Articles avec #politique locale tag

Publié le 18 Février 2018

Rédigé par Guillaume Gaulier @ggaulier

Publié dans #Politique locale

Repost0

Publié le 10 Juillet 2017

 


Le rapport de la Chambre Régionale des Compte présenté au conseil municipal, et publié sur le site de la CRC, peut inquiéter. Le manque de transparence et de nombreux manquements aux règlements sont pointés.

La situation financière est présentée comme très dégradée. La Maire et ses adjoints ont raison de rappeler les changements législatifs qui ont privé Gentilly de recettes (une partie de celles liées au Campus Sanofi) qui auraient dû financer des dépenses lourdes, notamment celles liée à l’ORU du Chaperon Vert. Quoi qu’il en soit il faut agir.

Nous avons évoqué des pistes pour réduire les dépenses sans nuire au service public (investir dans la rénovation des bâtiments municipaux les plus énergivores, mettre l’activité de la caisse des écoles dans le service enfance), il en faudra bien d’autres. Nous avons fait remarquer que la CRC dans un autre rapport pointe le manque d’espaces verts : la réduction de la dette ne doit pas entraver les politiques nécessaires pour remédier à cela aussi.

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Economie, #Politique locale

Repost0

Publié le 24 Juin 2016

Comme toujours nous publions ici notre tribune du Vivre à Gentilly qui cette fois ci traite de la surcharge dans les établissements scolaires gentilléens.

La question scolaire à Gentilly inquiète et mobilise à juste titre en cette fin du mois de juin. Deux fermetures de classe sont envisagées par le Rectorat, à Courbet élémentaire et à Lamartine maternelle, deux ouvertures sont proposées à Jean Lurçat (maternelle) et à l’école élémentaire Lamartine. Pourtant cette dernière école qui scolarise des enfants du Plateau et du Chaperon Vert ne dispose plus de locaux pour répondre correctement à une hausse d’effectifs sans précédent: 264 élèves en 2014 et 363 annoncés pour septembre 2016 ! Conséquences prévisibles pour l’école Lamartine : des classes surchargées, en maternelle à 29 élèves ; en primaire elles dépasseront souvent 30 élèves, dans un établissement aux espaces collectifs sacrifiés et avec un effectif total beaucoup plus lourd que ce qui est préconisé et pratiqué ailleurs en France pour ce cycle. Cette situation mettra en cause la qualité d’accueil des enfants à la rentrée prochaine. Aujourd’hui nous sommes bien loin d’un engagement pris en 2005 par les représentants de la municipalité lors d’un atelier pour l’opération de rénovation du quartier du Chaperon vert qui garantissait « des écoles et des centres de loisirs : modernes et adaptés, à taille humaine ; à proximité de chez vous ».

Les enfants scolarisés à Lamartine élémentaire font aujourd’hui les frais d’une nonanticipation de la livraison des nouveaux logements en particulier sur le terrain Lénine, avec l’arrivée d’une nouvelle population. Pourtant, une expertise effectuée en 2007, dans le cadre de l’Opération de Renouvellement Urbain au Chaperon Vert, prévoyait déjà la hausse actuelle des effectifs scolaires. Dans ses conclusions cette étude préconisait la construction d’une nouvelle école élémentaire dans l’environnement du Chaperon Vert. Les élus du groupe PS avaient alors tiré la sonnette d’alarme (voir sur notre blog) alors que la Municipalité, contestant l’analyse des experts, choisissait de ne pas tenir compte de ces avertissements.

L’afflux d’élèves à Lamartine élémentaire prévisible depuis 9 ans devrait être encore accentué dans les prochaines années par des réalisations immobilières en cours ou en projet à proximité de l’école. Cette situation pourrait se reproduire bien vite dans d’autres secteurs de Gentilly, par exemple à l’école Courbet car le développement urbain s’amorce dans les quartiers Reine Blanche et Gabriel Péri et s’accélérera avec la construction de la future gare de métro toute proche. Le renouveau démographique de notre commune que nous avons réclamé depuis longtemps semble maintenant bien amorcé. La population de la Ville pourrait dans les prochaines années passer de 16500 habitants à 20000 ou plus.

Ces changements en cours posent bien entendu beaucoup de questions : refonte de la carte scolaire ; capacité d’accueil des écoles déjà existantes ; espaces suffisants de restauration et d’activités périscolaires ; études sur la création d’un nouveau groupe scolaire. Sur tous ces points, une réflexion et une programmation doivent être engagées dès maintenant. Mais, dans l’urgence il va falloir aussi trouver des solutions rapides pour la rentrée prochaine. Or les élus municipaux n’ont pas encore été saisis des problèmes actuels. Lors des Conseils d’école à Lamartine n’ont été exposées ni réponses concrètes pour septembre, ni propositions pour les prochaines années.

