconstruction programmée de la  passerelle du Cambodge va tout à fait dans ce sens : elle reliera la Cité Internationale et Gentilly en enjambant à la fois le périphérique et l’avenue Paul Vaillant Couturier,  et se poursuivra vers Arcueil par un chemin longeant l’autoroute et rejoignant une future  passerelle vers le Plateau (au niveau de la rue Romain Rolland).  Concernant les transports publics, la qualité de l’information est essentielle : une information en temps réel sur les durées d’attente des bus Valouette serait très appréciée !

 

-Une des délibérations du conseil municipal qui a précédé la pose estivale portait sur la mise à disposition du public d’une note d’information sur un dispositif de majoration de 30% des droits à construire qui ne verra pas le jour ! Une loi de la majorité précédente, abrogée cet été, rendait en effet obligatoire un vote. Les maires qui considèrent que construire plus serait coûteux électoralement n’auraient de toute façon pas choisi de mettre en œuvre cette majoration. Ils ont déjà fait voter des PLU restrictifs et refusent les logements sociaux en dépit de la loi SRU. Il faut s’assurer que les politiques d’urbanisme sont prises au niveau pertinent qui n’est pas nécessairement celui de communes trop petites et à la mixité sociale trop limitée. Les communautés d’agglomération, plus vastes et diversifiées, pourraient être mieux à même de réussir un urbanisme équilibré.  L’aménagement du territoire de l’Ile-de-France ne peut pas non plus se faire séparément de part et d’autre du périphérique.

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Politique locale

Repost0

Publié le 12 Avril 2013

Nous avions pensé écrire sur le vote du budget 2013 de Gentilly. Nous voulions rappeler que nous avions voté ce budget tout en insistant sur l’urgence d’une action plus résolue pour les économies d’énergie. En accompagnant l’arrivée de la géothermie, en inscrivant réellement notre ville dans la transition énergétique, on se donnerait des marges financières futures permettant le désendettement, des dépenses plus utiles ou la baisse des impôts.

Nous avions pensé écrire sur l’arrivée des horodateurs à Gentilly qui devrait matérialiser la fin du stationnement anarchique et de l’espace public gratuit pour les voitures. Avant les élections municipales de 2008, nous avons été les seuls à refuser clairement cette désastreuse exception gentilléenne en petite couronne. Elle pénalisait les piétons, trop souvent obligés de marcher dans la rue, mais aussi les automobilistes qui ne trouvaient pas où se garer. Nous appelions à un partage régulé des places de stationnement entre les usagers, sans coût pour les finances municipales, donc non payé par les contribuables sans véhicule.

Nous avions pensé écrire sur la réforme territoriale, encore sur le métier, qui changera la donne en Ile-de-France, avec de nouvelles compétences au niveau intercommunal (Plans Locaux d’Urbanisme) ou dans la métropole parisienne.

Mais il nous a semblé difficile de ne rien écrire sur cette déflagration qu’est l’affaire Cahuzac. A Gentilly comme ailleurs, elle blesse, plus encore que d’autres, les élus et les militants socialistes.
La vitesse à laquelle révélations, rumeurs et annonces s’enchaînent rend vain un bilan actuel.  La justice suivra son cours comme elle vient de le faire, dans le respect scrupuleux de son indépendance, conformément aux engagements du président de la République. Gardons-nous de la tentation du « coup de balai », car dans leur écrasante majorité les élus de la République sont honnêtes. L’amalgame et la suspicion généralisée ne servent que les extrêmes.

 Les mandats politiques ne sont presque jamais un moyen de s’enrichir.
Dans les communes, une large majorité des conseillers municipaux ne touchent aucune rémunération. Les maires et maires-adjoints, encore plus sollicités que les autres élus, doivent abandonner tout ou partie de leurs activités professionnelles et sont indemnisés à un niveau qui n’a rien d’excessif. A Gentilly, les élus socialistes ne font pas partie de l’exécutif et ne bénéficient d’aucune indemnité particulière ni avantage en nature liés à leur mandat municipal.

La corruption et la fraude ne datent pas d’hier, mais la stupeur qui saisit actuellement les citoyens et la classe politique doit être un levier pour accélérer la mise en place d’une République exemplaire.

Surtout, l’évasion et la fraude fiscales, qui sont bien loin de ne concerner que des politiques, sont intolérables. Elles détruisent le consentement à payer l’impôt qui est essentiel dans une démocratie. A l’initiative notamment de la France, l’Union européenne s’oriente vers l’obligation pour les banques de transmettre automatiquement toutes les informations utiles aux services fiscaux des pays de leurs clients.

