Articles avec #economie tag

Publié le 10 Juillet 2017

 


Le rapport de la Chambre Régionale des Compte présenté au conseil municipal, et publié sur le site de la CRC, peut inquiéter. Le manque de transparence et de nombreux manquements aux règlements sont pointés.

La situation financière est présentée comme très dégradée. La Maire et ses adjoints ont raison de rappeler les changements législatifs qui ont privé Gentilly de recettes (une partie de celles liées au Campus Sanofi) qui auraient dû financer des dépenses lourdes, notamment celles liée à l’ORU du Chaperon Vert. Quoi qu’il en soit il faut agir.

Nous avons évoqué des pistes pour réduire les dépenses sans nuire au service public (investir dans la rénovation des bâtiments municipaux les plus énergivores, mettre l’activité de la caisse des écoles dans le service enfance), il en faudra bien d’autres. Nous avons fait remarquer que la CRC dans un autre rapport pointe le manque d’espaces verts : la réduction de la dette ne doit pas entraver les politiques nécessaires pour remédier à cela aussi.

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Economie, #Politique locale

Repost 0

Publié le 4 Février 2014

Pour faire émerger des pratiques nouvelles d’économie solidaire, les Socialistes de Gentilly proposent la création d’une régie de quartier. Et découvrez aussi le fonctionnement de l'épicerie sociale.

 

Comment ça marche ?

 

Une régie de quartier est une structure associative qui regroupe les collectivités locales, les bailleurs sociaux, les associations locales, les entreprises et les habitants pour intervenir collectivement dans la gestion d’un territoire. Son objectif est de conjuguer l’insertion professionnelle des personnes résidant dans la ville avec la redynamisation économique locale.

Trois  dimensions sous-tendent cette création :

 

- Une dimension sociale en générant du lien social au travers d’activités et de services, en offrant un emploi aux habitants les plus défavorisés de Gentilly et en assurant un accompagnement social et professionnel des salariés de la régie ;

-Une dimension économique en créant des activités qui répondent à des besoins collectifs et en contractualisant financièrement des marchés avec les partenaires de la régie pour pérenniser les activités ;

-Une dimension politique en mettant les habitants au cœur du projet puisqu’ils seront membres des instances décisionnaires.

Les partenaires peuvent être la DIRECCTE ( Direction régionale de l’entreprise, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) , Pôle Emploi, la Mission locale, les bailleurs sociaux, les Conseils de quartier, le Conseil national de liaison des régies de quartier...

 

Que fait la régie ?

 

Les activités de la régie peuvent être mutiples :

-Entretien de parties communes d’immeubles ( contrats avec des bailleurs sociaux et des syndics de co-propriété)

-Entretien de locaux commerciaux et lavage de vitres

-Entretien de bungalows de chantier

-Gestion de locaux publics et associatifs

-Entretien de voirie et de l’espace public

-Petits travaux dans des locaux publics

-Petit bricolage chez des particuliers comme la peinture, des petits travaux d’électricité, la maçonnerie, la plomberie, la manutention, le débarras, l’assemblage de meubles, etc .

 

Qui sont les salariés de la régie ?

 

Les salariés de la régie seraient tous des habitants de Gentilly particulièrement éloignés du marché du travail, dans le cadre d’un accompagnement dans leur projet d’insertion professionnelle.

Ils recevraient une formation afin d’acquérir de nouvelles compétences professionnelles et seraient encadrés par un chef d’équipe. Ils seraient suivis individuellement par un(e) chargé(é) d’insertion dans leur projet d’insertion : travail, emploi, santé et logement.

Cette insertion peut revêtir plusieurs formes comme les contrats de travail avec les aides à l’emploi et des contrats de travail de droit commun non aidés, à temps plein ou à temps partiel.

 

Des actions pour renforcer le lien social

 

 

La régie de quartier pourrait aussi impulser d'autres actions à l’échelle de Gentilly afin de créer et/ou de renforcer le lien social entre ses habitants, par exemple :

- Un partenariat avec les conseils de quartier pour l’organisation de repas de quartier

-Une bourse aux vélos

-Un atelier de bricolage

-Une bourse au matériel de puériculture

- Un atelier couture

- Un café solidaire

-Un accueil de l’AMAP

- Une bricothèque

- Un Circul’Livre avec des points mobiles

 

Et pourquoi pas une épicerie sociale ?

 

La création d’une épicerie sociale pourrait être utile dans le cadre de la lutte contre la pauvreté qui touche de nombreux publics précarisés (travailleurs pauvres, retraités, étudiants, familles monoparentales).

Cette épicerie proposerait en libre service des produits de consommation courante contre une participation symbolique (10 à 30% de la valeur marchande des articles).

Des structures similaires existent dans de nombreuses villes françaises. Ainsi, à Paris, une dizaine d'épiceries sociales ont vu le jour.

 

Cette épicerie permettrait à ses clients de participer à sa gestion et aux activités organisées, favorisant ainsi une meilleure insertion sociale.