La situation est également préoccupante pour la scolarisation des enfants au cycle suivant. Le collège Rosa Parks montre déjà des signes de saturation qui ne manqueront pas de s’accroitre avec la hausse de la population. Ce collège a été sous-dimensionné lors de sa construction par le Conseil départemental. Pensait-on alors l’évitement scolaire comme une fatalité et estimait-on notre ville condamnée à voir sa population stagner ? Ces dernières années l’évitement scolaire a diminué à Rosa Parks. Il serait bien dommage que les problèmes de capacité d’accueil remettent en cause la mixité sociale au collège à laquelle nous sommes très attachés.

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #éducation, #Politique locale

Repost0

Publié le 22 Mai 2016

Notre dernière tribune si vous ne l'avez pas lu dans Vivre à Gentilly de mai

Après avoir voté contre une forte augmentation des impôts en 2015, notre groupe, minoritaire au sein de la gauche majoritaire, s’est abstenu sur le budget 2016.

Ce budget comporte à nouveau une augmentation des taux des taxes foncières et d’habitation mais cette fois faible et compensée par une baisse de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères. Neutralité fiscale donc. Mais étant donnée des ressources dynamiques (contribution de Sanofi, nouveaux logements) il aurait été possible de n’augmenter aucun impôt. La hausse votée nous semble destinée à illustrer les conséquences de la réduction des dotations d’Etat aux communes.

Certes cette réduction des dotations, à terme inévitable pour contribuer à l’équilibre des comptes publics, est trop rapide et prématurée dans une conjoncture économique fragile. L’Etat doit accentuer le soutien à l’investissement, avec plus de mesures comme l’aide aux maires bâtisseurs dont Gentilly bénéficie.

Par ailleurs nous regrettons un programme d’investissement trop peu ambitieux. Quand le chômage est très haut et les taux d’intérêt très bas, l’investissement public est un facteur essentiel de la croissance, et peut même favoriser l’équilibre budgétaire.

Les dépenses liées en particulier à l’Opération de Renouvellement Urbain du Chaperon Vert demeurent il est vrai importantes, mais de nouveaux investissements, à condition qu’ils soient générateurs à termes de nouvelles ressources ou d’économies de fonctionnement devraient être engagés sans attendre (la géothermie maintenant opérationnelle devrait être rentable à terme, la rénovation thermique pourrait l’être plus rapidement). Plusieurs objections sont faites à cette demande d’investissements nouveaux, examinons les :

-La ville est trop endettée. En effet avec une dette de près de 2500 € par habitant, Gentilly creuse l’écart avec par exemple Arcueil qui se situe autour de 1000 € par habitant (en 2014 la dette représentait 3,6 années de recettes fiscales à Gentilly, 1,4 à Arcueil). Il y a une dizaine d’années Gentilly et Arcueil avaient pourtant un endettement similaire (autour de 1500 € par habitant). Il est indiscutable que Gentilly doit redresser sa situation financière. Mais ce n’est pas en réduisant ses investissements ni en augmentant ses impôts qu’Arcueil a assaini sa situation. C’est surtout grâce à la progression de ses bases fiscales, c’est-à-dire les surfaces de bureaux et de logements soumises à l’impôt. Ce développement a été plus limité à Gentilly mais il s’accélère.

-Etant donnée un endettement élevé, les banques refuseraient de prêter plus à Gentilly. Notre commune dispose pourtant d’un patrimoine foncier important. S’il n’est pas possible de le faire valoir alors il faut engager des opérations sur les terrains dont la ville dispose (par exemple ancien collège, en lien avec l’arrivée du métro).

-Les services municipaux ne pourraient assurer le suivi de plus de projets.

Ces obstacles doivent être surmontés. La mutualisation des services et les économies d’échelle que peuvent apporter l’intercommunalité sont une piste. Les limites de la loi qui a créé la Métropole du Grand Paris, divisée en territoires dont le T12 auquel Gentilly appartient avec 23 autres communes, mais surtout les réticences de nombre d’élus, en particulier à droite, ne permettent pas d’être très optimiste. Peut-être alors faut-il se préparer à aller beaucoup plus loin dans la coopération, vers une forme de fusion, avec des communes voisines ?