 

Publié dans Vivre à Gentilly de mai 2013

Voir les commentaires

Rédigé par Guillaume

Repost0

Publié le 11 Mars 2013

La gravité de la crise économique que notre pays traverse impose la question de l’emploi comme un enjeu fondamental. La lutte contre le chômage dépend bien sûr en premier lieu de l’action gouvernementale. Mais les collectivités locales, Gentilly en particulier, peuvent y avoir un rôle significatif, en utilisant les emplois d’avenir, un des dispositifs mis en place depuis l’élection de François Hollande.
Il s’agit d’offrir une chance d’insertion professionnelle à des jeunes peu ou pas qualifiés. Avec les séniors, cette catégorie de population est la plus touchée par le chômage. En France, 18% des jeunes sortent chaque année du système scolaire sans qualification. A Gentilly, la situation n’est certainement pas meilleure. C’est pour améliorer l’avenir de ces moins de 25 ans et celle des travailleurs handicapés de moins de 30 ans, que le gouvernement a mis en place les emplois d’avenir : 100 000 ont été programmés pour 2013 et 50 000 en 2014. Leur coût s’élèvera à 500 millions d’euros cette année et à 1,5 milliard par an lorsque le dispositif sera totalement déployé.
Dans le numéro de Vivre à Gentilly paru en novembre dernier, la tribune du groupe municipal majoritaire reprochait aux emplois d’avenir d’être insuffisants et moins ambitieux que les «emplois jeunes» votés sous le gouvernement Jospin. Effectivement, il existe des différences notables entre les deux types d’emplois car ils ne ciblent pas les mêmes publics. En effet, en 1997 les emplois jeunes avaient pour objectif de développer des activités répondant à des besoins nouveaux ou non satisfaits. Les employeurs étaient libres de recruter les jeunes qu’ils souhaitaient sans restriction de qualification. Les emplois d’avenir votés en 2012 visent, quant à eux, à soutenir ceux qui sont les plus éloignés de l’emploi et donc ceux qui sont le plus fortement frappés par la crise. L’objectif est de leur redonner, sur une durée de trois ans, l’envie et les moyens de s’engager dans un projet professionnel. Le but de la mise en place de ce dispositif n’est pas de résoudre le problème du chômage des jeunes mais d’y contribuer. Rappelons qu’un autre dispositif, complémentaire, vient d’être voté il y a quelques jours : les contrats de génération qui facilitent le recrutement d’un jeune qualifié tout en maintenant l’emploi d’un sénior.
Les critiques portées sur les emplois d’avenir par les représentants de la Municipalité expliquent peut-être pourquoi celle-ci ne s’implique pas dès maintenant, comme le font d’autres communes, dans le dispositif qui se met en place. Si c’est le cas nous le regrettons et ne comprenons pas ces réticences. A Arcueil par exemple, le Parti communiste a vanté les vertus de la mesure et la gauche réunie s’est engagée à embaucher une dizaine de jeunes dans le cadre des emplois d’avenir.
Pour les emplois d’avenir le gouvernement a décidé qu’il y aurait un suivi des contrats de travail ainsi que l’obligation d’une formation pour favoriser la réussite des bénéficiaires et les inscrire dans un parcours professionnel. La ville de Gentilly n’est-elle pas capable d’offrir et d’organiser une formation pendant 3 ans pour une dizaine de jeunes en grande difficulté ? Rappelons que loi prévoit une aide financière pour la commune, 75% du Smic pour chaque emploi d’avenir, qui lui permet de recruter et former des jeunes malgré le contexte de crise des finances publiques que l’on connaît.
Pour nous il est temps que la ville de Gentilly se mobilise pour utiliser ce nouveau dispositif.  

 

Publié dans Vivre à Gentilly de mars 2013

Voir les commentaires

Rédigé par Bouchra

Publié dans #Economie

Repost0

Publié le 3 Janvier 2013

La section PS de Gentilly vous souhaite une bonne année.

2013.Jpg

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Repost0

Publié le 15 Décembre 2012

Mariage et adoption pour tous : dimanche 16, tous à la Bastille !

Dimanche prochain, une grande mobilisation en faveur du mariage et de l'adoption pour tous les couples est organisée à Paris.

Le Parti socialiste appelle tou-te-s les citoyen-ne-s favorables à cette loi, qui souhaitent que la République donne le droit à tous ceux qui s'aiment de se marier et d'adopter, à se mobiliser et à faire entendre leur voix. Elu-e-s, munissez vous de vos écharpes tricolores !

N'hésitez pas à confectionner vos propres banderoles et pancartes !

Les socialistes vous accueillent  à 13h30 à l'intersection du boulevard Henri IV et de la place de la Bastille, en attendant le départ qui sera donné à 14h.