 

Cette épicerie pourrait, par exemple, être créée en synergie avec les associations locales de notre commune.


Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Economie

Repost 0

Publié le 11 Mars 2013

La gravité de la crise économique que notre pays traverse impose la question de l’emploi comme un enjeu fondamental. La lutte contre le chômage dépend bien sûr en premier lieu de l’action gouvernementale. Mais les collectivités locales, Gentilly en particulier, peuvent y avoir un rôle significatif, en utilisant les emplois d’avenir, un des dispositifs mis en place depuis l’élection de François Hollande.
Il s’agit d’offrir une chance d’insertion professionnelle à des jeunes peu ou pas qualifiés. Avec les séniors, cette catégorie de population est la plus touchée par le chômage. En France, 18% des jeunes sortent chaque année du système scolaire sans qualification. A Gentilly, la situation n’est certainement pas meilleure. C’est pour améliorer l’avenir de ces moins de 25 ans et celle des travailleurs handicapés de moins de 30 ans, que le gouvernement a mis en place les emplois d’avenir : 100 000 ont été programmés pour 2013 et 50 000 en 2014. Leur coût s’élèvera à 500 millions d’euros cette année et à 1,5 milliard par an lorsque le dispositif sera totalement déployé.
Dans le numéro de Vivre à Gentilly paru en novembre dernier, la tribune du groupe municipal majoritaire reprochait aux emplois d’avenir d’être insuffisants et moins ambitieux que les «emplois jeunes» votés sous le gouvernement Jospin. Effectivement, il existe des différences notables entre les deux types d’emplois car ils ne ciblent pas les mêmes publics. En effet, en 1997 les emplois jeunes avaient pour objectif de développer des activités répondant à des besoins nouveaux ou non satisfaits. Les employeurs étaient libres de recruter les jeunes qu’ils souhaitaient sans restriction de qualification. Les emplois d’avenir votés en 2012 visent, quant à eux, à soutenir ceux qui sont les plus éloignés de l’emploi et donc ceux qui sont le plus fortement frappés par la crise. L’objectif est de leur redonner, sur une durée de trois ans, l’envie et les moyens de s’engager dans un projet professionnel. Le but de la mise en place de ce dispositif n’est pas de résoudre le problème du chômage des jeunes mais d’y contribuer. Rappelons qu’un autre dispositif, complémentaire, vient d’être voté il y a quelques jours : les contrats de génération qui facilitent le recrutement d’un jeune qualifié tout en maintenant l’emploi d’un sénior.
Les critiques portées sur les emplois d’avenir par les représentants de la Municipalité expliquent peut-être pourquoi celle-ci ne s’implique pas dès maintenant, comme le font d’autres communes, dans le dispositif qui se met en place. Si c’est le cas nous le regrettons et ne comprenons pas ces réticences. A Arcueil par exemple, le Parti communiste a vanté les vertus de la mesure et la gauche réunie s’est engagée à embaucher une dizaine de jeunes dans le cadre des emplois d’avenir.
Pour les emplois d’avenir le gouvernement a décidé qu’il y aurait un suivi des contrats de travail ainsi que l’obligation d’une formation pour favoriser la réussite des bénéficiaires et les inscrire dans un parcours professionnel. La ville de Gentilly n’est-elle pas capable d’offrir et d’organiser une formation pendant 3 ans pour une dizaine de jeunes en grande difficulté ? Rappelons que loi prévoit une aide financière pour la commune, 75% du Smic pour chaque emploi d’avenir, qui lui permet de recruter et former des jeunes malgré le contexte de crise des finances publiques que l’on connaît.
Pour nous il est temps que la ville de Gentilly se mobilise pour utiliser ce nouveau dispositif.  

 

Publié dans Vivre à Gentilly de mars 2013

Voir les commentaires

Rédigé par Bouchra

Publié dans #Economie

Repost 0

Publié le 11 Octobre 2010

A paraître dans VAG :


 A l’heure où paraîtra ce texte le gouvernement aura probablement fait voter par sa majorité une réforme injuste et qui ne comblera pas le besoin de financement des retraites ni ne mettra fin à l’angoisse quant à l’avenir du système [c'est fait!].

L’opacité des régimes de retraites actuels participe de cette inquiétude : personne n’est vraiment capable de prévoir le niveau de sa future retraite et le temps de cotisation nécessaire pour pouvoir en bénéficier. Les jeunes n’imaginent même plus percevoir une retraite digne de ce nom.

A l’époque où le système était équilibré, nombre de personnes décédaient peu d’années après leur départ en retraite. Il faut se réjouir de la hausse spectaculaire de l’espérance de vie depuis lors.