Voir les commentaires

Rédigé par Guillaume Gaulier

Publié dans #Politique locale

Repost0

Publié le 17 Juin 2015

Dans Vivre à Gentilly de juillet :

Comme beaucoup ont pu malheureusement le constater, nous avons connu ces derniers mois une importante recrudescence d’actes de délinquance de différentes natures dans notre ville et les Gentilléens se posent légitimement des questions.
Certaines voix municipales nous expliquent que la dégradation de la sécurité à Gentilly provient
largement du plan Vigipirate, qui en mobilisant les effectifs de police sur certaines tâches les
empêcheraient d’être opérationnels ailleurs. Mais la difficulté est à relativiser puisque souvent ce sont souvent des militaires qui sont mobilisés pour Vigipirate, et surtout parce qu’il semble que
l’augmentation de la délinquance se manifeste plus à Gentilly que dans d’autres communes proches.
Une explication avancée pour cette singularité gentilléenne est l’omniprésence des travaux dans notre ville qui entraverait l’action de la police. Comme les travaux auront une fin, espérons que cette explication a quelque pertinence. Il est peu probable malheureusement qu’elle suffise.
L’incertitude a propos des facteurs explicatifs et a propos de l’ampleur des évolutions, spécifiques ou pas, souligne la nécessité d’un diagnostic sérieux comme préalable à une bonne politique de sécurité.
La droite répond simplement aux problèmes de sécurité en militant pour la répression, et la création d’une police municipale. Les socialistes de Gentilly n’y sont pas favorables. Le Service « Sécurité et qualité de vie urbaine » créé en 1999 doit assurer une présence dissuasive et préventive, signaler les difficultés et les actes de délinquance et enfin être à l’écoute des habitants (il doit être tout particulièrement à l’écoute des victimes). Ce n’est pas une police nationale parallèle. Sans police municipale, mais avec des dispositifs du type du service municipal existant à Gentilly, des villes, qu’elles soient de droite ou de gauche obtiennent des résultats satisfaisants.
Une réflexion collective sur la vidéosurveillance nous semble par contre intéressante. Beaucoup de villes qu’elles soient gérées par la droite ou par la gauche, comme au Kremlin-Bicêtre, ont maintenant adopté ce dispositif. Nous pouvons bénéficier du retour d’expériences de ces villes afin décider en toute connaissance des coûts et de l’ensemble des avantages et des inconvénients, ainsi que des conditions d’efficacité, non pas seulement sur le sentiment d’insécurité mais aussi sur la dissuasion et le taux d’élucidation.
Depuis plusieurs années nous demandons également la création d’un nouveau commissariat à Villejuif afin d’alléger le travail de celui du Kremlin-Bicêtre. A défaut, des moyens supplémentaires devraient être donnés au commissariat du Kremlin-Bicêtre. En rupture avec la politique menée précédemment (moins de 13300 policiers et gendarmes pendant le quinquennat de Sarkozy) le Gouvernement déploie des effectifs policiers supplémentaires en France, dont notre territoire pourrait bénéficier. Cependant il nous paraît peu réaliste d’attendre tout de la police.
Nous pensons que la prévention doit jouer un rôle essentiel. Les actes de délinquance ont des causes multiples, qu’ils proviennent d’une poignée de délinquants mineurs (agressions dans la rue, vols de sac à main, vols en bandes dans les commerces, parfois avec violence ), de braqueurs récidivistes (ces derniers mois, trois fois le Franprix de la rue Charles Frérot et une fois l’Intermarché), ou de vandalisme antidémocratique (nous avons avec toutes les forces de gauche, mais malheureusement la gauche seule, condamné fermement le vandalisme du local du Parti Communiste).
Concernant en particulier les primo-délinquants la réponse, adaptée à chaque cas, doit allier sanction, réparation et réinsertion. Les services municipaux, les éducateurs de rue, les enseignants, les associations ont un rôle essentiel à jouer. La sécurité est l’affaire de tous, elle doit être débattue. La concertation au sein du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) en vue de la signature d’un nouveau contrat local de sécurité doit conduire à renforcer une action partenariale essentielle.

Nous vous souhaitons un bel été.

Voir les commentaires

Rédigé par Frédéric Héritier

Publié dans #Politique locale

Repost0

Publié le 1 Mai 2015

Tribune dans VAG de mai

Le conseil municipal du 7 avril a approuvé un budget incluant une hausse de 9% de la fiscalité locale qui concernera la taxe d’habitation et les impôts fonciers.