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Repost0

Publié le 11 Novembre 2012

Lors du dernier conseil municipal, la majorité a proposé un vœu de soutien aux salariés de SANOFI. Sur certains points de ce texte, touchant des aspects locaux ou au-delà, nos appréciations diffèrent. Notre groupe s’est donc abstenu, préférant s’exprimer en toute indépendance sur ce sujet.

Nous sommes certes en accord avec des points importants de ce vœu. C’est notamment le cas du scandale que constitue la brutalité des décisions de suppression d’emploi d’une entreprise qui, par ailleurs, dégage des profits considérables et privilégie la distribution de dividendes records à ses actionnaires. Grâce à l’action des syndicats, mais aussi à celle du gouvernement, l’ampleur du plan de suppressions de postes (sans licenciements) de SANOFI a pu être sensiblement limitée, mais le choc reste rude.

À cet égard, nous pensons que le gouvernement a choisi la bonne voie pour lutter contre les excès du capitalisme financier en décidant de soumettre désormais les revenus du capital, au même barème progressif que ceux du travail. La Banque Publique d’Investissement aidera par ailleurs à sortir de la logique de court terme des marchés financiers.

En ce qui concerne la politique de l’emploi, nous pensons qu’il faut qu’elle passe davantage à l’avenir par la sécurisation des parcours professionnels, la formation initiale et continue, la qualité du service public de l’emploi, la durée de l’indemnisation du chômage, et bien d’autres mesures en faveur des personnes plutôt que par une demande systématique de maintien pur et simple des postes.

Nous reconnaissons le grand intérêt pour Gentilly du maintien et de l’extension de l’activité de SANOFI. La municipalité a eu le mérite de peser de tout son poids pour favoriser ce choix. Le PLU a ainsi été modifié à deux reprises. Des réserves sont néanmoins à formuler.
Si l’on peut se réjouir de nouvelles recettes fiscales et d’un apport d’emplois à Gentilly (en particulier ceux induits dans le commerce), il faut aussi dire que ce que nous gagnons ici, d’autres communes le perdent ailleurs.
Sur le pan écologique, la densification qui résulte de l’opération répond à l’objectif de lutte contre l’étalement urbain et la primauté de la voiture qu’il implique. Mais il faut aussi savoir qu’il faudra de nombreuses années pour que les économies d’énergie prévues dans le fonctionnement du site compensent l’énergie consommée dans la démolition-reconstruction d’un bâti des années quatre-vingt dix.2013-04-20-18.07.41.jpg

Enfin, même si la concertation, dont se félicite la municipalité, a permis des avancées significatives, il faut regretter qu’elle se soit parfois accompagnée de mises en cause et de procès d’intention, qui ont pu être ressentis par des riverains inquiets comme un manque de considération.

Nous pensons par ailleurs qu’il faut s’interroger sur les conséquences des stratégies des laboratoires pharmaceutiques. Doit-on, même au nom de l’emploi, éluder le débat sur leur rôle dans la surconsommation de médicaments à l’efficacité de plus en plus contestable, dans l’absence de maîtrise des coûts (actions contre les génériques) qui se répercute négativement sur le pouvoir d’achat des Français et sur le déficit de la sécurité sociale ?

Pour nous, le simple maintien du statu quo ne peut donc suffire.

 

Publié dans Vivre à Gentilly de novembre 2012

Voir les commentaires

Rédigé par Guillaume

Publié dans #Politique locale

Repost0

Publié le 1 Novembre 2012

Pierre-Alain Muet, vice-président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, porte-parole du Groupe sur les finances et le budget, était l'invité de notre député (11ème circonscription, dont fait partie Gentilly ouest) Jean-Yves Le Bouillonnec et des socialistes de Cachan le 24 octobre.

Une réunion très intéressante pendant laquelle Pierre-Alain Muet a pu, en répondant aux questions de la salle, expliquer et défendre le Projet de Loi de Finance.Muet_Cachan.JPG

Il s'oppose par contre à l'idée d'un choc de compétitivité (un relèvement important de la CSG ou de la TVA ou une baisse supplémentaires des dépenses publiques pour financer un allègement des charges patronales). Un tel choc remettrait gravement en cause l'équilibre du PLF qui vise à rétablir la progressivité de l'impôt, à faire participer les hauts revenus, notamment ceux qui bénéficient de revenus du capital (fin du prélèvement libératoire) au rétablissement des comptes publics, tandis que les revenus plus modestes sont épargnés. En faisant porter l'effort sur des ménages aisés on peut s'attendre à un impact négatif limité sur la consommation, ce qui ne serait pas le cas avec la CSG qui touche tous les ménages. Dans une conjoncture européenne extrêmement dégradé il convient de ne pas réduire plus encore la demande adressée aux entreprises, dont dépend avant tout l'emploi.

Plus d'info sur www.pierrealainmuet.fr

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Politique nationale

Repost0