Utiliser intégralement ce progrès pour du temps libre en fin de vie n’est pas la seule option. Le travail n’est pas toujours vécu comme un emprisonnement. Si beaucoup de travailleurs souffrent, la solution est d’abord dans l’amélioration des conditions de travail. En matière de réforme des retraites, rien n’empêche d’être imaginatif et de promouvoir des parcours moins linéaires : années sabbatiques, cessation progressive d’activité avec transmission des savoirs, conditions de travail adaptées à l’âge, cumul emploi-retraite, etc.

Mais repousser à 62 ans le droit à la retraite, ainsi qu’à 67 ans l’âge de la retraite à taux plein, est extrêmement injuste envers ceux qui ont commencé à travailler tôt, ou dont la carrière a été interrompue (particulièrement des femmes).  Mieux, il serait normal, par exemple, qu’un ouvrier du bâtiment puisse partir avant ses 60 ans, après un nombre d’années de cotisation largement inférieur à celui requis, par exemple, d’un chercheur. Une hausse de la durée de cotisation ne doit pas être écartée mais elle ne peut être uniforme.

Une plus grande individualisation des âges de départ éviterait, par ailleurs, la discrimination à l’embauche des séniors approchant l'âge légal de départ. Les entreprises rechignent en effet à investir en formation pour ces salariés. De plus, la parade actuelle qui consiste à rendre plus coûteux le licenciement de salariés séniors conduit nombre d’entreprises à limiter ces embauches.

Il est important de mettre en place un système équilibré sur le long terme, compréhensible et équitable. On peut imaginer des retraites construites progressivement par le cumul de droits tout au long de la carrière dans un régime unique, et convertis en pensions de retraite en fonction de l’espérance de vie restante, de manière à égaliser pour chaque génération les cotisations versées et les pensions touchées. La mise en œuvre d’un tel système « à la suédoise », en partant de l’imbroglio actuel des régimes de retraites devrait s’étaler sur de nombreuses années.

La question du besoin de financement des retraites des « papy boomers » devrait être traitée à part. Les réserves financières nécessaires à leur financement n’ont pas été constituées ou vont être vidées par le gouvernement (fonds mis en place par le gouvernement Jospin). Les actifs, c’est à dire leurs enfants,  moins nombreux et n’ayant  pas bénéficié de gains de pouvoirs d’achat importants, ne peuvent pas combler seuls ce besoin de financement exceptionnel, encore largement alourdi par la chute des recettes de cotisation causée par la crise économique et financière (deux tiers du déficit actuel !). Les revenus du capital doivent notamment être sollicités.

La reforme des retraites qui reste à faire devra reposer sur la justice sociale, en étant particulièrement attentive à l’équité entre générations et au sein de chaque génération (les retraites les plus basses devraient être augmentées tandis que les retraités aisés pourraient contribuer plus). Cela sans oublier que l’augmentation de la productivité peut légitimement être utilisée pour accroître le temps libre, à un moment ou un autre de la vie.

Voir les commentaires

Rédigé par Guillaume

Publié dans #Economie

Repost 0

Publié le 26 Mai 2010

Sous la pression, des marchés disent-ils, mais surtout de leur propre idéologie, les Etats européens s’apprêtent à s’administrer une purge sans précédent. Pour la France on parle de quelques 100 milliards à trouver en trois ans, soit plus de deux fois le total des recettes annuelles de l’impôt sur le revenu. Ce « remède » pour une économie même pas encore convalescente après la pire crise depuis les années 30 !

Même si on doit se soucier du niveau de la dette publique, rien n’impose d’en faire une priorité absolue. Si tous les pays européens entrent dans cette logique ils tueront ce qui reste de croissance et pourraient provoquer une déflation (baisse des prix et des salaires) dévastatrice. Le poids de la dette s’en trouverait accru.

Des comptes publics dégradés appellent une réponse énergique quand :

-beaucoup de projets d’investissement privés prometteurs sont évincés : dans la situation de croissance molle actuelle les besoins de financements sont inférieurs à l’offre de fonds, ce qui se traduit par un prix de l’argent, le taux d’intérêt, qui reste très bas. Pas de problème sur ce point.

-l’argent emprunté par l’État est gaspillé dans des dépenses avec une « rentabilité sociale » trop basse (inférieure au taux auquel l’Etat s’endette) : d’accord pour supprimer certaines niches fiscales, pour ne plus subventionner les heures supplémentaires ou ne plus alimenter la bulle immobilière, mais qui peut penser que, par exemple, les dépenses d’éducation ou d’équipement  sont improductives ?

-les prêteurs ne croient pas à la capacité de l’Etat de rembourser, même dans de nombreuses années, la dette. La Grèce, qui a connu une véritable dérive budgétaire, est dans ce cas. Les marchés ont peut être raison de penser qu’au bout du compte elle devra faire défaut sur sa dette. Dans ce cas les taux d’intérêt explosent, fragilisant encore l’équilibre budgétaire.