Les élus socialistes ont voté contre, voici pourquoi :

La hausse d’impôt a été présentée comme une nécessité, compte tenu de la baisse des dotations de l’Etat et plus marginalement de la hausse du versement de la commune en faveur de collectivités locales moins favorisées. Au total, Gentilly devra se passer cette année de près de 750 000 euros. L’augmentation des impôts votée fait cependant plus que compenser ce manque à gagner puisqu’elle devrait apporter environ 1 million d’euros de recettes supplémentaires. En cumulant les variations des autres recettes et les variations des dépenses de fonctionnement (charges de personnel en hausse modérée, intérêts sur la dette en baisse…), le budget de fonctionnement dégagera en 2015 une capacité d’autofinancement supplémentaire d’environ 700 000 euros. Un budget de fonctionnement en excédent est certes indispensable pour faire baisser l’endettement trop lourd de Gentilly : plus de 2000 euros par habitant, deux fois plus que la moyenne des villes comparables, dont Arcueil ou le Kremlin-Bicêtre.

Pourtant utiliser l’impôt pour réduire dès 2015 la progression de la dette communale ne nous semble pas justifié. En effet des rentrées financières supplémentaires sont attendues dans les années à venir, liées à l’agrandissement du site de SANOFI (le chiffre de 2 millions d’euros par an est avancé) et à d’autres opérations d’urbanisme en cours. En 2015 il aurait été possible de financer par emprunt, à taux modéré, une part plus grande des investissements. Augmenter encore la dette donc, mais par la suite consacrer une part importante des nouvelles recettes au désendettement progressif et à des investissements rentables, par exemple dans l’isolation énergétique des bâtiments publics. Notons que le Gouvernement vient d’annoncer des mesures en faveur de l’investissement des collectivités locales. Nous espérons que cet effort sera amplifié.

Gentilly doit veiller à l’efficacité de ses dépenses et chercher à améliorer les services à sa population sans dépenser plus. Les économies d’énergie sont des pistes mais également la mutualisation des coûts dans le cadre de la Communauté d’Agglomération du Val de Bièvre. La création de la CAVB n’a pas jusqu’ici apporté tous les gains escomptés : ses dépenses s’ajoutent à celles des villes et la progression globale des coûts de fonctionnement a été trop élevée dans certaines communes dont Gentilly.

La Direction municipale fait remarquer que même après la hausse votée la taxe d’habitation demeurera la plus faible du Val de Marne. Cela est vrai mais la taxe foncière, payée par les propriétaires, pourrait, elle, devenir la plus lourde du département. L’augmentation des impôts sera sensible pour les propriétaires occupants et même pour certains locataires si la hausse des taux est répercutée dans les loyers par des propriétaires. De plus, l’attractivité de notre commune auprès des entreprises en souffrira avec un taux de taxe foncière de 32% contre 21% à Arcueil.

Les socialistes de Gentilly sont pour un plan pluriannuel de redressement financier garantissant le maintien d’un haut niveau de service public. Mais il n’y a pas de fatalité à ce que les impôts locaux augmentent au début de chaque mandat municipal, comme ce fut déjà le cas en 2002 et 2009.

Voir les commentaires

Rédigé par G. Gaulier

Publié dans #Politique locale

Repost0

Publié le 15 Septembre 2014

La rentrée scolaire 2014 est marquée par la mise en place de la réforme des rythmes scolaires.
Les retours des écoles ayant dès 2013 fait du mercredi matin un temps d’apprentissage ont été positifs, une fois passé un temps d’adaptation.

Madame la Maire avait annoncé que Gentilly ne mettrait pas en œuvre la réforme dès cette année, soutenue par un vote du Conseil municipal le 24 juin. Nous nous étions opposés à cette décision car elle ne se justifiait pas au regard de l’intérêt des enfants ni en fonction des équilibres budgétaires de la ville. De plus elle mettait notre commune dans l’illégalité. Le Préfet a, le 18 aout, demandé le retrait de la délibération. Madame la Maire a finalement décidé d’ouvrir les écoles le mercredi, choisissant avec sagesse de ne pas prolonger un bras de fer avec les autorités de l’Etat, très préjudiciable à l’année scolaire des enfants.