Se focaliser sur la dette publique est inapproprié : avant la crise l’Espagne enregistrait des excédents budgétaires mais ses ménages et ses entreprises accumulaient des dettes considérables, souvent sans investissements productifs en contrepartie. L’Etat a du prendre les relais des emprunteurs privés pour éviter un effondrement de l’économie. Là comme ailleurs la crise des finances publiques est d’abord la conséquence de la faillite du capitalisme financier dérégulé.

Normalement nous devrions avoir dans la zone euro des mécanismes de transferts budgétaires vers les pays en difficulté. Ce type de mécanisme, qui supplée à la flexibilité du taux de change, existe dans des fédérations comme les Etats-Unis : quand l’Alabama est en difficulté sa peine est allégée car ses habitants contribuent moins par leurs impôts au budget fédéral et continuent à bénéficier des dépenses fédérales.

Dans une union monétaire il faut une brigade de pompier (un gouvernement économique commun) pour éteindre les incendies (les crises économiques et budgétaires dans certains pays). Pour la zone euro, seules existent de consignes de sécurité (le Pacte de Stabilité). Mais on ne peut ainsi prévenir tous les incendies. Quand le feu est là il faut intervenir avant qu’il ne s’étende. La réponse européenne a été bien trop tardive et il y a plus qu’un doute sur la volonté des gouvernements de mettre en place des règles crédibles pour résorber les déséquilibres macroéconomiques ainsi que les mécanismes de solidarité assurant le bon fonctionnement de la zone euro. Il faut aussi trouver le chemin d’une croissance durable et équitable. Des impôts européens, par exemple une taxe carbone et un impôt sur les sociétés, finançant un fond de cohésion et des dépenses pour l’éducation, la recherche et l’environnement, pourraient participer à ces objectifs.

A paraître dans Vivre à Gentilly

Voir les commentaires

Rédigé par Guillaume

Publié dans #Economie

Repost 0

Publié le 19 Mai 2010

Ci-dessous une opinion personnelle sur les retraites, pour alimenter le débat.

Guillaume


Les propositions du PS se trouvent ici

Le document d’orientation du gouvernement ici

Le dernier rapport du COR (Conseil d’orientation des retraites) (vous noterez que le PS et le gouvernement ne mettent pas en avant le même scénario du COR…)

 


 

 Quelques réflexions sur la réforme des retraites

 

L’avenir des retraites est sans doute une des questions qui suscite le plus d’inquiétude en France.

 

L’opacité du système actuel participe de cette inquiétude : personne n’est capable de prévoir, même approximativement, le niveau de sa future retraite et le temps de cotisation nécessaire pour pouvoir en bénéficier. Les jeunes n’imaginent plus percevoir une retraite digne de ce nom. Les plus âgés, comme le personnage joué par Depardieu dans Mammuth, rassemblent difficilement les morceaux de leur carrière afin de faire valoir leurs droits.

 

A l’époque où le système était équilibré, nombre de personnes décédaient peu d’années après leur départ en retraite. Il faut se réjouir de la hausse spectaculaire de l’espérance de vie depuis lors.

 

Utiliser  intégralement ce progrès pour du temps libre en fin de vie n’est pas la seule option. Le travail n’est pas toujours vécu comme un emprisonnement par nos concitoyens comme le laisse penser un récent tract distribué dans notre ville. Si beaucoup de travailleurs souffrent, la solution est d’abord dans l’amélioration des conditions de travail. En matière de réforme des retraites, rien n’empêche d’être imaginatif et de promouvoir des parcours moins linéaires : années sabbatiques, cessation progressive d’activité avec transmission des savoirs, conditions de travail adaptées à l’âge, cumul emploi-retraite, etc.

 

Le droit à la retraite à 60 ans doit-il être défendu coûte que coûte ? Oui et non. Il serait inacceptable de repousser le départ en retraites de personnes qui à 60 ans ont déjà la durée de cotisation permettant une retraite à taux plein (41 ans en 2012),  certaines ayant commencé à cotiser parfois avant leur majorité. Mieux, il serait normal qu’un ouvrier du bâtiment puisse partir avant ses 60 ans, après un nombre d’années de cotisation également inférieur à la moyenne. D’un autre côté, on pourrait demander (ou  fortement inciter par un mécanisme de décôte-surcôte conséquent) un temps de cotisation assez largement supérieur à, par exemple, un chercheur.

 

Une plus grande différenciation des âges de départ éviterait, par ailleurs, la chute de l’emploi des personnes approchant l'âge légal de départ. Les entreprises rechignent en effet à investir en formation dans ces salariés. La parade consiste à rendre plus coûteux le licenciement de salariés séniors. Mais pour ne pas avoir à supporter ces coûts les entreprises préfèrent ne pas embaucher.

 

Il est important de mettre en place un système équilibré sur le long terme, compréhensible et équitable. On peut imaginer des retraites construites de manière plus individualisées par le cumul de droits (exprimés en points ou en euros) tout au long de la carrière dans un régime unique, et pouvant être convertis en pensions de retraite en fonction de l’espérance de vie restante, de manière à égaliser les cotisations versées et les pensions touchées au cours de la vie. La mise en œuvre d’un tel système « à la suédoise », en partant de l’imbroglio actuel des régimes de retraites, est difficile. Elle devra s’envisager sur de nombreuses années.

 

La question du besoin de financement des retraites des « papy boomers » devrait être traitée à part. Ils atteignent l’âge de la retraite souvent en plein forme, au terme de carrières qui leur donnent droit à des pensions relativement généreuses. Les réserves financières nécessaires au financement de leurs retraites n’ont pas été constituées. Les actifs, c’est à dire leurs enfants,  moins nombreux et n’ayant  pas bénéficié de gains de pouvoirs d’achat importants, ne devraient pas combler seuls ce besoin de financement exceptionnel. Les revenus du capital, souvent détenus par des inactifs, doivent notamment être sollicités. Ces ressources pourraient alimenter le fonds de réserve mis en place par le gouvernement Jospin.

 

Le premier principe qui devra guider la reforme des retraites est celui de la justice sociale qui impose d’être particulièrement attentif à l’équité entre générations (les actifs ne doivent pas seuls apporter les moyens supplémentaires nécessaires) et au sein de chaque génération (les retraites les plus basses devraient être augmentées tandis que les retraités aisés pourraient contribuer à hauteur de leurs moyens).

Voir les commentaires

Rédigé par Guillaume

Publié dans #Economie

Repost 0

Publié le 14 Septembre 2008

Je continue à fouiller dan:s les données de l'INSEE sur la situation économique et sociale dans les communes.
Aujourd'hui quelques chiffres sur les situations les plus critiques.

-En 2006 11% des assurés sociaux de Gentilly étaient bénéficiaires de la Couverture Maladie Universelle Complémentaire. Ce taux est le troisième le plus élevée dans le Val-de-Marne (moyenne de 6%). Le pourcentage de bénéficiaire est supérieur à Villeneuve-saint-Georges (12,7%) et presque identique à Alfortiville (11,1%). Dans le Val-de-Bièvre Arcueil est à 9%, Villejuif à 8% et L'Hay-les-Roses à 5%.
-Si on considère les bénéficiaire de la CMUC âgés de moins de 18 ans, Gentilly, avec 19%, n'est plus "devancée" que par Villeneuve-Saint-Georges (20%). La moyenne du Val-de-Marne est à 9% et du Val-de-Bièvre seule L'Hay-les-Roses (8%) se situe en dessous.
-Si on s'intéresse aux bénéficiaires entre 50 et 60 ans alors Gentilly prend (de peu) la tête avec 10,1% (Alfortville est à 10,05%). La moyenne départementale est cette fois de 4%, taux enregistré par Cachan, Fresnes et L'Hay-les-Roses. Villejuif est à 6% et Arcueil à 7% de bénéficiaires.

-L'INSEE produit également des chiffres intéressants sur les quartiers les plus en difficulté. Cinq quartiers d'habitat social de Gentilly sont concernés : Chaperon Vert, Frileuse, Gabriel Péri, Reine Blanche et Victor Hugo.
-La situation la plus critique est probablement celle du 162 Gabriel Péri. Le taux de chômage en 2006 était de 18%, en baisse de un point par rapport à 1999 mais comme dans le même temps le chômage a reculé partout (il est à craindre que cette amélioration n'ait été que provisoire) Gabriel Péri affiche en 2006 le 8ème taux de chômage le plus élevé des quartiers sensibles du département. Par ailleurs 20% des assurés sociaux sont bénéficiaires de la Couverture Maladie Universelle Complémentaire en  2006, deuxième taux des quartiers sensibles du département, derrière Groult-Ferme Sud à Vitry-sur-Seine (24% de bénéficiaires de la CMUC ainsi que 26% de chômeurs)
-En 1999 le taux de chômage au Chaperon Vert était de 21% le 6ème plus élevé des 68 quartiers sensibles du département. La situation s'est ensuite améliorée puisqu'avec 18% de chômeurs en 2006 le quartier n'enregistrait plus que la 13ème moins bonne performance du département. Le Chaperon-Vert est le seul quartier pour lequel les chiffres de bénéficiaires de la CMUC ne sont pas disponibles.
-Victor Hugo a un taux de chômage qui le situe, en 1999 (16%) comme en 2006 (15%), dans la moyenne des quartiers considérés. Par contre le nombre de bénéficiares de la CMUC y est élevé : 16%, soit le 7ème taux le plus élevés.
-La Reine Blanche compte relativement moins de bénéficiaires de la CMUC (12%) mais est un des rares quartiers à avoir vu son taux de chômage augmenter entre 1999 et 2006, de 16 à 17%.
-Frileuse est dans une situation nettement moins dégradée que les autres quartiers d'habitat social de Gentilly : 13% de chômeurs (62ème quartier sur 68) et 6% de bénéficiaires de la CMUC (63ème)
-Il faut noter que les taux de chômage ci-dessus sous-estiment très probablement la difficulté d'accès à l'emploi, en effet nombre d'habitants peuvent avoir renoncé à chercher un emploi et ne plus être comptabilisés comme chomeurs mais comme inactifs. Par ailleurs des habitants peuvent ne pas être bénéficiaire de l'assurance maladie.