Nous déplorons l’incertitude dans laquelle s’est trouvée toute la communauté éducative (familles, enseignants, personnel municipal, Conservatoire, Centre de loisirs et associations) ces derniers mois et le temps perdu pour la bonne préparation de la mise en place de la réforme : recrutements des animateurs, adaptation des plannings avec les structures locales, tel le Conservatoire, travaillant habituellement le mercredi matin. Les inquiétudes et interrogations ne sont pas toutes levées. D’abord dans l’intérêt des enfants, l’absence à la rentrée d’activités dans le temps péri-scolaire, notamment lors de la pause de midi allongée à deux heures, devra être de courte durée. Les familles demandent à être rassurées sur le contenu des ateliers et la qualité de l’encadrement. Des ajustements devront sans doute être envisagés pour le mercredi avec pour le moment des cours se terminant à 11h45, horaire inadapté à des parents salariés souhaitant récupérer leur enfant à l’issue d’une matinée de travail. La cantine du mercredi étant réservée aux élèves fréquentant le Centre de loisirs l’après-midi, cela pourrait pousser certains parents à y inscrire leurs enfants sans que cela soit un véritable choix, tout en surchargeant le Centre de loisirs au-delà de ses capacités.
Nous espérons que les efforts de chacun feront de cette réforme un succès aussi à Gentilly et seront une étape vers un projet éducatif ambitieux.

Bien sûr personne ne croit que les changements des rythmes scolaires suffiront à transformer un système éducatif français trop peu performant. D’autres réformes seront nécessaires pour bâtir une école qui donne à tous les enfants les moyens de réussir, en se détournant résolument de la sélection par l’échec. Quelques pays nous montrent la voie à suivre, en particulier la Finlande et l’Allemagne plus récemment. S’ils ne nous offrent pas de modèle directement transposable, leurs expériences de refondation de l’école en partant de situations défavorables (en Allemagne le mauvais classement dans les enquêtes internationales sur l’éducation –PISA– avait provoqué un choc salutaire) montrent que le défi peut être relevé.

Parmi bien d’autres dossiers celui de l’utilisation des technologies numériques (François Hollande vient d’annoncer un plan d’action) ou celui de l’apprentissage précoce des langues sont à traiter sans tarder sous peine d’accumuler toujours plus de retard.

L’investissement quantitatif mais aussi qualitatif dans l’éducation doit rester, plus que jamais, une priorité nationale et gentilléenne.

Publié dans vivre à Gentilly, septembre 2014.

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Politique locale

Repost0

Publié le 15 Septembre 2014

Le « Pass jeunes » est une initiative de la Ville de Paris qui bénéficie depuis cette année aux jeunes de 15 à 25 ans de plusieurs villes de la métropole : les jeunes de Pantin, Clichy-sous-Bois, Clichy-la-Garenne, Cachan, les Lilas et Paris ont pu profiter de carnets de 39 coupons d’activités sportives, culturelles ou de loisirs, gratuits ou à prix réduits.

Du 1er juillet au 31 août dernier, il s’agissait de croisières sur la Seine, d’accès gratuits aux piscines et aux courts de tennis, d’initiations gratuites aux sports de glisse dans un skate park géant, d’entrées dans des musées nationaux ou municipaux parisiens, mais aussi de tarifs réduits pour les vedettes du Pont neuf, le Palais de la découverte, la Cité des sciences de l’industrie, la Tour Eiffel…

Les élus socialistes proposent que notre commune s’associe l’an prochain à cette initiative originale en faveur des jeunes de 15 à 25 ans.

En 2014, 22.000 « Pass jeunes » ont été mis à disposition gratuitement.

Les réservations se déroulent en ligne sur un site internet dédié : passjeunes.paris.fr

Au-delà des institutions, la métropole doit se construire à travers des projets concrets et partagés, au bénéfice des habitants. Nous pensons notamment aux jeunes des milieux modestes qui n’ont ni la possibilité de partir en vacances ni les moyens financiers de s’offrir des loisirs en Ile-de-France.

De nouveaux partenariats pourraient aussi être initiés dans ce cadre avec la Cité internationale universitaire, un lieu riche en loisirs et en culture, situé en face de notre commune. A Gentilly la Maison Doisneau, le Générateur ou encore le Plateau 31 pourraient être associés à cette démarche métropolitaine en direction des jeunes.