Voir les commentaires

Rédigé par Guillaume

Publié dans #Economie

Repost 0

Publié le 14 Septembre 2008

Mon précédent billet sur les revenus des ménages n'a pas eu beaucoup de succès (peu de visites). Peut-être qu'un moyen d'intéresser à cette question des revenus et de leur répartition est de parler du sujet qui passionne la presse (et pas seulement elle) en ce moment : la (possible, probable, certaine, future, actuelle...?) baisse des prix immobiliers?
Donc voici, encore, quelques calculs :

Un ménage gentilléen comporte en moyenne 2,2 personnes. Les logements existants comptent 2,8 pièces.
Je fais donc l'hypothèse qu'un ménage "moyen" occupe un logement de 50 m².
Disons qu'un m² coute autour de 4000 euros à Gentilly (les logements sont mis en ventes à des prix en général supérieurs, comprenant les frais d'agence, mais les plus chers semblent se vendre difficilement)
En considérant les revenus en 2005 (mais ils n'ont pas du beaucoup évoluer malheureusement) on trouve que le prix du logement type représente 6,9 années de revenus du ménage gentilléen moyen.
Pour le ménage médian (50% plus pauvre que lui, 50% plus riche) on monte à 8,7.
Seuls 21% des Gentilléens sont en fait propriétaires (autour de 60% sont locataires de HLM), prenons donc les revenus du dernier quartile (les 25% les plus riches), on redescend alors à 5,3 années de revenu pour acheter.
Pour s'approcher de 3,5, chiffre considéré comme normal, il faut passe aux 10% des Gentilléens les plus riches : ceux-ci doivent débourser  (hors intérêts d'emprunt comme dans le reste des calculs) 3,6 années de revenus pour acquerir un petit trois pièces.
Je n'ai pas fais le calculs pour la France mais en gros je pense qu'on doit être autour de 5,5 années de revenus pour acheter.
C'est à dire plus ou moins le chiffre actuel en Angleterre, que beaucoup voient revenir vers sa moyenne de long terme, c'est à dire 3,7.
Pas de doute qu'il arrivera (qu'il arrive?) la même chose en France (et même à Gentilly!). Grâce à la baisse des prix immobilier probablement mais aussi à l'inflation et, espérons-le, la hausse des niveaux de vie (l'inflation et la hausse des revenus réels à leurs rythmes de croisière peuvent faire baisser le ratio prix-revenu d'environ 4% par an).
Au terme de l'ajustement (disons -30%) la propriété devrait redevenir relativement accessible pour un gros quart des ménages de Gentilly (plus généralement la classe moyenne en région Ile-de-France). Le logement social restera la seule option pour les autres.

Une autre façon de mesurer la surévaluation passe par le calcul de la rentabilité locative. Une fois considérés les charges revenant au propriétaire, les risques de vacance du logement, les frais de maintient en l'état, et les impôts sur les revenus fonciers on arrive, malgré des loyers eux-mêmes très élevés à une rentabilité bien inférieure à celle d'un Livret A (4% nets) qui lui au moins garanti la valeur du capital (pas de risque de moins-value).

Voir les commentaires

Rédigé par Guillaume

Publié dans #Economie

Repost 0

Publié le 1 Septembre 2008

Attention, article intensif en chiffres !

L’INSEE met en ligne des données sur les revenus des ménages et leur répartition. Il s’agit de statistiques pour l’année 2005 mais il est probable que le tableau d’ensemble serait peu différent en 2008.
Je propose d’examiner la situation des ménages gentilléens en comparaison de celles des ménages des autres villes du Val-de-Marne.

Un ménage gentilléen « moyen » disposait en 2005 d’un revenu annuel de 29.080 euros (soit 2423 euros par mois). Ce chiffre place Gentilly en 43ème position sur 47 villes dans le département.
Mais la notion de ménage moyen n’a pas grand sens quand on sait l’importance des inégalités entre ménages (ce que les statistiques ci-dessous vont amplement confirmer). Il est déjà plus pertinent de regarder les revenus du « ménage médian » c'est-à-dire celui qui se situe juste au milieu de la distribution des revenus, 50% des ménages sont plus pauvres que lui, 50% sont plus riches. A cette aune, avec un revenu médian de 23003 euros, Gentilly occupe la 45ème place, devant Ivry-sur-Seine (22826 euros) et au coude-à-coude avec Villeneuve-Saint-Georges (23070 euros). Arcueil est à 25512 euros, le Kremlin-Bicêtre à 27542, L'Haÿ-les-Roses à 32784 euros (revenu le plus élevé du Val-de-Bièvre). Les communes en tête sont des petites communes du sud du département comme Marolles-en-Brie ou Santeny, ainsi que Rungis. Parmi les grandes villes Saint-Mandé (32104 ménages fiscaux) apparaît comme particulièrement favorisée avec un revenu médian de 34916 euros mais surtout un revenu moyen de 54158 euros qui la situe au 3ème rang du Val-de-Marne.
Pour ce qui est des 25% de ménages les plus pauvres (premier quartile) Gentilly se classe dernière ville du département. Ces ménages touchent 14571 euros par an, soit 1214 euros par mois. Si on redescend encore dans l’échelle des revenus on constate que les 10% des ménages aux revenus les plus bas touchent 7545 euros (629 euros par mois). Gentilly devance cette fois deux villes : Ivry-sur-Seine et Alfortville. Fresnes se situe à 13993 euros, Marolles-en-Brie à 21323.
Si à l’inverse on regarde les revenus des plus riches dans chaque ville on constate que Gentilly occupe une place très défavorable, quoi qu’un peu moins mauvaise que dans les comparaisons précédentes. Les 25% de ménages gentilléens les plus favorisés ont des revenus de 37438 euros par an, ce qui les place en quatrième position, en partant du bas, après Ivry-sur-Seine, Villeneuve-Saint-Georges et Valenton. L'Haÿ-les-Roses est à 50840 (17ème) et Saint-Maur à 58745 (14ème). Ces « riches » gentilléens ont en fait des revenus similaires aux ménages « pauvres » (premier quartile) de Marolles-en-Brie, et légèrement supérieur au revenu moyen à L’Hay-les-Roses, Fresnes et Cachan. Quant aux « très riches » si on peut définir ainsi les 10% les plus riches, ils touchent un revenu annuel de 55439 euros à Gentilly (41ème rang). Le seuil des 100.000 euros annuel (8333 euros par mois) est dépassé à Marolles-en-Brie, Santeny et Saint-Mandé. Les « très riches » gentilléens ont à peu près le revenu médian à Marolles-en-Brie ou le revenu moyen de Saint-Mandé.
Les chiffres ci-dessus laissent voir des inégalités très importantes entre les villes mais aussi en leur sein. Quelles villes sont les plus inégalitaires ? Il n’existe pas une façon unique de mesurer ces inégalités, je privilégie ici un indicateur courant qui est le rapport entre les revenus des 10% les plus riches et ceux des 10% les plus pauvres. Selon cet indicateur les inégalités les plus fortes se rencontrent dans les villes très riches et les villes très pauvres. Elles sont les plus fortes à Saint-Mandé avec un rapport de 1 à 9. Viennent ensuite Nogent-sur-Marne puis des villes pauvres comme Ivry-sur-Seine (rapport de 7,4) et… Gentilly (7,35). Dans le Val-de-Bièvre Arcueil se situe au 11ème rang des villes les plus inégalitaires, suivie de Villejuif (17ème), Le KB (19ème), Cachan (20ème), L’Hay-les-Roses (24ème) . Fresnes est, suivant ce critère, la ville la plus égalitaire du Val-de-Marne.
L’INSEE donne également les revenus par Unité de Consommation (UC) c'est-à-dire en tenant compte de la composition des ménages (1 UC pour le premier adulte de chaque ménage, 0,5 pour les autres, 0,3 par enfant ; un ménage composé d’un couple avec deux enfants compte donc pour 1+0,5+0,3+0,3=2,1 UC). Ce type de mesure permet de prendre en compte les écarts de taille entre ménages. Par exemple les ménages de Vincennes ou Saint-Mandé (1,43 et 1,49 UC par ménage) sont de petites tailles, souvent d’une personne, probablement personne âgée seule alors que ceux de Marolles-en-Brie (1,96 UC par ménage) comprennent de nombreuses familles avec enfants. Dans les classements de revenu Marolles-en-Brie est donc retrogadée au profit de Vincennes. Les ménages de Gentilly sont relativement petits (1,55 UC par ménage contre 1,67 en moyenne), particulièrement ceux disposant des revenus les plus haut, ce qui conduit à une remontée de la ville dans les classements : Gentilly occupe entre la 40ème et la 42ème place pour tous les classements, et même la 34ème place pour ce qui est des revenus par UC des 10% des ménages les plus riches.
Le dernier quartile des revenus par UC (les 25% les plus aisés en tenant compte des besoins de consommation liés à la composition des ménages) à Gentilly touchent à peu près les revenus moyens (toujours par UC) dans les villes les plus riches du Val-de-Bièvre : Cachan, Fresnes et L’Hay-les-Roses. Les 10% les plus pauvres n’ont que 4549 euros par an par UC (par exemple 379 euros par mois pour un adulte ou 796 euros par mois pour un couple avec deux enfants).
En termes d’inégalité des revenus par UC, Gentilly « gagne » une place et n’est plus devancée que par deux villes : Ivry-sur-Seine et Alfortville. Le rapport entre les revenus (par UC) des plus riches et des plus pauvres est toutefois quasi-inchangé à 7,3. Fresnes demeure la ville la plus égalitaire du Val-de-Bièvre mais dans le département se situe derrière 11 petites villes résidentielles à dominante pavillonnaires (beaucoup de familles). 