Publié dans Vivre à Gentilly, septembre 2014

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Politique locale

Repost0

Publié le 1 Mai 2014

Les premiers textes des socialistes dans cette nouvelle mandature, pour Vivre à Gentilly de mai-juin 2014

Quatre socialistes siègeront au Conseil Municipal de Gentilly durant la mandature 2014-2020. Elus sur la liste "Tous ensemble pour Gentilly" ils formeront un groupe autonome mais partie intégrante de la majorité municipale. Avec plus de 68% des suffrages la liste conduite par Patricia Tordjman montre une nouvelle fois l'ancrage à Gauche de notre ville. Ce score flatteur s'accompagne néanmoins de l'abstention la plus élevée jamais enregistrée à Gentilly lors d’un scrutin municipal. Notre liste n'a reçu l'approbation que de 34% des inscrits (moins de 16% pour la liste de la Droite). C'est par la qualité de leur action et l'exemplarité de leur comportement que les élus, à tous les niveaux, pourront redonner espoir et confiance dans les institutions démocratiques.

Christine Achour fait son entrée dans le groupe des élus socialistes. Elle rejoint Frédéric Héritier, Bouchra Benmadani et moi même, Guillaume Gaulier, qui aurai l'honneur de présider à nouveau le groupe socialiste. Nous saluons Marie-Thérèse Raymond, qui faisait partie de notre groupe dans la dernière mandature.

Bouchra Benmadani est également élue conseillère de la communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre. La nouveauté de ce scrutin était, comme vous l’aurez sans doute remarqué, la présence d’une seconde liste sur les bulletins de vote, celle des élus présentés (« fléchés ») pour le Conseil d’agglomération. Ils étaient auparavant simplement désignés par les conseils municipaux.
Ce changement n’a pas suffi pour animer un débat démocratique sur le rôle et le fonctionnement de la Communauté d’agglomération du Val de Bièvre (CAVB). Des propositions ont bien sûr été faites par les uns et les autres dans les domaines de compétences de l’agglomération (économie, environnement, etc.) mais sans que l’agglomération n’apparaisse comme un acteur disposant d’une autonomie de décision. Nous voyons là un profond déficit démocratique. La CAVB est déjà une avancée importante mais il faudrait dépasser la coopération intercommunale et les décisions par simples consensus des Maires. Deux villes de notre communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre, dont la plus grande- Villejuif-, ont changé de majorité lors de ces élections, faisant un moment craindre un basculement à droite de la CAVB. A Villejuif en particulier, cette issue éventuelle, qui n’était probablement pas souhaitée par la majorité des électeurs, n’a pas même fait partie du débat électoral.

A Gentilly la perspective du Grand Paris, qui se substituera aux communautés d’agglomération existantes en 2016, avec des compétences essentielles comme l’aménagement urbain et le logement, a néanmoins été l’occasion de parler d’intercommunalité dans cette campagne municipale. Dans la majorité municipale mais probablement aussi dans le conseil municipal (si on se réfère à la position des élus d’opposition sortants), les socialistes sont les seuls à approuver la création de la Métropole du Grand Paris, tout en reconnaissant la nécessité d’une grande vigilance quant à sa mise en œuvre concrète.

Cette divergence est de celles qui justifient l’existence d’un groupe socialiste. Ce groupe sera dorénavant dans la majorité mais sans participation à la Direction Municipale, comme nous l’expliquons dans les Echos du Conseil.

ECHOS DU CONSEIL :

Lors du conseil municipal d’installation, les élus socialistes ont donné leurs voix à Patricia Tordjman pour sa réélection comme Maire de Gentilly mais ils se sont abstenus sur la liste des adjoints. Les socialistes ont contribué au rassemblement de la Gauche à Gentilly. En revanche, les discussions qui ont eu lieu ces derniers mois, n’ont pas permis de créer les conditions de notre participation à la direction municipale en tant que maires adjoints, alors que nous le souhaitions. Nous avons considéré que les propositions qui nous étaient faites dans ce sens ne tenaient pas assez compte de la représentativité électorale des socialistes à Gentilly ni du choix effectué par les militants gentilléens pour leur « tête de liste ». Nous nous engageons cependant résolument dans un travail constructif au sein du conseil municipal et de la majorité, au service des Gentilléens. Nous serons force de proposition et aurons à cœur de faire vivre le débat démocratique.

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Politique locale

Repost0

Publié le 21 Janvier 2014

Amine, 15 ans, habitant du quartier de Victor Hugo, a perdu la vie samedi 18 janvier dans des circonstances dramatiques.

Les élus socialistes du conseil municipal de Gentilly adressent à sa famille et à ses proches leurs plus sincères condoléances dans cette épreuve si douloureuse.

Ils espèrent que toute la lumière sera faite sur sa disparition. Une enquête de la police est en cours.

 

 

La réaction de Patricia Tordjman, maire de Gentilly, à lire ici

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par ps-gentilly

Publié dans #Politique locale

Repost0