Voir les commentaires

Rédigé par Guillaume

Publié dans #Economie

Repost 0

Publié le 27 Novembre 2007

J'ai répondu à quelques questions de l'Hebdo des socialistes après une audition dans la cadre du forum "Les socialistes et le marché". 
Les questions portaient sur la mondialisation, les délocalisations et les politiques appropriées dans ce cadre.
L'article de l'Hebdo reprend une bonne partie de mes réponses mais pas la totalité. Je vous propose donc en exclusivité sur ce blog le texte complet !


-La croissance de la France et de l'Europe est molle. peut-on raisonnablement imputer cette faiblesse à la montée de pays émergents comme la Chine et l'Inde?
 
Sans hésitation non, on peut à la rigueur imputer aux émergents une part de la montée des inégalités sur le marché du travail (inégalités salariales aux Etats-Unis, précarité accrue pour les moins qualifiés dans un pays comme la France), mais certainement pas la croissance molle.
Les tensions sur les prix des matières premières et de l’énergie peuvent à terme être défavorables aux pays importateurs dont les pays européens, mais rien n’apparaît de tel pour l’instant. [les choses changent vite : on considère que les pays émergents qui pesaient à la baisse sur les prix (des biens manufacturés) jusqu'alors, provoquent des tensions inflationnistes maintenant]
Ce sont aujourd’hui les pays émergents qui portent la croissance mondiale.

-Les délocalisations semblent peser sur la France. Comment lutter contre?
 
Les délocalisations sont une des manifestations du processus permanent de destruction et création d’activités qui est à la base de la croissance économique, processus qu’elles accélèrent. Elles sont souvent très douloureuses quand elles touchent des bassins d’emploi peu diversifiés et peu attractifs pour des activités nouvelles. La puissance publique doit mettre des moyens suffisants pour aider les salariés licenciés dans des secteurs et des régions qui ne leur offrent pas ou peu de possibilités de retour à l’emploi satisfaisantes : aides à la mobilité, compléments de salaires quand le nouvel emploi est moins rémunéré que celui perdu, formations adaptées bien sûr… Les entreprises qui délocalisent (plus généralement qui détruisent des emplois) peuvent être mise à contribution financièrement, de manière à ce qu’elles intègrent dans leurs décisions le coût collectif des licenciements.

-L'Europe devrait-elle mettre des freins aux frontières pour les produits en provenance de pays comme la Chine?

Ces barrières auraient pour conséquence d’augmenter les prix pour les consommateurs européens. La baisse de pouvoir d’achat qui s’ensuivrait conduirait à la réduction des achats y compris de produits européens. Nos produits sont de moins en moins souvent en concurrence directe avec ceux des pays émergents parce que nos entreprises se sont spécialisés, pour chaque produit, dans le haut de gamme (des produits vendus près de trois fois plus chers que leurs équivalent made in china). Dès lors, sauf dans quelque cas d’industries en déclin, on ne peut pas espérer que la hausse des prix des importations chinoises favorise nos industries.

-Plus globalement doit-on vraiment avoir "peur" des pays émergents?

Ils nous imposent d’améliorer sans cesse ce qui fait notre richesse, c'est-à-dire notre capital humain, notre potentiel d’innovation, nos infrastructures publiques.
L’impact de l’émergence s’apparente à l’accélération du progrès technique. C’est un impact positif mais qui fait des perdants, ceux qu’on a laissé au bord du chemin. Les bénéfices retirés collectivement doivent permettre d’aider à absorber les chocs, de compenser les perdants, surtout de les mettre en mesure de profiter d’un monde plus ouvert, qui s’il est plus risqué, offre aussi plus d’opportunités.
Nous devons collaborer avec les pays émergents pour les aider à limiter les impacts négatifs de leur croissance sur l’environnement global (émissions de gaz à effet de serre notamment, qui nous concernent quel que soit leur lieu d’émission sur la planète).
 

-Dans le cadre de la mondialisation et de ces effets négatifs, ne peut-on pas inventer de nouveaux outils de régulation?
 
Certainement. Certains existent de manière embryonnaire : par exemple le Fonds Européen d’ajustement à la Mondialisation qui peut dépenser jusqu’à 500 millions d’euros par an dans les États-membres en faveur de travailleurs touchés par des licenciements liés aux échanges internationaux.
Il nous faut inventer les politiques qui associent ouverture et protection sociale pour matérialiser collectivement les gains de l’échange.

Voir les commentaires

Rédigé par Guillaume

Publié dans #Economie

Repost 0